Page images
PDF
EPUB

Déjà le feu s'étoit communiqué à 6 habitations , & mee naçoic forțement les greniers à fel & le quartier le plus hab:té, lorsque les pompes de Rhetel-Mazarin arriverent avec un grand nombre d'ouvriers envoyés par les offi ciers municipaux de cetre derniere ville. Ces secouiss répartis avec intelligence aux endroits les plus dangereux ne laisserene bientôt plus à redouter que la flamme fît des progrès plus étendus.

Un procès-verbal juridique , rédigé par le président de l'élection de Reims , & le fubdélégué de l'intendance , a évalué la perte de la ville de Château-Porcien à 414, 500 liv. Elle consiste en 70 maisons avec leurs dépendances, plusieurs granges & écuries, l'hôtel-dieu , la maison des leurs de l'enfant Jésus , les écoles publiques & le prieuré de l'abbaye de St. Hubert. Le nombre des bourgeois fans afyle, & qui ont perdu presque tous leurs meubles , est de 340.

Le cardinal de la Roche-Aymon, archevêque de Reims, & M. Rouillé d'Orfeuil, 'intendant de Champagne, ont envoyé sur le champ des secours en argent. Les villes de Reims , Rhecel-Mazarin, paroisses & abbayes vuifines se font empressées d'en procurer en pain & en grains ; & ce qu'on a reçu , fuffira jusqu'à la récole pour la subsistance des incendiés les plus nécessiceux.

Il a été formé, sous l'autorité de l'archevêque & de l'intendant, un birreau de charité pour l'adminiftration de tous les détails relatifs à cet accident. Après avoir pour. vu à la sûreté publique & au logement des incendiés, son premier foin a été de consacrer , par une délibération, la reconnoissance de la ville pour les secours qui lui ont été donnés , & de députer deux de ses membres au corps municipal de Rhetel, dont les pompes ont conservé le refte de la ville. Le Sr. Rose , subdélégué, a été nommé par le bureau pour faire la recette des aumônes & des secours qui feront envoyés. Ce désastre , dont on vient d'extraire & de resserrer les détails , excitera , sans doute , la bienfaisance au-delà des lieux voisins de cette ville malheureuse, incendiée quatre fois depuis 1702, & qui , par la répétition de ce fléau, a perdu son commerce & ses ressources,

Le village de Cola , près de Tonnerre , avoit éprouvé la veille le mêne malheur. En moins d'une heure & demie, difent les nouvelles qu'on en reçoit , coure la partie balo fe de ce village a été confumée , les arbres même ont été brulés, les haies de séchées, & 26 maisons , outre les granges & les écuries, ont été détruites, malgré les secours qui y ont été apportés par les personnes qui se trouvoient alors chez le seigneur dont la ferme & les écılries ont été incendiées.

On apprend de Donchery que le 11 Juillet, à I h. 47 minutes après-midi, le tonnerre tua le fils du nommé Charles le Sieur, qui faifoit paître le troupeau commun à un quart de lieue de cette ville. La foudre frappa au même instant ce jeune garçon , son chien & 12 moutons, qui tous ont été engloutis dans la terre à trois grands pieds de profondeur. On a promptement retiré le cadavre de l'enfant, qui écoit froiffé & couvert de contusions.

Le tirage de la loterie de l'école royale militaire s'est fait le 5 de ce mois. Les numéros fortis de la roue de fortune font, 16, 75, 42, 6, 27.

GRANDE-BRETAGNE. LONDRES ( le 14 Juillet.) Le roi vient d'élever cinq vicomtes d'Irlande à la dignité de com. tes du même royaume ; 7 chevaliers à celle de vicomte, & 23 autres à celle de baron. S. M. a aussi nommé plusieurs personnes de distinction fes conseillers privés en Irlande. Ces nouvelles promotions , qui font passer à la pairie tant de membres de la chambre des communes , af fermiront de plus en plus le crédit de la cour dans les deux chambres du parlement ; mais cet * arrangement pourroit caufer de grands débats à la séance prochaine, ainsi qu'une autre disposition de la cour, par laquelle on a assigné sur les revenus d'Irlande plusieurs nouvelles pensions , qu'on fait monter à 300000 liv. sterl., tems où le parlement espéroit qu'on diminueroit les pensions dont le pays étoit déjà trop chargé.

Le comte d'Harcourt , ayant rempli, pendant le terme fixé, les fonctions de vice-roi de ce royaume, est attendu inceflamment ici : le choix

dans un

du roi pour le remplacer , n'est pas encore connu ; mais on croit que S. M. fae décidera en faveur du lord Rochfort,

S. M. voulant récompenser la conduite coufageuse & prudente du général Carleton au Canada , vient de le décorer des marques de l'ordre du bain. L'épouse de ce général & fa fæur sont parties le 9 de ce mois, pour aller le joindre à Quebec. S. M. a élevé aussi à la dignité de chevalier-baronner le major Caldweld , qui a apporté la nouvelle de la levée du siege de cette ville , où il va retourner avec un grade supérieur.

