Page images
PDF
EPUB

prairies qui font fur les deux bords de la rivie re, au moyen des éclufes conftruites à cet effet. Extrait de quelques autres gazettes américaines.

« Le 5 Mai, il arriva de France à la Caroline 5 bâtimens chargés d'armes, de munitions, d'uniformes, &c. L'Amphitrite eft auffi arrivé à Portfmouth dans la colonie d'Hampshire, ayant à bord 60 pieces de canon de fonte avec leurs affuts, 10 tonnes de poudre, 10 mille fufils & bayonnettes, des tentes & équipages de campagne, des uniformes pour 15 mille hommes, quantité de plomb, de balles & couvertures de lit, 24 ingénieurs, & un colonel françois ».

« Le 23 Mai, un détachement de la petite armée commandée par le général Parfon, dans le Connecticut, traverfa la fonde, & prit terre au port de Sagg dans Long-Ifland: le général Howe avoit établi dans cet endroit un magafin confidérable de provifions; les infurgens les détruifirent, coulerent à fond plufieurs petits bâtimens qui fe trouvoient au port, & enleverent 90: prifonniers, fans perdre un feul homme des leurs».

« Le général Washington a fait fçavoir au congrès que 3000 hommes de troupes faifant par tie des 12 mille fournis par les provinces feptentrionales pour renforcer la garnifon de Ticon derago, étoient arrivés, au commencement du mois de Mai, à leur deftination, où l'on atten doit le refle vers la fin du même mois, & que ces renforts, y compris les Indiens, formeraient une armée de 17 mille hommes, commandée par les généraux Gates & Arnold, ayant avec eux divers officiers francois ».

« On apprend de Ticonderago, que les maga fins établis à St. Jean, où l'on avoit dépofé les agrès & garnitures des vaiffeaux defiés à fer

vir fur le lac Champlain, ont été réduits en com dres par un incendie accidentel »>.

Les feuilles de la Nouvelle-Angleterre annoncent « que la province de Mailachufett - Bay avoit entierement complété le contingent que M. Washington lui a demandé pour la campagne de cette année, & qui eft de 18000 hommes; que toutes ces troupes font pourvues d'uniormes, d'armes, & d'un train confidérable d'artilferie, avec un corps nombreux d'ingénieurs européens; que la province n'avoit jamais été plus. fermement, ni plus unanimement résolue à une vigoureuse réfiftance qu'au départ de ces avis; que le même efprit régnoit dans les trois autres gouvernemens de la Nouvelle-Angleterre, ou l'on s'occupoit avec ardeur à compléter les coaringens; qu'on n'étoit pas moins rempli de zele & de courage en Penfylvanie, au Maryland, dans la Virginie & les deux Carolines, dont les trou-pes étoient déjà complettes ou prêtes à l'être ».. Voici le tableau des contingens refpectifs, tels. qu'ils ont été réglés par le général Washington.. Maffachufett Bay, 18000 hommes en marche $600 en réferve; Rhode-Mand, 5000 en marche, 3000 en réferve; Connecticut,, 10000 en marche, 6000 en réferve; New-Yorck, 6000 en marche, 3000 en réserve; les Jerfeys, 3000 en marche, 1000 en réserve; la Penfylvanie',. 25000 en marche, 10000 en relerve; la Virginie, 12000 en marche, 6000 en réserve; Maryland, 6000 en marche, 2000 en réserve; lat Caroline-feptentrionale, 6000 en marche, 2000 en réferve; la Caroline méridionale, 8000, en marche, 4000 en réserve; la Géorgie, 5000 em réferve; faifant ainfi 99 mille hommes en fervi· be effectif, & 47600 pour les befoins occafionnels.L'on ne trouve peint dans ce tableau les colonies du Nouveau-Hampshire, & des trois com G G

[ocr errors]

tés fur la Delawarre; mais, apparamment, la premiere eft comprise dans le contingent de Mallachufett-Bay, & la feconde dans celui des Jerfeys ou de la Penfylvanie.

Telle étoit la fituation des affaires en Amérique, aurant qu'on peut en juger par les différens extraits qu'on vient de rapporter, lorfqu'on reçut ici la lettre fuivante datée de Bordeaux le 17 Juillet.

« Le bâtiment américain, la Cathérine, capitaine Manchester, qui vient d'arriver ici de Dartmouth en 25 jours de trajet, a rapporté que les généraux Howe & Cornvallis s'étant joints à Amboy, le général Washington avoit détaché le général Putnam, pour tomber fur la garnifon de 3000 hommes que les Anglois avoient laiffée à Brunswick, & qui, à la feconde attaque, avoit été forcée & faite prifonniere de guerre. Après cette action, qui s'eft paffée le 30 Mai, M. Washington, s'étant fait joindre par fes différens détachemens, avoit attaqué le 10 Juin, & défait les deux commandans britanniques; & il avoit d'abord expédié des couriers pour annoncer ce fuccès aux différentes provinces.

