Page images
PDF
EPUB

le royaume de Chypre en appanage, l'en a fait Muffélim. Cet aja a pris possession de cette charge le 13 de ce mois , & a tenu le même jour un divan général, dans lequel, après avoir fait faire lecture des commandemens du grand seigneur pour l'installation, il a nommé, suivant la coutume, aux grandes charges de l'isle. Comme ce gouverneur est né Chypriot, & qu'il annonce de la douceur & de l'équité, on espere qu'on n'aura qu'à se louer de son administration.

Il est arrivé le 14 de ce mois, dans cette rade, une galiote du capitan pacha, expédiée pour venir chercher à Nicofie un marchand alayot, qu'Ibrahim Sebak, ministre du défunt Cheïk-Daher, a déclaré son débiteur de 30' bourses. Ce marchand a été aussi-tôt faisi , & conduit au château à son arrivée ici, la nuit du 16 au 17: on l'a fait embarquer à la pointe du jour , pour Acre ou Seyde, où il doit être confronté à son créancier.

Le capitan pacha est de relâche en cette rade depuis le 24 de ce mois, avec 13 caravelles. Il - vient d'Acre, où il a établi Diezzar bey comman

dant de 4 mille hommes de la garnison qu'il y a laissée. Cet amiral fait observer à toute sa flotte une rigoureuse discipline, & l'on eft tranquille sur cette échelle. Le gouverneur est venu exprès de Nicosie lui rendre ses devoirs, & il n'a reçu que la visite de la nation francoise & de son consul, qui lui avoient envoyé à bord leurs dragomans & les présens d'ulage. Il compte mettre à la voile le 30, avec toute fon armée pour retourner à Constantinople. Ce pacha tient dans les fers, sur fon bord, Ibrahim Sebak , ministre du feu Cheïk-Daher , dont les trésors ainsi que ceux de ce Cheïk, sont aussi embarqués sur sa flotte. Outre les mönnoies d'or & d'argent, on évalue à plus de cent millions de

liv. l'aigrette, fe fameux fabre & le tangiar d'Ali bey dont ce Cheïk s'étoit emparé.

RUSSI E.

[ocr errors]

même voyage

[ocr errors]

Moscou ( le 25 Odobre. ) Quelques jours après le retour de l'impératrice en cette ville, le grand-duc & la grande-duchesse entreprirent le

& se rendirent au monastere de Woskreslenskoi , ainsi qu'au château de Jaropoltsch. L. A. I.'étoient attendues ici le 14; mais elles n'y sont revenues que le 16. Ce retard a été occafionné

par

une chûte que la grande ducheffe a faite , & pour laquelle on a cru devoir lui faire une saignée. Il étoit à craindre que cet accident n'eût des suites fâcheuses; mais cette princesse n'en a refsenti aucune. · Abdoul-Kerim Effendi, pacha de Romelie, ambassadeur-extraordinaire de la Porte en cette cour ,

arriva le 16, au monastere du Don, à quelque distance de cette ville. Le 18, (N. ftyle ) , il fit fon entrée avec beaucoup de pompe.

Le 19, Abdoul-Kerim Effendi eut son audience du comte de Panin, premier ministre, avec lequel il s'entretint une demi-heure , après lui avoir remis ses lettres de créance. Des carrosies de la cour & un détachement de husfards de la garde étoient ailés le prendre en son hitel, où la même escorte le reconduifit.

Le 20, cet ambassadeur fut admis à l'audience de l'impératrice,qui, pour cet effet, s'étoit rendue la veille au palais du Kreme. Plus de 300 dames richement parées, étoient placées à l'un des côtés du trône & les seigneurs & les courtisans de l'autre. I'impératrice, revêtue de fon manteau impérial , & tenant 'd'une main le sceptre, parut dans le plus grand appareil. Après que le vice-chancelier eut répondu au compliment de

[ocr errors]

l'ambassadeur , celui-ci offrit à Ş. M. Imp. les préfens que lui envoyoit son maitre, & les fit placer aux pieds du trône par des gens de fa suite. Le grand-duc & la grande-ducheffe virent d'une tribune certe pompeuse cérémonie.

C'est avec beaucoup de peine que cet ambaffadeur a conduit jusqu'ici les gens de fa fuite, 'Ifs fe font révoltés deux fois en route, & surtout près de Kiow , où l'on fut obligé d'user de ta force pour les contenir , & même de punir les plus mutins, qui vouloient retourner

On affure que la cour a envoyé à Cronstadt & à Revel des ordres pour équipper quelques vaisseaux de guerre. Les 'úns croient que c'est une e!cadre d'évolution qu'on veut y former, d'autres prétendent que cet'armement eft relatif à la demande d'un corps de troupes , faite par l'Angleterre pour réduire fes cofonies.

sur leurs pas.

