Page images
PDF
EPUB
[ocr errors]

Noblesse, si elle veut donner quelque pouvoir à fes Députez.

Si l'on agit autrement en ceci, & que fans une Assemblée forinelle des Etats & fans avoir d'avance consulté les Etats obéissans, on vouloit accorder à ceux d'Embden & à leurs adherans, de nommer des Députez & les envoyer à la Haye avec des instructions; ce seroit autoriser les auteurs du tumulte contre tout Droit, & contre les Accords d'Ooftfrise, ce qui ne peut être.

4. On ne peut conjecturer de la Lettre d'Embden du 3. Septembre autre chose , finon, que cette Ville & ses adherans, ne peuvent confentir aux propofitions qui leur ont été faites par les Etats Généraux, ni admettre la Médiation du Roi de Dannemarc, puifqu'il n'y est parlé que de la Médiation de Leurs Hautes Puissances, outre qu'ils continuent à ne pas vouloir reconnoitre la Commission Imperiale, dans la suposition que Sa Majefté Imperiale refuse de les écouter, ainsi qu'ils l'ont publié dans des Ecrits repandus de tous côtez. 'Leur intention est donc de traiter sous la seule Médiation & direction des Etats Généraux, sans que la Commission

, subdeleguée ait rien à y dire, ainsi qu'ils ont défendu à tous les Ministres fous de sévéres peines de rien publier qui soit émané. par la Commiffion Imperiale.

5. Les Etats Généraux entendent, suivant leur proposition, que tout ce qui auroit été reglé & arrêté à la Haye , seroit remis entre les mains des Subdéléguez, pour avoir leur aprobation, & être exécuté par forme de Décret; Son Altesle ayant fait part de ceci à la

fur

[ocr errors]

Hh 3

[ocr errors]

surdite Commiflion, aint qu'il le devoit néceflairement, les Subdéléguez ont fait entendre, que bien loin de décreter l'exécution d'un Projet qui auroit été dressé fans leur concours, ils ne pourroient absolument pas l'admettre ou l'aprouver , puisque dans la fituation où sont les affaires, cette maniere de traiter leur paroit très préjudiciable à la Souveraineté de l'Empereur & de l'Empire, ce dont ils seroient responsables à Sa Majesté Imperiale s'ils y condescendoient_en aucune maniere. Ainfi, fi l'intention des Etats Généraux étoit , qu'un tel Projet dressé par Sa Majesté le Roi de Dannemarc & Leurs Hautes Puissances fut exécuté, il est indispensable que Sa Maj. Imperiale y consentira aussi peu que la Commission, sur tout fi l'on continuë à les charger pour l'avenir de la Garantie de l'observation de cet Accord, sans quoi nćanmoins le Prince ne pouroit trouver aucune fureté.

6. On doit donc prendre garde d'offenser Sa Majesté Imperiale par cette maniere d'agir, puisqu'Elle-même & ses Prédécefleurs depuis long-tems ont expreffement défendu de s'adresser à d'autre qu'à Elle quand il s'agira de quelques differens , ordonnant de se foumettre à son souverain Tribunal ; c'est ce qui a porté Sa Majefte Pruflienne, en offrant fa Médiation à Son Altesse, de s'exprimer ainG dans sa Lettre du 10. de Juin 1724..,

Nous n'ignorons pas l'intention de Sa Majefté Imperiale à cet égard, & nous la respectons comme nous devons, ensorte que nous la seconderont de tout notre pouvoir, & notre intens

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

"ger.

cion n'est aucunement de vous foustraire à l'examen de la Cour Imperiale & à la décision ; nous savons que vous

ne le pouver, & qu'on ne peut l'exiC'est cette déclaration qui a porté Son Altefle à refuser cette Médiation, & à s'en tenir à la voye légitime de la Justice , & il paroit que cette conduite de Son Altesse a donné lieu à quelque mécontentement de la part de Sa Majesté Pruffienne.

7. Si Son Altesse donnoit les mains à la Négociation proposée à la Haye, on voit bien que ce seroit offenser de nouveau le Roi dePruffe.

8. On ne repetera pas ici d'autres raisons contenuës dans la Resolution du 30. Avril, communiquée à Monsieur Lewe van Adwart.

