Page images
PDF
EPUB

Aeurs y résident, ou à leur défaut, par les commandans defdices provinces, ainsi que par l'évêque diocésain : invite s. M. les uns & les autres à répondre à cette marque de la confiance , en regardant comme un devoir d'empêcher les surprises qui pourroient lui être faites.

VII. Le remplacement des éleves qui, ayant terminé leur éducation , fortiront des colleges pour être envoyés aux concours , & de-là placés dans les troupes de s. M., ne fe, fera qu'une fois par an, di ier. au 15 Septembre; époque à laquelle les anciens éleves partiront pour se rendre au concours.

VIII. Le secrétaire d'état ayant le département de la guerre préviendra dans le muis de Juiller, les familles dont les enfans auront été agréés par s. M. , afin que lesdites familles aient tems de se disposer à les envoyer aux colleges dans lesquels ils devront être reçus; &'il enverra en mêne tems aux supérieurs & principaux des colleges , l'état des éleves qui devrorit leur être donnés en remplacement.

IX. Les familles se chargeront de faire conduire à leurs frais , leurs enfans aux colleges qui leur auront été indiqués; & la lettre qui aura été écrite par le fecrétaire d'état ayant le départeinent de la guerre, sera le titre de ces enfans pour y être admis. Elles prendront leurs mesures de maniere que leurs enfans y soient rendus le is de Septembre au plus tard,

x. Les familles seront obligées de pourvoir à la prémiere fourniture néceffaire pour l'équipement & l'écablissement de leurs enfans dans les colleges; mais cette fourniture ne sera proprement qu'une avance qu'elles feront à leurs enfans , les colleges devant, à leur tour, ainsi qu'il sera dit ci-après, équiper à leurs frais complettement, les éleves lorsqu'ils sortiront pour être envoyés au concours , & de la placés dans les troupes de S. M.

XI. Cette premiere fourniture à faire par les familles, consistera en un surtout de drap bleu; un habit de drap bleu, paremens rouges & boutons hlancs; deux veftes bleues ; deux culottes noires; douze chemises; dodže mouchoirs ; fix cravates ou mouchoirs de cou ; six paires de bas ; fix bonnets de muie; deux peignoirs; deux chapeaux ; deux paires de souliers; deux peignes; un ruban de queue ; un sac à poudre.

XII. Au moyen de cette fremiere fourniture', les familles n'auront plus à leur charge aucuns frais pour. leurs enfans, à l'exception de leurs ports de lettres ;

CS

lalties enfans devant être entre te nus de to$ points par les colleges pendant la durée de lebr education , & équipés par lerditz colleges à leur fortie, de la même quantité d'effers qui auront été reçus en entrant , & ensui'te conduits, aux dépens du roi, dans les régimens où ils seront placés caders-gencikshommes.

TITRE III. De l'éducation des Eleves,

Art. I. S. M. voulant que l'éducation soit uniforme dans les diverfes écoles militaires, elle enjoint aux inf. tiçuteurs de se conformer exactement au plan d'éducation qu'elle a fait adreses aux principaux des colleges, deftinés à recevoir les éleves jeunes gentilshommes.

II. Pour aifurer l'uniformité des méthodes d'inftruction, & mettre par cette uniformité , les éleves des différens colleges, dans le cas de concourir ensemble lors des examins, auxquels ils seront assujettis avant d'entrer dans les cadets-gentilshommes, S. M, a fait choix de difféFentes pertonnes pour composer, à l'usage de dies col. leges, des livres élémentaires de langics, d'hiftoire, de géographie, de mathématique, de morale & de logque, dans la forme qui lui a paru la plus propre à fimpliner l'enseignement, & à faciliter les examens ; & son incention eft que, lorsqu'elle aura approuvé lesdits

ouvrages, ils fervcne à diriger l'inftru&ion des éleves, - fams.gie les, supérieurs & principaux des colleges puissent y fari, ni souffrir qu'il y foit fait aucuns changemens, li ce n'est de l'ordre de S, M.