SU E D E.

STOCKHOLM ( le 25 Novembre.) Toute la maifon royale se trouve aduellement réunie dans cette capitale, à l'exception du duc d'Ostrogothie, qui doit revenir incessamment de Tullgarn. 3. Le roi a disposé du commandement de la fortereffe de Dahleroë en faveur du capitaine UIric Scheffer, chevalier de l'ordre de l'épée. S. M. ä nommé en même tems à plusieurs emplois va cans dans différens régimens.

Le 4 de ce mois, le roi affifta à l'assemblée de l'académie des sciences. Le chancelier de jufrice, le président de cette compagnie

, , , s'étant de cette place, elle fut unanimement déférée au baron de Lilienberg.

Le 7, le roi recommença à donner des audiences publiques. Aucun des sujets de S. M.

As

n'est excepté de cette faveur ; ils sont tous indiftinctement admis à lui adresser leurs demandes ou leurs plaintes.

Les espérances qu'on avoit conçues sur la grossesse de la duchesse de Sudermanie ne fe trouvant point fondées, on a cellé, par ordre du roi , de faire des prieres publiques dans nos églises ; les 16 pieces de canon qui étoient placées devant le château pour annoncer la délivrance de cette princefle, ont été reconduites à l'arsenal , & l'archevêque d'Upsal, qui s'étoic rendu ici pour administrer le baptême à l'enfant, est reparti pour son diocese.

Depuis qu'on a repris l'examen de l'affaire du parlement de Gothie, on affure que les membres de ce tribunal ont reçu ordre de se trouver ici au commencement du mois prochain pour y entendre le jugement qui sera prononcé contre eux.

Le colonel de Gyllenswahn, chef du régiment d’Helsingie, s'est attiré une affaire fâcheuse. Cet officier , qui est encore très - attaché à l'ancienne forme du gouvernement, ordonna le printems dernier, à un nombre de recrues de sa province, qui étoient en vaffelage, de se rendre à Carlscron. Comme les loix ne permettent point de soustraire les vassaux, à la propriété de leurs seigneurs pour les faire entrer au service, le gouverneur d’Helsingie s'y opposa, & fut même obligé de s'adresser au roi, parce que le Sr. de Gyllen wahn, persistant dans son entreprise, avoit fait enlever ces recrues par force: S, M. a nonseulement enjoint de restituer les vassaux à leurs seigneurs; mais elle a aussi ordonné au conseil de guerre suprême de citer le colonel pour répondre de sa conduite. De son côté, celui-ci n'oublie rien pour se défendre, même par la voie des papiers publics. Cependant l'on prévoit qu'il sera déclaré incapable de servir le roi , & condamné à des dommages-intérêts & aux dépens..

La révision de justice vient de rendre une lentence remarquable, surtout si on la compare aux idées & aux ufages recus dans le dernier siecle. Un habitant de la Warmie fut forcé par

fon

pere, pendant sa minorité, à épouser une femme pour laquelle il se sentoit de l'aversion. Ayant vécu peu de tems avec elle, il l'abandonna, & s'enfuit en Norwege , où il épousa une seconde femme, dont il eut trois enfans. Après 16 ans d'intervalle, il crut qu'on avoit oublié fon délit, & revint en Suede avec la seconde femme & ses enfans. La premiere, instruite de son retour , alla d'abord le dénoncer à la justice du lieu, qui le condamna, selon toute la rigueur des loix, à perdre la vie ; mais la cour de justice, ayant été informée de cette sentence , remit l'affaire devant le roi , qui a condamné le criminel feuiement pour 8 jours au pain & à l'eau, qui a eu le bonheur d'obtenir la permission de continuer à vivre avec sa seconde femme , & d'élever ses enfans, comme ses légitimes héritiers. On pour.. roit considérer cette permission comme choquant de front les principes que l'on fuit communément au sujet de l'inviolabilité du mariage ; mais S. M. a jugé que , fi les mariages contractés contre le "gré ou sans l'aveu des parens, sont nuis dans leur principe, ils le sont encore à bien plus juste titre, lorsque les parens abusent de leur autorité pour contraindre leurs enfans de former des liens dont leur félicité dépend.

Quoiqu'on mette beaucoup d'activité dans les préparatiis concernant la distillation de l'eaude-vie , les opérations sont encore trop lentes au gré du public amateur , qui attend avec impatience le moment où il sera affranchi des droits énormes imposés sur cette bojilon.

« PreviousContinue »