Les belles poupées

Front Cover
G. Charpentier, 1888 - 344 pages
0 Reviews
Reviews aren't verified, but Google checks for and removes fake content when it's identified
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 4 - ... plafonds sales, où les lampes et les chandelles avaient dessiné des arabesques. Au milieu de tout cela, chevelu, ravagé, pareil à un homme de mil huit cent trente, qu'il est, Chanderlos se promenait, prenant tantôt la brosse, tantôt l'ébauchoir, d'autres fois le marteau et les petites pointes, et s'occupant à la fois, des besognes les plus diverses, car il n'a pas d'ouvriers et fait tout lui seul. Près d'une fenêtre donnant sur la cour obscure, assise sur une chaise de paille, la fille...
Page 4 - ... mademoiselle Barbe avait l'attitude résignée et pensive des êtres qui ne doivent jamais voir le soleil. — Monsieur, dis-je au vieux Chanderlos qui, après un temps assez long, m'aperçut, quels sont les prix de vos poupées? — C'est selon, dit-il. Pour un bourgeois, car vous êtes, je pense, un simple bourgeois? — Oui, répondis-je, d'une extrême simplicité. — Eh bien! reprit le vieillard, j'en ai depuis vingt-cinq louis.
Page 4 - Archives, à t'entrée d'une petite allée noire, je vis sur la muraille ces mots écrits, en couleur jaune, par un peintre en lettres d'une habileté initiale : Chanderlos, fabricant de poupées, au troisième étage. Pensant que je trouverais là, à bon compte, ce que je cherchais, je montai donc à ce troisième étage, qui n'était guère plus haut qu'un premier. Je tournai le loquet, et je vis devant...
Page 4 - Chanderlos, mademoiselle Barbe (j'ai su plus tard son nom) taillait, cousait les étoffes splendides, dans ses petits doigts transparents et frêles, et habillait une poupée, tandis que d'autres, couchées près d'elle sur un tabouret, attendaient leur tour. Toute mince et pâle, semblable à une fleur éclose dans une cave...
Page 155 - Botté -. - [ . .] contez-nous quelque chose, par exemple un conte de fées. - Oui, dit monsieur Roman, [ . .[ mais un conte de fées laïque, c'est-à-dire dans lequel il n'y ait pas de fées. Car, dans le siècle des torpilleurs et de la lumière électrique, nous ne saurions admettre les superstitions abolies, ni rien qui suppose une impossible dérogation aux lois naturelles l . Banville se fait ici l'avocat du diable, ce qui eût ravi Baudelaire.
Page 9 - Ayant ainsi parlé, le statuaire sortit, emmenant avec lui sa fille, mademoiselle Barbe, aux. tristes yeux bleus, mince et frêle comme un lys. Et moi, resté seul avec les poupées, j'écoutai leurs belles histoires.
Page 205 - Les symbolistes sont des novateurs qui approuvent Homère d'avoir représenté la Sagesse, non comme une idée abstraite, mais comme une déesse armée et casquée, ayant sur sa poitrine la tête horrible de la Gorgone.
Page 157 - ... et planter ces mots à leur place, en pleine lumière; entre les deux à la consonnance pareille qui, au bout du vers, viendront se becqueter comme des colombes...
Page 158 - ... à la fois plus précise et moins brutale que celle de la musique ; posséder tous les rhythmes connus, et, s'il le faut, en créer d'autres...

Bibliographic information