Ordonne s. M. aux supérieurs- & principaux desdics colleges d'adreffer tous les ans au fecrétaire d'etat ayant le departement de la guerre , & à ce titre la furintendanca desdites écoles , les observations que leur expérience & leurs lumieres les auront mis dans le cas de faire fur lesdits ouvrages élémentaires, & elle alligné par le fréfent réglement, un fonds, annuel de 6 mille livres, à prendre fur les revenus de l'école militaire, pour être employé à récompenser les personnes qu elle chargera de perfectionner les ouvrages relatifs à l'infiruction des éleves, & aux frais d'impresion desdits ouvrages ; son intention étant d'en faire la premiere fourniture aux colleges, lesquels seront ensuite chargés de pourvoir au semplacement de leur confommation,

III, L'intention de S. M. ei que lorsque ces objets auront été remplis, l'excédent ou la rocal.té de ce fonds annuel de 6 mille livres fuit employé à formes succeflivewwat dans chaque college, une biblioche que à l'usage

1 :

des éleves, ainsi qu'un cabinet de physique et mecina nique, fuffisant pour les principales expériences & demonstrations, difficlles on pourra fair: un objec de récréation & de récompense pour les éleves qui annoneeront le plus d'intelligence , & auront le plus avancé dans les autres parties de leur éticarion , dont on des vra s'occuper par préférence : ces bibliotheques & cabin nets, étant achetés des fonds de la fondation de l'école m.litaire , n'appartiendront point aux cullsges.

IV. Pour que l'achat & le remplacement des différens ouvrages élémentaires qui seront composés par ordre de S. M. , soieni moins à charge aux colleges, & Fi'aucun vie d'économie fur cet objet ne nuile à la facilice de

l'initraction des élèves, qui devront avoir chacun un
exemplaire desdits ouvrages, il sera pris des maires
pour qubis foient-imprimés au plus bas prix polible,
it en sera arrêté un tarif qui sera envoyé à chaque colo
lege,

7. S. M. s'en remer àlix différeris ordres religieux d'e congrégations ecclefialtiques, dont dépendent les colleges, du choix des supérieurs & principaux desdits colleges, ainsi que de celui des professeurs & des maiores; se réservanit, S, M., de les obliger à les changer , si, d'après les comptes qui lui en feront reiidus, il paroit que j'éducation des éleves soir en fouffrance , par la faure der dies fupérieurs, principaux, 0.1-ma cres.

VI, il sera donné chaque année, au nom de $. M., -4 médailles d'or, de la valeur de Iso livres chacune , less quelles seront remises par l'inspecteur-général des écoles militaires, 4 des professeurs og maitres du college , dont les éleves auront eu le plus de sucrés au concours ; lesdites médaills porteront d'un côté le bufie du rui, & do i'rire l'infcriprion suivante, Prir de bon inflitueur : & S. A1. rencant combien la perfection de l'éducation, dans les no veaux colleges, dépendra du bon choix des proreneurs & des maitres, & voulant acrer, emplois importans, des initituteurs éclaires et qui meta tent leur gloire a:i luccès des élavis, elle fu réserv: d'accorder des encorragemens & des récompenfes utis les & honorables, aux supérieurs, principaux , macres & régens dont les élèves se seront distingués au cona w cours annuel; & feront lend:tes récoinpenies & enco:16, ragemens accrrdis par 5. M. , sur le contipre 7.!i lui en sera rendu par les infpe&-urs & examinateurs d.d.c cons cours,

1.

dans c23

TITRE IV. Etablissement d'un concours ante

nuel, & rép.irtition des éleves dans les régimens , en qualité de cadets-genuilshommes.

Art. I, il sera érabli un concours annuel pour l'exa men dus éleves deflinés à être placés dans les cadets. gentilshommes , & ce concours fe fera dans le college de Brienne en Champagne , qui se trouve le plus au censre du royaume.

II. Le premier concours n'aura lieu qu'en 1778, lorfque le nombre des éleves se trouvera complet.

III. Les principaux des colleges adresseront chaque an. née , au mois de juillet, au secrétaire d'état ayant le dé partement de la guerre , & à commencer au mois de Juil. Jec 1777, un état nominatif des éleves qui ayant achevé le tenis fixé pour leur éducation, feront en état d'être envoyés au concours.

