Page images
PDF
EPUB

JOURNAL POLITIQUE,

OU

G A Z E T TE

- DES GA ZET TES,

AO U T.

Premiere Quinzaine.

TUR QUI E.

CONSTANTINOPLE ( le 3 Juin.)

[ocr errors]

fes conftitutions militaires , & l'autorité fans bornes des pachas ou gouverneurs, ont plus

[ocr errors]
[ocr errors]

d'une fois exposé la Porte à perdre des provinces entieres. On vit il y a quelques années , Ali - Bey usurper le rang suprême de soudan , & régner sur l'Egypte par la crainte & par la terreur. Dans le même tems, le CheickDaher , son allié, s'étoit emparé d'une partie de la Syrie ; & la défaite & sa mort n'ont point rendu le calme à cette province. Ahmed-Daher fils ainé de de vieux guerrier , s'est soumis , à la vérité, au grand seigneur, ainsi qu'on l'a déjà dit (voy. iere Quinz. de Mars dernier , p. 6.); mais Ottoman & Ali, ses deux freres, continuoient de tenir la campagne, & s'étoient partagé environ un tiers du gouvernement d’Acre. Ahmed, quoique fidele à la Porte , se trouvant ainsi dépouillé, se rendit à Acre , le 8 Fevrier dernier, à la tête de 5o cavaliers ; il y fut accueilli par Gezar-Bęy , qui y, commande, & qui lui afligna les districts occupés par ses freres, en lui promettant les secours nécessaires pour s'en merire en poflellion, s'il trouvoit quelque résistance; ce cheick voulut en effet se rendre à son nou. veau gouvernement; mais les troupes d’Ali lui en ayant disputé le passage , il fut forcé de se retirer chez les Arabes-Saker, avec lesquels il campa dans la plaine de Zabulon. On apprend que dans cette position, il demanda des secours au pacha, qui lui a envoyé le 1er. Mars, 200 cavaliers. IÍ y a lieu de croire que ce renfort arriva trop tard pour soutenir Ahmed contre ses freres, dans une action où ceux-ci ont eu quelque avantage, puisque les 200 cavaliers sont retournés sur leurs pas dès le 5.

On ne connoit pas précisément le nombre des troupes ramassées qui font aux ordres des deux freres révoltés; mais on a lieu de présumer qu'ils né tiendront pas longtems contre les forces du capitan-pacha, qui eft au moment de paroitre sur

des côtes de Syrie avec 30 voites. Huit pachas albanois à 3 queues, chacun à la tête de mille homines de troupes choisies, doivent concourir au succès de l'expédition du capitan-pacha. D'ailleurs, il est enjoint à l'émir Youssef, sous peine d'encourir l'indignation du grand seigneur, de marcher en personne contre les fils de Daher , & de pourvoir à tout ce qui sera nécessaire pour la subsistance de l'armée.

On sçait aussi que Mustapha pacha est en rébellion ouverte contre la Porte,qui a envoyé Ismaël pacha, pour prendre possession du gouvernement d'Albanie. Méhémet pacha, fon pere, gouverneur de cette province, lui a laissé en mourant de grandes richesses que le grand seigneur réclame, comme provenantes des exactions exercées sur les Albanois; mais Mustapha , peu difpofé à renoncer à cette succession, a écrit au divan en ces termes : « Mon pere étoit pacha à 3 queues , & ces hon.. neurs faisant l'objet de mes desirs, je promets Is bourses à celui qui m'en apportera le firman. Pour me conformer aux dernieres intentions de mon pere, qui m'a fait jurer en mourant, de conserver ses trésors, j'ai résolu de les défendre contre quiconque entreprendroit de me les enlever. La Porte s'écarteroit des préceptes de l'alcoran , fi elle exigeoit que je méprisaffe les volontés de mon pere, & elle manqueroit également à la faine politique, si elle s'obstinoit à m'y contraindre. Les Albanois respectoient mon pere ; ils m'estiment, & me demandent pour leur gouvera -neur. Il est donc de l'intérêt du grand feigneur de confirmer le choix de la province; S. H. peut être assurée d'ailleurs que je ne négligerai rien de tout ce qui pourra contribuer au bonheur de ses sujets ».