9. La Commission Imperiale a fuffisamment déclaré que, dès que l'on auroit rétabli toutes choses sur le pied où elles étoient, elle pouroit convoquer une Diéte composée des Etats qui se font soumis ; & feroit disposée, suivant les instructions de Sa Majesté Imperiale, à dresser un Recès d'exécution au nom de la Commission, qui pouroit être publiée comme une décision Imperiale ; que pendant l'exécution de ce Recès, lesdits Subdéléguez permettroient que Sa Majesté le Roi de Dannemarc & Leurs Hautes Puissances envoyarsent chacun une personne accreditée ad locum Commissionis, pour perfuader, comme amis, aux parties de faciliter l'exécution d'un tel Recès de la Commission. Mais suivant les Instructions desdits Subdéléguez la direc

tion

Hh 4

tion & la décision doivent dépendre d'eux seuls. Et il paroit que ces Deputez accredi tez pouroient par leur interyention amiable procurer l'accommodement des points qui ne sont pas decidez dans les Decrets de l’Empereur, mais qui font contenus dans les Conventions d'Oolifrise , & dont Son Altele a fait mention, en peu de mots, dans la susdite Resolution donnée à Mr. le Baron d'Adwart N. 12. Son Alteile aprouve cette proposition des Subdéléguez.

Leji. de Septembre 1726.

[ocr errors][ocr errors][merged small][ocr errors][ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

Comme toutes les démarches de Leurs Hautes Puissances, quelque preflantes » qu'elles fussent , ne changerent rien à la

situation des choses, nous paflerons plu

sieurs Lettres , Résolutions & Patentes, », qui ne disent rien de plus que les précéa

dentes, pour raporter deux Lettres que le Roi de Prusse écrivit le jo. de Mai 1727.

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

Lettre du Roi de Prusse aux Etats

d'Oustfrije

FREDERIC GUILLAUME ROI, &c.

NOCH
TOus voulons bien vous faire savoir par

celle-ci, qu'il nous a été remis, il y a quelques jours, une Lettre de Sa Majelté Imperiale, écrite le 13. Avril dernier, & envoyée expressement par un Courier , par laquelle Sa Majesté Imperiale témoigne fon extrême déplaisir des troubles qui ont durez jusqu'ici en Doftfrise, & du soulevement,

que

[ocr errors][merged small][merged small]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

que de votre côté vous pouflez toujours plus loin contre votre Prince, lequel Eile regarde comme une affaire qui sert de mauvais exemple dans l'Empire, & qu'on ne fauroit abfojument tolerer plus long-tems, après la grande clémence dont il a été usé envers vous infructueusement; c'eft pourquoi Elle demande de Nous, & en inême tems des autres Princes Condirecteurs du Cercle de Westphalie, en ces propres termes : Que nous veuillions

étouffer de toute notre force , firôt qu'il est possible, la Rebellion (uscitée par des Sujets lans religion, sans foi, fans honneur, coinme une chose contraire à l'autorité du Chef Suprême dans l'Empire ; que Nous veuillions affilter le Prince dans le danger où il se trouve, avec les Troupes néceilaires , rétablir la Paix , tranquillité & obéïfo sance , mettre les Boutes-feu en prison , & les garder jusqu'à nouvel ordre : en

fin contribuer comme Directeur du Cer: ,,cle, tout ce qui est néceliaire pour ac

commoder & faire cefler proinpreinent les

differens pernicieux qui regnent dans la » Principauté d'Doftfrife.

Comme donc nous ne pouvons nous-mê. me nullement aprouver , que contre nos.propres exhortations si souvent réïterées envers vous, vous aiez de votre côté poussé les choses fi loin, jusqu'à voler , piller , bruler & tuer publiquement ; même suivant la furdite Lettre de Sa Majesté limpériale , jusqu'à enfermer le Prince & sa famille dans sa rélidence, & tâcher à le forcer par un Siege formel & la ruine d'icelle , à faire tout ce que vous Youlez, & cela dans un teins où tout le diffe

rend

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

99

[ocr errors]

22

Hh 5

« PreviousContinue »