Page images
PDF
EPUB

crû la devoir communiquer à leurs Ministres résidens ici, afin d'agir de concert avec eux en cette occasion, comme on l'a fait jus: ques à présent en toutes choses. Que lesdits Sicurs Ministres, de même qu'eux, avoient jugé que puisque lesdits Sieurs Plénipotentiaires rejettent par leur réponse les propo fitions qu'on leur avoir faites , & déclarent qu'il est inutile de conferer plus long-temps sur lesdites Propositionss: Il ne reste plus de la part des Hauts-Alliez que d'aquicfeer à cette rus pture , & de ne plus continuer les Conférences, tant que les Ennemis demeureront dans ces sentimens: Puisque dans les dispofitions où les Ennemis se trouvent, les Conférences ne pourroient être d'aucun fruit ; &: que

bien loin d'acheminer les affaires à la Paix & à l'union, comme ç'a coûjours été le but de l'Etat & de ses Alliez , pourroient que donner occasion à des aigreurs.

Surquoi ayant été déliberé, l'avis de Leurs Hautes Puissances s'eft trouvé, conforme à celui desdits Sieurs leurs Députcz,& des Ministres des Hauts-Alliez.. Et en conséquence, il a été trouvé bon & arrêté, que les Sieurs Buys & vander Dulen seront requis & au-torisez, comme ils le font: par cette présente Résolution , d'en donner connoiffance pax

écript

elles ne

[ocr errors][ocr errors][ocr errors]

écrit auxdics Sicurs Plénipotentiaires, mais sans entrer dans aucune discussion à l'égard de la Lettre que lesdits Sieurs Plénipotentiaires ont écrite, quoi qu'il fût très aisé de la refuter solidement , tant à l'égard de la matiére que des expressions qu'on y employe.

Que de plus, il sera remis entre les mains:
des Srs. Randswick & autres Députez de:
Leurs Hautes Puissances pour les Affaires és
trangéres une Copie de ladite Lettre, afin
de concerter avec les Ministres des Hauts-
Alliez les mesures qu'il faudra prendre , &
ce qu'il convient de faire à l'avenir sur cette:
affaire, & pour en-suite en faire rapport à les
Assemblée.
Paraphé E.VoITTERSUM, vom

Et plus bas
Trouvé conforme au Registres

Signé,
F. FAGE L.

[ocr errors][ocr errors][ocr errors]

Extrait du Regitre des Résolutions de leurs Histo

tes Puiffances or

[ocr errors]

Da Dimache le 27. Juillet 17103 EsSicurs deRandswick & autres Députez de L.curs Hautes Puiffances pour

les After

faires étrangeres, en conséquence & en cona, formité de la Résolution Commifloriale du 23. de ce mois, ayant conferéravec les Ministres des Hauts-Alliez, sur le contenu de la Lettre des Sieurs le Maréchal d'Huxelles & l'Abbé de Polignac , écrite de Gertruydens; berg le 20. du courant , au Sieur Conseil ler Penfionnaire Heipsius; laquelle Lettre fervoit de répoose à ce que les Sieurs Buys. & vander Dussen leur avoient proposé dans la derniere Conférence, & qui avoit été le sujet de la Négociation ; &'ayant examiné. & concerté ensemble les mesures qu'on doit prendre, & ce qu'il conviert de faire à l'avenir fur cette affaice, ont fait leur Raport à l'Assemblée, & ont dit.

Que lesdits Srs. Ministres &c eux Députez avoient témoigné en général un très-lensible déplaiGr.,. de ce que les.Ennemis rompant les: Négociations-qu'on avoit reprises pour parvenir à une Paix solide & générale, on voyoit par-là les espérances qu'on avoit

conçûes des dites Négociations s'évanouir , & cette Paix, fi ardemment deGrée par les Hauts Alliezé. loignée. Mais considerant qu'on ne peut par.. venir à laPaix que lorsque les ennemis.y you.. dront conquerir,& que cette volonté est dans. La réalité aussi éloignée de leur intentiona qu'a alle puoît: Lincera & efective dans leurs pas

roles

[ocr errors][ocr errors][merged small][ocr errors][ocr errors][ocr errors]

roles ; ils croyent qu'il ne reste plus du-côté:
de l'Etat & des Alliez, que d'aquiescer à la
rupture, en se reposant sur l'assurance qu'ils.
ont eux-mêmes, que comme leurs intentions:-
ont toûjours été droites, & n'ont jamais eu.
pour but que d'avancer une bonne & solide ".
Paix, & d'y parvenir, s'il eût été possible si :
aucune personne impartiale & équitable ne
pourra leur imputer la rupture de la Négo-
ciation & la continuation de la Guerre. Car:
quoique ladite Lettre, remplie d'infinuations: ,
artificieuses & d'expressions odieuses , ne soir:
écrite & ne tende à d'autre but qu'à rejetter
sur les Alliez la rupture de la Négociation,
& la continuation de la Guerre, comme s'ils-
demandoient des choses nouvelles, injuftes,
& impossibles dans l'exécution : neanmoins
tout cela ne charge point le fond de la chose
en elle-même, & il n'en est pas moins clair que:
cette rupture doit beaucoup plûtôt êcre arez
tribuée aux Ennemis; puis qu'ils se départenty
des fondemens sur lesquels la Négociation a.
été commencée , & qu'ils font leurs efforts
pour rendre l'Article capital, favoir la Reftin
tution de l'Espagne & des Indes , illusoire dans
son éxécution.

Que pour démontrer cette verité, il faut confiderer', qu'il y a long; temps, lorsque lasi Ennemis demandérent d'entreren. Cons

[ocr errors]
[ocr errors]

férence, & de traiter de la Paix, on n'a pas voulû ni pû y consentir du côté des Alliez, à moins qu'avant toutes choses on ne convint de certains Articles , qui fuffent le fondement de la Négociation dans laquelle on devoit entrer , pour parvenir à une Paix foli-de & générale. Le premier & le principal de ces Articles fut la Restitution de l'Espagne & des Indes au Roi Charles III. Et cet Are ticle fut accordé par la France, même avant que le Sicur Rouillé & le Sieur Marquis de: 'I orci vinfront dans le Païs; & ainfi avant qu'on fût convenu des Préliminaires , par losquels cette Restitution est confirmée avec plus d'étenduë, & de nouveau promise & Aipulée. Par conséquent, personne ne peut trouver étrange qu'on insiste de la part des Alliez sur un point capital comme celui-ci, pour lequel on a commencé & continué jafi ques à present la Guerre ; oi que les Alliez prétendent d'avoir unc entiere fûreté à l'égard d'une chose de li haute importance,

Que les Hauts-Alliez croyant ne trouver certe füreré que dans l'Article XXXVII. des Préliminaires, & le Roi T. C, n'ayant pas jugé à propos d'approuver les Préliminaires, à cause de ce XXXVII: Article feul, cet Article est devenu le fujer de la Négociation que les ennemis viennent de compresa law

quelle

« PreviousContinue »