Le nouveau parlement d'Irlande s'étant afe femblé à Dublin le 19 de ce mois, les communes rejettecent un bill tendant à prévenir les banqueroutes frauduleuses, & un autre tendant à accorder au roi certains droits applicables au paiement des intérêts d'un emprunt à 4 pour · 100 la seule raifon que ces bills avoient été formés à Londres, aulieu de l'avoir été dans la chambre des communes d'Irlande. Il y eut a ce sujet de grands débats, dans lesquels on renouvella tous les réglemens antérieurs du parlement. Le 20, le vice-roi se rendit au parlement, & le prorogea au 20 Août prochain.

Il n'est pas possible de rendre compte de ce qui se passe en Amerique avec autant d'ordre qu'on le desireroit. Ce ne sont point ici los opérations de deux armées rivales dont on peut fuivre les marches , & nommer les camps jour par jour. Obligés de diviser leurs troupes pour embrasser le vaste continent de l'Amérique, les Anglois vont porter leurs efforts sur plusieurs points à la fois. En attendant les scenes sanglantes qu'ils vont ouvrir on ne peut que donner des détails imparfaits de l'état des choses dans les différentes colonies, soit d'après la gazetts,

., par

de Londres , soit d'après les lettres particulieres de ces contrées.

Celles du Canada portent que les Américains avoient concerté leurs opérations contre Que bec, de maniere qu'un événement extraordinaire, tel que celui qui est arrivé , pouvoit feul fauver la ville. Ils avoient transporté leur canon sur la neige glacée qui couvroit les lacs ; établi des détachemens pour surveiller l'approche des vaisseaux de guerre qui devoient venir au secours du général Carleton , & ils (cavoient, plusieurs jours avant l'arrivée de ces vaisseaux à quelle distance ils avoient coupé au gouverneur de la place toute communication qui auroit pu lui apprendre qu'il alloit être secouru; mais la veille du jour fixé pour placer leurs échel les contre les remparts, il s'éleva un vent d'est fi violent, qu'il fit paffer l'Ifis & les autres bâtimens à travers des monceaux énormes de glace qui auroient dù les arrêter. Les insurgens, par l'arrivée inopinée des vaisseaux, perdant le commandement de la riviere , & ne pouvant plus rien entreprendre sur la ville, crurent devoir se retirer

Si l'on a beaucoup varié sur l'historique de cette retraite , il n'est pas étonnant que les fuites qu'el

ne foient pas exactement connues. Une lettre de Quebec, datée du 11 Mai, en parle en ces termes :

Les infurgens sont aduellement aux trois rie vieres : une frégate , un Roop de guerre & un sénaut armé les poursuivent. Ces vaisseaux qui leur ont déjà causé beaucoup de dommage, ont repris le Galpée, ainsi qu'un autre vaisseau char de beaucoup de provisions de guerre. Si notre renfort fut arrivé deux jours plus tard, il eff probable que nous aurions eu un asut à foutepir; car les provincieux avoient été joigts la

le a eues

[ocr errors]

ils ne

veille par quatre cens kommes, & ils avoient à leur disposition d'autres corps asez considérables de troupes. Selon toutes les apparences , quitteront la province que lorsqu'ils y seront contraints par la force des armes. En effet, il y a lieu de croire qu'ils seroient bien aises de faire du Canada le théatre de la guerre pour la détourper de leur pays. Si le grand armement arrive bientôt, ils seront chassés de la province ; mais fi on leur donne le tems d'augmenter leurs forces, ce sera peut-être l'ouvrage de toute la canpagne. Le renfort que nous avons reçu d'Angleterre consiste en trois vaisseaux de guerre & en trois vaisseaux de transport, ayant à bord la plus grande partie du 2se. régiment. Ce qui nous est arrivé ďHallifax, confijte en une frégate & trois vaisseaur de transport avec le 45e. régiment, forces trop peu nombreuses pour donner la chasse à un ennemi dont l'armée, y compris les nouveaux renforts, est de quatre mille hommes. Le général a ordonné qu'on disposát tout de maniere à pouvoir poursuivre les provinciaux auffitôt qu'on seroit en force pour marcher après eur.

Quelques avis de la Virginie portent que le lord Dunmore ayant reçu des renforts d'Angleterre , a eu quelques avantages sur les Américains ; qu'il a repris pofseffion du château de Williamsbourg ; que la tranquillité commence

à renaître dans cette province, & qu'enfin le lord Cornwallis & les autres généraux se flattent de réduire bientôt la Caroline & la Géorgie, qui tiendront difficilement contre les forces qu'on y rassemble.

Le rembarquement des troupes qui étoient venues de Boston à Hallifax, est confirmé par les dépêches que le général Howe a expédiées à la cour; ces lettres , en date des 7 & 8 Juin, marquent que plusieurs bâtimens du grand trans

[ocr errors]
« PreviousContinue »