Page images
PDF
EPUB
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors][merged small][ocr errors][ocr errors][merged small]

nent sans doute que de l'opinion que tant Sa
Majesté Imperiale que Votre Majesté sem.
blent avoir comme si on avoit quelque dessein
de fe vouloir reciproquement attaquer dans
l'Empire, quoique l'on foit dans le fond fort
éloigné de part & d'autre; il me semble que
pour entierement déraciner une jalousie dan-
gereuse, il n'y auroit rien de meilleur que li
Votre Majesté vouloit bien , par le louable
zèle pour le bien & le repos de l'Empire,
dont elle a jusqu'ici donne des preuves li ć-
clatantes , déclarer & me donner la Parole
Royale, qu'elle n'a nulle intention de vou-
loir entreprendre une Guerre offensive,

.?
elle-même, ni par les Puiilances ses Alliez ,
contre les constitutions de l'Empire, contre
les Provinces Héréditaires que l'Empereur
poffede en Allemagne, & en particulier con-
tre la Boheme & là Silesie ; auquel cas je tå-
cherai de porter aufli Sa Majesté Imperiale à
une déclaration pareille pour les Provinces &
Etats que V. M. possede dans l’Empire, tel-
lement que par ce moyen nous pourrions peut-
être éviter une collusion & une rupture où-
verte entre l'Empereur & Votre Majesté, du
moins de ce côté-ci, ce qui me tient d'autant
plus à cour , que fi pareil malheur arrivoit,
mes Etats & Provinces voisines, & celles de
Votre Majesté ne pourroient qu'en fouffrir
infiniment : ce que je dois souhaiter d'em-
pêcher autant qu'il m'est humainement pof-
fible.

Votre Majesté se souviendra des promesses qu'elle & moi nous nous sommes données souvent, tant pour la conservation de l’Empire dont nous avons l'honneur d'être les pre

[ocr errors][ocr errors]

miers apuis, que pour la sûreté reciproque des Etats que nous y avons ; & ma présente proposition ne provenant que de ce principe, & ayant l'unique but d'écarter par ce moyen la guerre & les troubles de ces quartiers, j'erpere que Votre Majesté ne la receyra aussi que sur ce pied-là, qu'elle y entrera favorablement, & qu'elle m'en aprendra au plutôt sa résolution, dont je ferai le meilleur usage que je pourrai pour la fin susdite. On pourroit même, au cas que Votre Majesté agrée ma bonne volonté & sincere intention , songer à établir une Garantie capable de maintenir tout ce que je viens de proposer à votre Majesté pour le repos de l'Empire & des Etats que nous y avons.

J'attends sur tout cela la réponse de votre Majesté avec impatience, & fuis avec tout l'attachement possible, &c.

Réponse de Sa Maj. Britannique à

La Lettre precedente.

MONSIEUR MON FRERE ET

GENDRE,

[ocr errors]

Ai bien reçu des mains du Sr. Polentz la

Lettre que Votre Majesté a bien voulu m'écrire du 8. Février , & je l'ai prise pour une véritable marque de votre amitié. & de votre zèle pour mes intérêts.

Le soin que Votre Majesté fait paroitre , tant pour le repos de l'Empereur que pour le maintien de les Constitutions est assurement Tome IV.

Q

digne

[ocr errors][merged small][ocr errors][merged small][merged small][ocr errors][ocr errors][ocr errors]

digne d'un Roi zèlé pour le bien de la Patrie.

J'ai été ravi en mêine tems de voir que Votre Majesté se souvient des entretiens que nous avons eu sur ce sujet, & qu'elle me fait la justice de rapeller que j'ai toujours été très porté à conserver la Paix de l'Empire , & à à soutenir les Droits & ses Privileges; je resterai toujours dans les mêmes principes, & la. derniere Alliance que j'ai faite avec Votre Majesté à Hanovre en est une preuve autentique.

