Page images
PDF
EPUB

pagné dans fa voiture de Monfieur & de Mgr. le comte d'Artois, ainfi que du prince de Beauvau, capitaine des gardes en quartier, du duc de Coffé, capitaine des Cent-Suiffes en furvivance, & du duc de Fleury, premier gentilhomme de las chambre en exercice, fe rendit à l'églife de Notre-Dame, fa paroiffe; delà il fut à l'églife pa roiffiale de St. Louis, puis à celle des récollets, pour y faire les ftations du jubilé..

La reine & Madame, accompagnées de leurs dames d'honneur, d'atours, du palais & de -companie, fe rendirent auffi le même , pour objet, aux mêmes églifes, où Mme. Adélaïde &: Mefdames Victoire & Sophie s'étoient précé-demment acquittées du même devoir.

Mme. la comteffe d'Artois & Mme. Elifabeth de France ont auffi commencé leurs ftations qu'elles continuent de faire, ainfi que la cour.

Le 20, M. de Clugny, ci-devant maître dess requêtes & intendant en Guienne, eut l'hon-neur d'être présenté au roi, & de faire fes remercîmens à S. M., pour la place de contrôleurgénéral des finances, à laquelle S. M. l'a nommé fur la démiffion de M. Turgot.

Le 24, le comte de Melfort, maréchal des camps & armées du roi, & infpecteur des troupes légeres, a eu l'honneur de préfenter au roi, à la reine, à Monfieur, à Madame, à Mgr. le comte d'Artois, & à Mme. la comteffe d'Artois un ouvrage de fa compofition, ayant pour titre : Traité fur la cavalerie. Cet ouvrage, à la tête duquel fe trouve un frontifpice représentant la difpofition de deux armées combattantes, eft enrichi de planches gravées par les meilleurs maî tres. S. M., après avoir examiné cet ouvrage,. qui eft exécuté avec le plus grand foin, a bien voulu en témoigner fa fatisfaction au comte dee Melfort, qui en a reçu également de très-grandso

éloges de la reine, de Monfieur, de Madame, de Mgr. le comte d'Artois, & de Mme. la comteffe d'Artois.

Le 26, fête de la pentecôte, les chevaliers commandeurs & officiers de l'ordre du St. Esprit s'étant affemblés dans le cabinet du roi, vers les onze heures du matin, S. M. tint un chapitre, dans lequel elle nomma chevaliers de fes ordres le prince de Lambefc, grand-écuyer de France, & le duc de Coigny, fon premier écuyer. S. M. reçut enfuite le duc d'Uzés, le duc de Coffé, le comte de Teffé, le comte de Mailly-d'Haucourt, le comte de Montboiffier, le marquis de Levis, le marquis de Beuvron & le duc de Civrac, chevaliers de St. Michel. Le roi fortit de fon appartement pour aller à la chapelle. S. M. étoit précédée de Monfieur, de Mgr. le comte d'Artois, du prince de Conde, du duc de Bourbon, du comte de la Marche, du duc de Penthievre & des chevaliers, commandeurs & officiers de l'ordre. Les récipiendaires ci-deffus nommés, en habits de novices, marchoient entre les chevaliers & les officiers. S. M., devant laquelle les deux huiffiers de la chambre portoient leurs maffes, étoit en manteau, le collier de l'ordre par-deflus, fi que celui de la toifon d'or. Après la meffe, qui fut chantée par la mufique du roi, & à laquelle l'archevêque de Narbonne, prélat commandeur, officia, le roi monta fur fon trône, & reçut chevaliers de l'ordre du S. Efprit le duc d'Uzés, le duc de Coffé, le comte de Teffé, le comte de Mailly d'Haucourt, le comte de Montboiffier, le marquis de Levis, le marquis de Beuvron & le duc de Civrac : le baron de Breteuil, ambailadeur à Vienne, ne pouvant être reçu, ce jour, chevalier de l'ordre du St. Efprit, attendu fa réfidence à la cour de Vienne, S. M. lui

ain

a permis de fe décorer des marques de cet ordre. Le roi fut enfuite reconduit à fon appartement en la maniere accoutumée, La reine, Madame, Mme. la comteffe d'Artois & Mme. Elifabeth de France entendirent l'office dans la tribune. La comteffe de Canillac fit la quête.

Le même jour, la marquife de Fumel eut l'honneur d'être préfentée à L. M. & à la famille royale par la comteffe de Melet.

L. M. fouperent, le même jour, à leur grand. couvert. Pendant le repas, la mufique de S. M. exécuta plusieurs morceaux de fymphonie, fous la conduite du Sr. le Breton, fur-intendant de mufique, en furvivance du Sr. de Bury.

