Page images
PDF
EPUB
[ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][merged small][ocr errors]

le 28. du mois de Juillet par ordre de Monfieur de Moermont, & du Comte de Rechteren, chez Monfieur Menager, pour lui faire des plaintes de ce qui s'étoit paffé entre fes laquais, & ceux defdits Meffieurs, que je lui ay demandé en des termes refpectueux, de vouloir donner correction à la Satisfaction de ces deux Mrs. a quoi Mr. Menager me repondit, que c'étoit une chofe impoffible pour lui d'en faire la recherche, fans qu'il feroit obligé de chaffer tous les valets, & qu'en outre les valets fe garderoient bien de l'avouer.

Que n'ayant pas pu obtenir la fufdite reparation, & voyant que toutes mes inftances pour cela furent inutiles, je lui ay prelû le contenu de mon papier, qui me fervoit de memoire, pour donner mieux a connoitre ce que je lui avois à dire en cas d'un refus abfolu, & qu'alors après quelques difficultés & debats, le fusmentionné Monfieur Menager confentit à la fin, que les laquais de Monfieur de Moermont, & du Comte de Rechteren viendroient dans fa maison, pour les faire confronter avec les Domestiques, ce qui fe feroit l'après-midi fur les trois heures. Fait à Utrecht 29, de Juillet 1712.

Rumpf.

Ex

Exhib. le 5. Septembre 1712.

C.

J 1/1

E fouffigné Secretaire de leurs Hautes Puiffances pour la negociation de paix à Utrecht, certifie & declare, que le Comte de Rechteren étant de retour de la Haye, je fus envoyé encore le 15. d'Août de la part de Monfieur de Moermont, & du Comte de Rechteren, chez Monfieur Menager, pour le prier, de vouloir avoir la bonté, de donner une reparation raisonnable audits Meffieurs, à l'égard de ce qui s'étoit paffé le 27. de Juillet entre les Domeftiques, & de vouloir mettre par la fin à cette affaire; que le fufdit Monfieur Menager m'a repondu, qu'il envoyeroit un Geneilhomme au Comte de Rechteren, avec la même reponfe, qu'il avoit fait faire le 29. de Juillet à Monfieur de Moermont. Fait à Utrecht le 16. d'Août 1712.

Rumpf.

Vide à la marge du Memoire prefenté à leurs H.P. par le Comte de Rechteren. D.

Eai doit être l'atteftation de l'Amanuenfis van Riel.

CE

[ocr errors][ocr errors][merged small][merged small]

E.

l'ouverture

Extrait du Reglement de poli-
ce établi pour
& la methode des Confe-
rences à Utrecht.

Exhib. le 5. Septembre 1712.

quelque Domestique des Plenipo tentiaires faifoit infulte ou querelle à quelque Domestique d'un autre Plenipotentiaire, l'aggreffeur fera auffi-tot remis au pouvoir du Maitre de celui, qui aura été attaqué ou infulté, & il en fera juftice comme il le jugera à propos.

EXTRAIT

Du Regiftre des Refolutions de leurs Hautes Puiffances les Etats Generaux des Provinces Unies des Pais-Bas, touchant les Affaires d'Adolph Henry Comte de Rechteren, un des Plenipotentiaires de L. H. P. les Etats Ge

NG

neraux des Provinces Unies, des Pais-Bas, & de Monfieur Menager un des Plenipotentiaires de Sa Majesté Très-Chretienne.

Du Mardi 20. Septembre 1712.

A Yant entendu le Raport des Seigneurs

"

de & des autres Deputez de Leurs Hautes Puiffances pour les Affaires Etrangeres, & examiné, felon leurs Refolutions Commifforiales du 5. du courant, les Lettres des Plenipotentiaires de L. H.P. au Congrez d'Utrecht, dattées du 3. & adreffées au Greffier Fagel, & auffi deux Ecrits des Plenipotentiaires de S. M. le Roi de France, adressez aux Plenipotentiaires de S. M. la Reine de la Grande Bretagne, qui les ont communiquez, & mis entre les mains des Plenipo tentiaires de L. H. P. L'un desquels Ecrits contenoit une Relation d'un Different furvenu entre Mr. Menager, un des Plenipos tentiaires de France, & le Comte de Rechteren, un des Plenipotentiaires de l'Etat, touchant une Querelle qui s'elt formée entre leurs Laquais. Et l'autre Ecrit con

te

[merged small][ocr errors][ocr errors][merged small]

tenoit la Satisfaction que lesdits Plenipo-
tentiaires de France demandoient
par Or-
dre de leur Roi, fur le Fait en question:
& ayant pareillement examiné le Memoire
fervant pour la Justification du dit Comte
de Rechteren, avec le Narré du Fait, &
les autres Pieces qui en dependoient, de-
livrées à L. H. P. Et après avoir auffi en-
tendu le-dit Comte, & examiné les E-
clairciffemens qu'il à ajoutez: & d'autant
qu'il croioit de s'être affez juftifié par le
fus-dit Memoire, & temoignant qu'il se-
roit faché que le Public fouffrit la moindre
chofe pour lui, & encore davantage qu'il
fervit d'Obftacle à l'Avancement de la
Paix, il remit fa Commiffion de Plenipo-
tentiaire entre les Mains de L. H.P. & fe
demit en effet de fa Charge, dans l'Efpe-
rance que les Etats d'Overyssel, par la Nomi-
nation desquels il avoit eu cette Commffion
n'en auroient pas du Deplaifir. Sur quoi
aiant été deliberé, on a trouvé bon, & vou-
lu, que la Copie dudit Memoire,le Narrê
du Fait, & les Pieces que le Comte de
Rechteren y a ajoutées, foient envoiées
aux Plenipotentiaires de L. H. P. au Con-
grez de la Paix, & qu'on leur écrive que
comme les Plenipotentiaires de Sa M. de
la

« PreviousContinue »