Page images
PDF
EPUB

.

.

[ocr errors]

Charente. i : Charente inférieure. Cher. Corrèze. Corse. Côte-d'Or. Côtes-du-Nord. Creuse.. Dordogne. Doubs. Drôme.. Eure. Eure & Loire. Finistère. Gard. Haute-Garonne. Gers. Gironde. Hérault. Lille & Vilaine Indre. Indre & Loire. Isère, Jura. Landes. Loir & Cher. Haute-Loire. Loire inférieure. Loiret. Lot. Lot & Garonne. Lozère. Mayenne & Loire. Manche. Marne. Haute-Marne. La Mayenne. La Meurthe. La Meuse. Morbihan. La Moselle. La Nièvre.

à la Rochefoucauld, à la Rochelle, à Vierzon. à Brive. à Oletta. à Sant-Jean-de-Lône. à Dinan. à Aubuflon. à Sarlat, à Quingey. à Romans. à Bernay. à Dreux. à Breit. à Beaucaire. à Rieux. à Lectoure. à Libourne. à Beziers. à Saint-Malo. à Issoudun. à Amboise. à Vienne. à Dôle. à Saint-Sever. à Vendôme. à Brioude. à Ancenis. à Beaugenci. à Montauban. à Nérac. à Marvejols. à Saumur. à Coutances. à Reims. à Langres. à Mayenne. à Lunéville. à Gondrecourt. à Auray. à Longwi. à Saint-Pierre-le-Moutier.

.

[ocr errors]
[ocr errors]

Le Nord. :

.
L'Oie.
L'Orne..
Paris.
Pas-de-Calais.
Le Puy-de-Dôme.
Hautes-Pyrénées.
Balles-Pyrénées.
Pyrénées orientales.
Haut-Rhin.
Bas-Rhin.
Rliône & Loire.
Haute-Saone.
Saone & Loire.
La Sarthe.
Seine & Oise.
Seine inférieure.
Seine & Marne.
Deux Sèvres.
La Somme.
Tarn.
Var...
La Vendée.
Vienne.
Haute-Vienne. .

au Quesnoya
à Chaumont.
à Domfront.
à Paris.
à Calais,
à Riom.
à Vic.
à Orthez.
à Ceret.
à Altkirch,
à Haguenau.
à Saint-Etienne.
à Gray.
à Châlons.
à Saint-Calais.
à Saint-Germain.
à Caudebec.
à Meaux.
à Saint-Maixent.
à Abbeville.
à Lavaur.
à Grasle.
à Lachataigneraye.
à Châtellerault.
au Dorat.
à Mirecourt.
à Sens.

Vosges.

.

Yonne.

Liberii de la prese en Suède.

Feu Gustave , roi de Suède, voulant détruire certaines impressions, doma un édit en faveur de la liberté de la presle, à l'époque de la révolution suédoise de 1772 , laquelle , comine on sait , tourna toute à son profit ; mais il eut loin de révoquer cet édit dans la même année.

Le régent, fon successeur , inftruit par les fautes de fon frère', vient de publier sur le même sujet une ordonnaoce digne de figurer à quelques égards' dans le code d'un gouvernement libre. Èn voici les principaux inotifs. On n'a pu tout-à-fait y déguiser la crainte d'une révolution que semblent prélager les honneurs furtifs rendus par le peuple aux restes de l'infortuné & courageux

[ocr errors]

Ackastrom (1): on veut aller 'au-devant, comme Necker & Louis XVI voulurent alier au-devant de la révolution française , en invitant tous les citoyens à faire part de leurs lumières à l'assemblée des notables.

« Nous nous empreslons, dit le régent de Suède, avec ► d'autant plus de satisfaction, de corriger ce qu'il y a Ý de défectueux dans les édits précédens sur cet objet, » que nous trouvons par-là une occasion defirée de don» ner à nos fidèles sujets une nouvelle preuve de nos » tendres soins pour leur bien être, ainsi que de notre » respect Spontané pour leurs droits & pour ceux de » l'humanité dont la légitimité fe fait doublement sentir » à une époque où la plupart des princes de l'Europe » sont occupés à élever des barrières nouvelles entre leur » trône & leur peuple ».

Ce texte n'a pas beloin de commentaire. Le sérénissime régent n'ignore pas que tôt ou tard nôtre révolution, comme une tache d'huile, doit s'étendre dans toute l'Europe ; il fait qu'il n'est pas de barrière capable d'intercepter le mal français, & il prend le parti prudent de s'exécuter lui-même , pour éviter une secouile trop violente.

« C'est la liberté de la presse , dit-il, qui nous fait con» noitre & observer les vrais devoirs envers la parrie & » le roi ».

On se doute bien que cette licence d'écrire & d'imprimer n'est accordée qu'avec des restrictions.

« Il est permis à tous Suédois de faire ufage de cette » liberté sans aucun empêchement, pourvu que l'auteur » signe son nom ».

