Slachtoffers en helden der Fransche Revolutie

Front Cover
Funke en Van Santen, 1875 - France - 264 pages
0 Reviews
Reviews aren't verified, but Google checks for and removes fake content when it's identified
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 209 - Au pied de l'échafaud j'essaye encor ma lyre. Peut-être est-ce bientôt mon tour. Peut-être avant que l'heure en cercle promenée Ait posé sur l'émail brillant, Dans les soixante pas où sa route est bornée, Son pied sonore et vigilant, Le sommeil du tombeau pressera ma paupière! Avant que de ses deux moitiés, Ce vers que je commence ait atteint la dernière.
Page 88 - Je vous ordonne, Messieurs, de vous séparer tout de suite, et de vous rendre demain matin chacun dans les Chambres affectées à votre ordre, pour y reprendre vos séances. J'ordonne, en conséquence, au grand-maître des cérémonies de faire préparer les salles.
Page 47 - Madame ma Cousine, c'est aujourd'hui votre » fête ; je vous prie de recevoir ce livre, qui me vient » de ma mère, et où j'ai appris à prier Dieu. Je le » prie pour vous , il bénit vos vertus.
Page 51 - Ah! ne revenez pas,. mon amie; revenez le plus tard possible ; votre cœur seroit trop navré , vous auriez trop à pleurer sur tous nos malheurs, vous qui m'aimez si tendrement. Cette race de tigres qui inonde le Royaume jouiroit bien cruellement si elle savoit combien nous souffrons. L'acceptation de la Constitution , devenue nécessaire , va peut-être nous donner quelques instants de répit. Adieu, ma chère Lamballe, je suis toujours bien occupée de vous : vous savez si jamais je peux changer.
Page 242 - Thermidor, jour de la délivrance, « Tu vins purifier un sol ensanglanté, « Pour la seconde fois tu fis luire à la France
Page 51 - Pen» thièvre en serait bien triste et affligé , et nous nous » devons tous de ménager son grand âge et ses vertus. » Je vous ai dit si souvent de vous ménager vous...
Page 47 - Penthièvre, et puis je vous embrasserai cent fois, d'abord pour l'amour de mon fils, ensuite par amour pour vous, qui passez si bien votre temps à chanter M. le Dauphin pour vous guérir. Mais le Roi trouve que vous manquez de mémoire et que vous chantez autrement les couplets des poissardes, et là-dessus il m'a répété celui-ci, que, vous ne savez pas bien: Ne craignez pas, cher papa, D'voir augmenter votre famille, Le bon Dieu z'y pourvoira; Faites-en tant que Versailles en fourmille. Y eût-il...
Page 219 - L'administrateur de la police sort d'ici ; il est » venu m'annoncer que demain je monterai au » tribunal , c'est-à-dire sur l'échafaud ; cela res» semble bien peu au rêve que j'ai fait cette nuit. » Robespierre n'existait plus et les prisons étaient » ouvertes.... Mais, grâce à votre insigne lâcheté, » il ne se trouvera bientôt plus personne en » France capable de le réaliser.
Page 12 - Elisabeth tot haar te komen en schreef ze: «Nous pleurerons sur la mort de ma pauvre petite ange J'ai besoin de tout votre coeur pour consoler le mien!
Page 47 - L'indisposition du bon M. de Penthièvre me fait « une vive peine, ma chère Lamballe. Le Roi en est » fort affligé et envoie savoir de ses nouvelles. Qui ne » serait aimé , si ce n'est la vertu? Je ne m'étonne pas » que vous soyez tombée malade, je me serais plutôt » étonnée du contraire; je vous ai toujours dit que » vous ne vous ménagiez pas assez.

Bibliographic information