Biographie nouvelle des contemporains: ou Dictionnaire historique et raisonné de tous les hommes qui, depuis la révolution française, ont acquis de la célébrité par leurs actions, leurs écrits, leurs erreurs ou leurs crimes, soit en France, soit dans les pays étrangers; précédée d'un tableau par ordre chronologique des époques célèbres et des événemens remarquables, tant en France qu'à l'étranger, depuis 1787 jusqu'à ce jour, et d'une table alphabétique des assemblées législatives, à partir de l'assemblée constituante jusqu'aux dernières chambres des pairs et des députés, Volume 15

Front Cover
Librairie historique, 1824
0 Reviews
Reviews aren't verified, but Google checks for and removes fake content when it's identified
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Contents

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 243 - Adieu, mon cher maréchal; mon cœur se serre en écrivant ce mot. Conservez-moi votre amitié dans quelque lieu que la fortune me conduise, et comptez à jamais sur la mienne. Je n'oublierai jamais ce que j'ai vu de vous pendant le temps trop court que nous avons passé ensemble. J'admire votre noble loyauté et votre beau caractère, autant que je vous estime et que je vous aime; et c'est de tout mon cœur, mon cher maréchal, que je vous souhaite toute la prospérité dont vous êtes digne, et...
Page 243 - France, je ne puis plus vous transmettre d'or;dre en son nom, et il ne me reste qu'à vous dégager de l'observation de tous les ordres que je vous avais transmis, et à vous recommander tout ce que votre excellent jugement et votre patriotisme si pur vous suggéreront de mieux pour les intérêts de la France, et de plus conforme à tous les devoirs que vous avez à remplir.
Page 235 - Et que ne ferais-je pas après la lettre «que je viens de recevoir? Je ne crois plus que « le bonheur soit perdu pour moi sans ressource, « puisque j'ai encore un moyen d'adoucir les « maux d'une mère si chérie , dont la position « et les souffrances m'ont déchiré le cœur depuis « si longtemps Je crois rêver quand je «pense que dans peu j'embrasserai mes frères, « et que je serai réuni à eux; car, je suis réduit « à pouvoir à peine croire ce dont le contraire
Page 222 - Puisque vous étiez d,é« cidés à me faire périr, vous auriez dû chercher au moins « des prétextes plus plausibles pour y parvenir ; car vous « ne persuaderez jamais à qui que ce soit que vous m'ayez « cru coupable de tout ce dont vous venez de me déclarer « convaincu ; et vous , moins que personne , vous qui me « connaissez si bien , ajouta-t-il en regardant fixement le
Page 209 - L'amiral Keppel , manœuvrant dans l'intention de couper cette division du reste de l'armée navale, le comte d'Orvilliers fit virer de bord, et l'escadre bleue se trouva former l'avant- garde.
Page 211 - Le roi est informé et mécontent , monsieur, de la disposition où vous êtes de vous joindre à son armée. Le refus constant qu'il a cru devoir faire aux instances les plus vives, de ce...
Page 252 - Tu as très fort raison ; mais , dis-moi , est-ce « à la Convention qu'il a été question de moi? — « Oui , papa , et il a été décrété que vous seriez « jugé. — Tant mieux, tant mieux, mon fils; il « faudra que tout ceci finisse bientôt d'une manière « ou d'une autre ; et de quoi peuvent-ils m'accu...
Page 211 - ... ne me laissent que trop voir qu'il n'admettra ni excuse ni indulgence. La peine que j'en ai m'a déterminée à accepter la commission de vous faire connaître ses intentions, qui sont très-positives.
Page 209 - On raconte que pour recevoir la bénédiction nuptiale, il ne s'était point placé au côté de l'autel où il devait être. On lui en fit l'observation, aussitôt il sauta légèrement par-dessus la queue dela robe de la mariée, pour se placer de l'autre côté.
Page 252 - II est, répondit-il, question de vous dans les papiers. — Si ce n'est que cela, mon cher enfant, cela n'est pas nouveau, car on me fait cet honneur-là assez souvent, mais je serai bien aise de lire ce papier, si tu peux me le procurer. — C'est chez ma tante que je l'ai vu, et elle ne voulait pas même que je vous en parlasse ; mais je sais que vous aimez mieux être instruit de tout. — Tu as très fort raison ; mais dismoi, est-ce à la Convention qu'il a été question de moi?

Bibliographic information