» En conséquence, à compter de ce jour , toute espèce ► de censure & toute autre ordonnance ancienne & nou» velle, publiées sur cette matière, cessent & sont abolies, » à l'exception des ouvrages qui traitent des principes » de la religion , qui demeurent, comme il a été d'u» Page jusqu'ici , sous l'inspection & le jugement des » cunsistoires ».

(1) Son corps avoit été coupé en morceaux, & chacun d'eux exposé sur un pieu autour de la ville. Ces précieux restes ont été tous enlevés · dans une même nuit ; on ignore, encore par, qui.

Quoi qu'il en soit, c'est un grand pas de fait vers la liberté du Nord, que la publication de cette ordonnance, qu'on ne révoquera pas impunément. Le despotisme entre en composition ; il capitule ; c'est qu'il a peur : il offre ce qu'il voit prêt à lui échapper.

Contre l'intention du régent de Suède , la responsabilité des écrits sera une foible digue au torrent des lumières qui va inonder tous les empires , & renverser tous les préjugés qui fervoient de rempart alix adminiftrations. C'en est fait, le régne du mystère & des ténèbres eft passé ; des 4 coins du globe un orage se forma sur la tête des tyrans ; ils calent les voiles ; c'est en vain qu'ils conjurent la tempête à laquelle ils ne fauroient réliter.

Nations de l'Europe levez-vous ; rasleinblez-vous autour de l'arbre de la science du bien & du mal, & portez hardiment la main à fon fruit détendu qui doit vous rendre semblables à vos demni-dieux.

Quant il n'est pas permis de dénoncer à l'opinion publique les crimes du defpore régnant, il faur bien que le poignard taile l'office de la plume , & délivre tout à fait la patrie du ironítre contre lequel on ne peut se mettre autrement en garde: il est vraisemblable que la mort violente de Gustave a valu aux Suédois l'ordonnance qui leur accorde la liberté de la presse.

M. Girault, sculpteur , membre de l'académie de peinture & de sculpture de Paris, résidant à Rome depuis le mois de septembre 1789, & propriétaire d'une maison file place Vendôme , no. 24, avoit été réputé émigré, & fa maison étoit mise sur la liste des biens des ém;grés. M. Bouchot, fondé de pouvoir , vient de réclamer au nom de M. Girault; il a prouvé que l'absence de ce dernier ne pouvoit passer pour émigiation; que la seule intention, en restant à Rome, étoit de fe perfectionner dans son art; que même il a envoyé ici plusieurs marhres , qui tous font déposés chez lui, rue de Vendôme; qu'au surplus, il a payé à Paris toutes les contributions & neuf mille livres de dons patriotiques. Le directoire de département, d'après ces divers renteignemens , a'rayé la maison de Girault de la liste des biens des émi rés.

- ASSEMBLLE N. B., On trouvera dans l'efemblée nationale le récit exact de tout ce qui s'y est passé depuis le 9 jusqu'au 17, toutes les motions qui ont été faites, & tous les décrets qui ont été rendus. Ce tableau rapproché ne peut manquer d'intérefier les lecteurs, sur-tout ceux des départemens.

ASSEMBLÉE NATIONAL E.

Séance du jeudi 9 août 1792. Les grands procurateurs de la haute couront écrit que M. Delatre vient d'être acquitté par le haut juré.

Des lettres de plusieurs députés, entre autres, mel Seurs Vaublanc, Girardin , Brunet , Frondière , Lacretelle, Quatremer , Calvet, &c. annonçoient à l'afl'emblée qu'ils avoient été injuries, menacés, violentés même par le peuple pour avoir énoncé la veille leur opinion en faveur de Lafayette ; une autre lettre du ministre de la justice a appris que plufieurs citoyens avoient été poursuivis aux environs de l'assemblée & jusque dans ion enceinte, & que le commandant de la garde nacio. nale avoit été fabré; sur ce l'assemblée nationale, après d'assez longs débats, en rejetant la motion faite par M. Vaublanc d'éloigner de Paris les fédérés, a mandé à la barre le maire de Paris & le procureur-généralfyndic du département. M. Rhæderer paroît à la barre ; il prévient que le département est instruit que le tocfia doit être fonné &' la générale battue à minuit, afin de former un raffemblement qui se portera sur les Tuileries, & que la municipalité en a été avertie. M. Pétion est venu

il a engagé l'assemblée à uter des moyens de douceur pour rétablir le calme qu'il a dit n'être trouble que par des bruits d'enlèvement du roi; au surplus , i a annoncé que le commandant général avoit pris les dispositions les plus urgentes pour assurer la tranquillité de

La séance s'est terminée par la lecture qu'a faite M. Con dorcet d'une instr::ction au peuple sur l'exercice légal du droit de souveraineté.

Séance du vendredi 1o. Le tocsin ayant sonné à minuit , l'assemblée s'est formée. (La séance est déclarée permanerite ). On lui a appris que M. Pétion étoit au château rétenu comme en otage ; elle l'a mandé à la barre, No. 162. Tome +3.

E

ensuite ;

la capitale.

« PreviousContinue »