IV. Le concours se fera tous les ans dans les premiers jours de Septembre , en présence de l'inspecteur général & du suus- inspecteur des nouvelles écoles militaires, aidés de deux examinateurs, gens de lettres, qui seront choifis par le secrétaire d'écat ayant le département de la guerre, & qui recevront chacun 1200 livres de gratiñcation, devant d'ailleurs écre nourris & logés aux dépens de la fondacion de l'école militaire, pendant le tems du con.

cours.

V. Il sera adeeffé à l'infpecteur général & au sousinspecteur , ainsi qu'aux examinateurs , une instruction sur la méthode des examens ; & les supérieurs des colleges feront prévenus de ladite méthode.

VI. S. M. fera conno tre ses intentions sur les moyens à employer pour faire conduire au college de Brienne, les éleves des autres colleges , qui devront être présentés au concours, & sur le traitement qui fera accordé audit college de Brienne , en raison de la dépense extraordinaire que les concours annuels occasionneront à ce college.

VII, L'inspedeur-général n'admettra , pour être placés dans les cadets-gentilshommes, que ceux des éleves préfentés au concours donc il jugera, avec les exagina

l'éducation suffisamment perfectionnée ; & ceux qui n'auront pas mérité d'étre admis pour cadets-genuilshommes, refieront dans le college de Brienne , pour y subir un nouvel examen l'année suivante.

VIII. Si lors de ce second examen, quelques-uns des mêmes éleves, pour cause d'inaptitude, d'inapplication

teurs

ou de mauvaise conduite , n'écoient pas jugés capables d'être placés en qualité de caders-gentilshommes dars les troupes de S. M. , l'inspecteur-général en rendra compte au secrécaire d'érat ayant le département de la guerre , qui , sur son atce station, visée des examinateurs & du principal du college de Brienne , prendra les oç dres de s. M. , pour que les familles auxquelles ces

éleves appartiendront , aient à les envoyer chercher à leurs frais, pour 'es retirer du college de Brienne.

IX. Pour exciter l'émulation entre les éleves, & les engager à répondre aux vues pateruelles & bienfaisantes de s. M., elle veut bien accorder aux -4 éleves qui auront remporté les 4 premiers prix, dans le concours au jugement de l'infpe&eur général, du sous-inspecteur, & des examinateurs, les pensions suivantes : sçavoir, aux deux premiers, une de 150 livres; & aux deux altres , une de 100 livres, dont ils jouiront jusqu'à ce qu'ils aient été faits capitaines au service de S. M. ; &ce , sans préjudice aux pensions qui leur seront données comme éleves, ainsi qu'il sera dit ci-après. S. M. leur accosde en même tems la croix de chevalier-novice de l'ordre de St. Lazare, telle que l'avoiene ci-devant les éleves de l'ancienne école militaire , & ladite croix leur sera remise par l'inspecteur ou le sous-inspecteur-général. Voulant au Surplus S. M., que lesdits chevaliers-novices se.conforment à l'ordonnance de 1761., concernant les gentilshommes éleves de l'école militaire admis dans ledič ordre ; velit pareillement S. M., que si lesdits éle. ves venoient à quittes son service , par quelque cause que ce soit, avant d'être capitaines, lesdites penfions de iso livres ou de 100 livres cessent de leur être payées.

X. Les éleves qui n'ayant point été admis dans les caders gentilshomines , l'année de leur arrivée au concours, seront obligés de subir un examen l'année sui

ne pourront point précendre aux penfions & croix de St. Lazare accordées par l'article précident,

XI. L'inspecteur-général mettra aux examens des éleves, & à la difribution des prix, toute la publicité & tout l'appareil qu'il jugera propres à faire impresion sur l'esprit des éleves, & à exciter l'émulacion des priticipaux & des mutres. Il distribuera en même tems à ces derniers les médailles qui leur auront été adjugées, d'après 'le succos de leurs éleves.

XII, Les éleves qui, après les examens ci-dessus ordonnés, devront être placés dans les cadets-gentilshommes des troupes de S.M., fecour répartis dans l'infapterie,

vante

« PreviousContinue »