Le 27, la ducheffe de Fronfac eut l'honneur d'être présentée à L. M. & à la famille royale par la princeffe de Poix, & de prendre le tabouret. Le jour fuivant, en qualité d'époufe du duc de Fronfac, premier gentilhomme de la chambre du roi, elle eut les grandes entrées.

Monfeigneur le comte d'Artois ayant nommé à la place d'inftituteur de fes enfans l'abbé Defprades, fon fecrétaire-interprête, vicaire général de Die, & de l'académie royale des belleslettres de la Rochelle, cet inftituteur a eu l'honneur d'être préfenté, dans cette qualité, le 30, à Mgr. le comte & à Mme. la comteffe d'Ar

tois.

PARIS (le 7 Juin.) L'édit annoncé dernie- ́ rement, concernant la liberté du commerce des vins, eft auffi remarquable que tous ceux qui ont paru fous l'adminiftration de M. Turgot. Dans le préambule, de 17 pag. in-48., on trouve un expofé fuivi de l'origine des reftrictions & des prohibitions multipliées auxquelles ce commerce étoit aflujetti dans les provinces méridionales du royaume; de leur illégalité, de leur in

juftice, des torts qu'elles font à la généralité des citoyens pour l'avantage de quelques propriétai res de vignobles, &c. Ces ufages, y eft-il dit, font nés & n'ont pu naître que dans ces tems d'anarchie où le fouverain, les vaffaux des divers ordres, & les peuples ne tenant les uns aux au tres que par les liens de la féodalité, ni le monarque, ni même les grands vaffaux n'avoient affez de pouvoir pour établir & maintenir un fyftême de police, qui embraffat toutes les parties de l'état, & reprimát les ufurpations de la force. Chacun fe faifoit alors fes droits à lui – même. Les articles font au nombre de 6. Les villes le plus fpécialement intéreffées à réclamer contre leurs difpofitions font celles de Bordeaux & de Marfeille.

Par une déclaration du roi, donnée à Verfailles, le 19 du mois dernier, & enregistrée à la cour des aides le 21, S. M. dit qu'entr'autres difpofitions de fa déclaration du 5 Février dernier, elle a ordonné la fuppreffion des droits fur fe bled, méteil, feigles, farines, pois, feves, lentilles & riz, attribués aux offices de mefureurs & porteurs de grains, comme auffi des droits de halle & de garre,enfemble des 8 fols pour liv. fur partie defaits droits; qu'elle a ordonné que la perception de dits droits de halle & de garre feroit continuée fur toutes les autres denrées & marchanifes qui y font fujettes, & qui ne font pas fpécialement affranchies par ladite déclaration; mais que fon intention n'a pas été, en fupprimant les droits ci-deffus fur le bied, méteil, feigles, farines, pois, feves, lentilles & riz, de comprendre dans ladite fuppreffion les droits de domaine, barrage, poids de roi, don gratuit, vingtieme au pront de l'hôpital, & 8 fols pour liv. de ces droits. S. M., informée de deux arrêts de la cour des aides des 8 & 10. du mois

[ocr errors]

dernier, pour défendre la perception de tous droits quelconques fur les pois, feves, lentilFes & riz, & convaincue que cette cour n'a eu d'autre intention que de fe conformer à fes vo=lontés & d'en maintenir l'exécution, leve, par la préfente déclaration, toute équivoque fur l'in→ terprétation de celle du 5, Février; &, pour ne pas laiffer plus longtems interrompue une perception de droits qu'elle n'a pas encore dû fupprimer, &c. S. M. dit, déclare & ordonne que fans s'arrêter aux deux arrêts de la cour des aides, l'adjudicataire de fes fermes, commis & prépofés continueront de faire la perception de tous droits autorifés fur les pois, feves, lentil les & riz dont la fuppreffion n'eft pas nommé ment exprimée dans la déclaration du 5 Février fait défenses à toutes perfonnes de les troubler &c.

Signé, Louis, & plus bas, par le roi, AME

LOT.

On a publié 3 autres déclarations du roi. La Ire. concerne les inhumations; la feconde, les dévolutaires, & la 3e. les caufes d'appellations comme d'abus, & toutes celles de régales. Les deux premieres font en date du 10 Mars, la derniere du 12 Mai, & toutes les trois ont été enregistrées au parlement le 21 Mai.

De 3 ordonnances du roi qui font forties du département de la guerre, l'une, du 7 Mai, regle le rang des régimens de dragons entr'eux, & l'incorporation des légions..

L'autre de la même date, met le régiment d'infanterie de Quercy fous le nom de Rohans Soubife.

Par la 3me., du 14 Mai, le roi a jugé utile au bien de fon fervice de créer un troifieme ré→ giment d'infanterie irlandoife, tant pour donner à cette nation des marques de la fatisfac

« PreviousContinue »