Le bruit se répand que la garnison & les habitans de Baffora, après la défense la plus opi

niâtre & la plus vigoureuse, ont été obligés de capituler. On ne dit cependant point quelle est la date de cette reddition.

M. Thugut, internonce de L. M. I. , fait des dispositions pour retourner par eau à Vienne ; c'est M. Toffara qui , pendant son absence, veillera aux intérêts de L. M. I.

Les préparatifs qui fe font au serrail annoncent le prochain accouchement d'une des femmes du grand seigneur. <Extrait d'une lectre d'Alep du 19 Ayril.

Environ mille Capfis, restant de cinq à 6 mille détruits successivement dans la Caramanie par divers pachas ou commandans, s'étant rendus prés d'ici, Greaboul aga , notre musselim , sortit le 10 de ce mois, pour les combattre ; mais Sa troupe fut repousée le lendemain , avec perte de cent cinquante hommes tués ou blessés ; lui-même, couvert de blessures , fut dépouillé & fait prisonnier. Le 16, ce musselim ejt rentré ici , aprés avoir payé à ces Capfis plus de soixante bourses, tant en argent qu'en divers effets ; on ne sçait fi ce Jera lui ou la ville qui supportera cette dépense; mais chacun paroît condamner sa conduite dans cette expédition.

Le nouveau pacha de cette ville vient d'arriver, & fera son entrée dans peu de jours.

SALÉ ( le 28 Mai.) Les princes Muley-Aly, Muley-Yerid & Muley-Abduraman, fils de notre souverain , ont été appellés à la cour pour éclaircir des sujets de plainte élevées contr'eux, & surtout contre les deux derniers. Ils ont été reçus par leur

pere avec toutes les marques d'une difgrace entiere. Plusieurs domestiques , reconnus pour les auteurs des fautes qu’on imputoit à Muley Abduraman, ont eu les mains & les pieds

[ocr errors]

tre morceaux.

coupés. Un rénégat, Catalan de nation , qui étoit le confident de ce prince, a été coupé en qua

Le 20 de ce mois, il parut devant Larrache une escadre de 13 vaisseaux de différentes grandeurs: le lendemain, cette même escadre se montra entre la Mamora & Salé, ayant le vent contraire, dans la même nuit , elle vira de bord : à la vue de cette escadre, dont on n'a pu reconnoître le pavillon, on avoit pris toutes les précautions que demande la défense.

RUSSI E.

PÉTERSBOURG ( le 19 Juin. ) L'impératrice a disposé du gouvernement d'Astracan en faveur du général-major Jacobi ; S. M. I. a accordé les deux places de directeurs de la ban. que d'assignation de Moscou au colonel Charles de Rosenberg, & au conseiller de cour de Muchazew.

L'impératrice , accompagnée du grand duc & du prince Henri de Pruffe, alla diner le 8 de

ce mois, à Catschina , maison de plaisance du prince Grégoire Orlow, & revint le même jour à Czarsko-Želo.

Le 11, ces deux princes partirent pour Pétershoff & Oranjebom, d'où ils allerent à Cronftadt,pour y voir les vaisseaux que l'on y a équippés; le 15, L. A. I. & R. étoient de retour à Czarsko-Zelo.

Le 18 au matin, l'impératrice arriva ici avec le grand-duc & le prince Henri ; S. M. I. descendit au palais d'été, dîna à l'hermitage , & retourna le soir à Czarsko-Zelo.

Le départ du prince Henri de Pruffe eft fixé au 25, & celui du grand duc au 22, parce que l'intention de S. A. I. eft de passer

« PreviousContinue »