Il n'eft guere poffible d'accorder quelque confian ce à la derniere nouvelle, puifque l'on voit dans tous les avis de l'Amérique, que le général Howe étoit encore le 10 Juin à New-Yorck avec la plus grande partie de fon armée. Il paroît tout au plus poffible que le général Washington ait attaqué la premiere divifion des troupes du roi à fa defcente dans le Jerfey. Cependant on lit ce qui fuit dans un de nos papiers publics, dont le rédacteur n'eft pas foupçonné, dit-on, vorifer les infurgens.

«On apprend du maître d'un navire arrivé d'Amérique, d'où il étoit parti le 14 Juin, qu'il y a eu deux affaires entre les armées des généraux

[ocr errors]

Howe & Washington: celui-ci s'étant joint au général Putnam, a attaqué le premier, foutenu par les troupes du lord Cornwallis; le combat fut long & opiniâtre; mais enfin les royalistes abandonnerent le champ de bataille avec perte de 3000 hommes, tant tués que bleflés ou prifonniers.

«Le général Washington poursuivit l'ennemi;& dans une feconde affaire, il a prefque taillé en pieces les forces combinées des deux généraux anglois. Le lord Cornwallis s'eft retiré jufqu'à Elifabeth-Town, à 10 milles de New-Yorck, & n'a pas trouvé un feul royaliste dans cette ville.

Une autre gazette imprimée ici vient à l'appui, & s'exprime ainfi."

« Un de nos correfpondans, dont la bonne foi ne peut être fufpecte, étoit à Liverpool, il y a 8 jours, lorfque le Pôle vint y mouiller, après un paffage de 24 jours de New-Yorek en Europe. Notre correfpondant fe tranfporta à bord de ce bâtiment, & voici ce qu'il tient du capitaine, & des gens de l'équipage ».

« Le jour même que le Pôle appareilla de NewYorck, le général ayant reçu un échec confidérable dans le Jerseys, avoit été contraint d'en fortir avec précipitation, après avoir mis le feu à Brunswick, & autres poftes occupés par fes troupes. L'armée fe rembarqua avec la plus grande précipitation, tandis que l'on fortifioit NewYorck, que l'on craignoit que Washington n'attaquâr. On peut, continue le gazettier, conclure tout au moins de ce rapport, que les Américains ont remporté quelqu'avantage confidérable ». Enfin, plufieurs négocians de cette capitale ont reçu des lettres de l'Amérique, dont voici la fubftance.

« Le lord Cornwallis a certainement été bat

tu par Washington, qui lui a tué, pris ou blef fé 1200 hommes. Cet échec l'a contraint à fe rapprocher du général Howe, qui, craignant le même fort, s'eft replié fur New-Yorck, dans le deffein, dit-on, de s'y fortifier, en attendant que quelqu'occafion plus favorable fe préfente, heureux pour le moment de fe tenir fur la défenfive ».

« Les habitans de cette ville font en proie à de nouvelles allarmes; on a effayé II fois d'y mettre le feu; 30 des incendiaires font arrêtés, & détenus dan les prisons; mais comme il y a lieu de croire que le nombre de leurs complices eft beaucoup plus confidérable, les bourgeois font,. nuit & jour, fous les armes, & l'on a multiplié les patrouilles ».

[ocr errors]

«Dans le Canada, les royaliftes n'ont pas été beaucoup plus heureux Arnold a déconcerté les projets de Burgoyne; & la conduite que le général américain a tenue dans cette occafion, prouve que cet officier n'eft pas moins expéri menté que

brave >>.

Le miniftere a reçu, il y a quelques jours, de nouvelles dépêches de l'Amérique en date du 17 Juin il n'en a rien fait publier; mais nos gazet tiers prétendent fçavoir que ces dépêches portent: que le général Arnold a défait un gros détachement que le général Burgoyne avoit envoyé en avant pour attaquer Ticonderago; que le général Howe, ayant reçu certe fâcheufe nouvelle, fit embarquer a la bâte 6000 hommes, danss la vue de caufer une diverfion qui pût faciliter la retraite du général Burgoyne, mais que Waf Bington, inftruit de fon intention, difpofa fon ar mée pour livrer bataille au lord Cornwallis, que cette manœuvre du général américain obligea le général Howe, à rappeller fes troupes, & à fe approcher de Brunswick, afin d'être plus a por

« PreviousContinue »