Votre Majesté peut aussi voir par ma Lettre du 20. Decembre paffé que je n'ai pas varié du depuis, car loin de la prier de vouloir m'aider à attaquer quelqu'un , je l'ai seulement informé que les troubles qui me menaçoient du côté de l'Espagne, pourroient par leurs suites entrainer quelque entreprise sur mes Etats en Allemagne, dans lequel cas seul je l'ai prié de vouloir bien me fournir cordiaiement toute l'affistance, à quoi Elle est engagée. Ainfi Votre Majesté voit bien que je ne fuis nullement dans l'intention de troubler le repos de l'Empire.

A l'égard de la Declaration que Votre Majelté souhaite de ma part, Elle fait que je ne m'écarte jamais d'un concert préalable avec mes Alliez, même dans les moindses choses qui regardent nos intérêts communs, & comme Votre Majesté n'a fait aucune mention ni du Roi Très-Chrétien , ni des Etats Generaux, ces Puissances ne m'ont pu donner des réponses pofitives sur cet Article.

Cependant comme je ne vife qu'à la tranquillité générale & au bonheur de l'Empire en

par

[merged small][ocr errors][ocr errors]
[ocr errors]

particulier, je travaille presentement à me concerter sur les preuves indubitabies que je compte de vous donner de la droiture de mes intentions.

J'ai voulu en attendant vous faire passer cette assurance, dont Votre Majesté verra incellamment l'execution , & comme je me repose ențierement sur les forts témoignages que Votre Majesté ine donne de son amitié pour moi, Elle peut être affurée que je tachetai dans toutes les occasions de la convaincre que ses intérêts, & ceux de la Maison Royale , me lont aussi cheres que les miens propres, etant avec l'affection la plus tendre & l'atta. chement le plus inviolable,

[ocr errors]

MONSIEUR MON FRERE ET GENDRE,

Votre très» affectionné Frere

& Beau-Pere,

GEORGE ROI.

[ocr errors]

9

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

Pendant que les Négociations que l'on vient de raporterse patsoient de coté & d'autre, les deux partis qui divisoient alors l'Europe, travaillerent également à mettre de son côté la Couronne de Dannemarc;

mais la situation de ses affaires étoit telle, s que l'Article second du Traité de Hanovre ;; ne lui permettoit pas de le joindre à cette

Alliance pendant que les intérêts exigeoient > qu'elle s'unit à quelques-uns de fes Mem

bres ; quant à l’Alliance de Vienne , il

étoit impoffible de l'ajuster à ses intérêts , ,, depuis que la Cour de Ruffie en étoit con

R

fiderés

[ocr errors]
[ocr errors]

9

fiderée comme Partie contractante, & qu'un

accord particulier engageoit l'Empereur des , Romains à favoriser les prétensions du Duc

de Holstein. Ainsi nonobstant les infinuations du Comte de Freytag , qui paffa de Stockholm à Coppenhague , & celles qu'en fit à Vienne au Ministre Danois, les Mi

nistres de France & de la Grande Bretagne ,, dirigérent les choses de maniére à la Cour », de Dannemarck qu'après une très-longue ,, Negociation, on coucha par écrit un Trai

té d'Alliance défensive, qui fut figné tel

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

o que le voici.

Traité d'Alliance entre Leurs Majef

tez les Rois de France, de la Gr.
Bretagne & de Dannemarck.

[ocr errors]

Com
Omme Leurs Majestez , le Roi de la Gran-

de Bretagne, & le Roi Très - Chrétien, sont toujours attentifs à remplir leurs Engagemens, & à veiller au repos & à la sûreté de leurs Amis & Alliez ; & comme leurs dites Majestez ont effectivement lieu de croire, que les 'Moscovites & leurs adherans pourront bientôt concerter les moyens , & fe disposer à venir attaquer les Etats de Sa Majelté le Roi de Dannemarc; soit pour ôter par la force à Sa Majesté Danoise le Duché de Slefwick; ou pour se préparer les moyens d'esecuter d'autres Projets contraires à la tranquillité du Nord & de la Basse-Saxe , & des Pais qui interessent les Hauts Contractans dans le Cercle de Westphalie. Et d'autant que

Leurs

[ocr errors]
« PreviousContinue »