Histoire philosophique et politique des établissemens & du commerce des Européens dans les deux Indes..

Front Cover
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Selected pages

Common terms and phrases

Popular passages

Page 25 - On n'a jamais pu façonner aucun d'eux aux délices de notre aifance; tandis qu'on a vu des Européens renoncer à toutes les commodités de l'homme civil , pour aller prendre dans les forêts l'arc & la maflue de l'homme fauvage, Cependant, un fentiment inné de bienveillance, les ramene quelquefois à nous.
Page 115 - Les bâtimens plus confidérables alloient faire leur pêche plus loin , gardoient plufieurs jours leur morue -, & comme elle prenoit fouvent trop de fel , elle en étoit moins recherchée. Mais ils étoient dédommagés de cet inconvénient, par l'avantage de fuivre leur proie , à mefure que le défaut de nourriture lui faifoit abandonner...
Page 300 - ... eft le fruit des jaloufies nationales, de cette cupidité des gouvernemens qui dévore les terres & les hommes. On compte pour une perte tout ce que gagne un voifin , pour un gain tout ce qu'on lui fait perdre. Quand on ne peut prendre une place , on l'affame pour en faire mourir les habitans. Si l'on ne peut la garder , on la met en cendres , on la rafe.
Page 265 - Toutes les rivieres qui fe perdent dans la côte Occidentale de la baie d'Hudfon, font foibles & petites, ce qui fait préfumer -qu'elles ne viennent pas de loin , & que par conféquent les terres qui féparent les deux mers, ont peu d'étendue. Cet argument eft fortifié par la hauteur & la régularité des marées. Par-tout où le flux & le reflux obfervent des...
Page 187 - Verfailles , qui , (ans commettre fa foiblefle , réparoit peu-à-peu les pertes qu'il avoit faites dans les traités où il avoit reçu la loi. Des échecs réitérés ouvrirent enfin les yeux à la Grande-Bretagne , fur la politique de fa rivale. Georges II penfa qu'une fituation équivoque ne convenoit pas à la fupériorité de fes forces maritimes. Son pavillon reçut l'ordre d'infulter le pavillon François fur toutes les mers. Il avoit pris ou difpofé tous les vaifleaux qu'il avoit rencontrés,...
Page 228 - ... à l'est et à l'ouest par l'Océan qui les environne. Quels que soient et la structure de ces deux bandes , et le balancement ou la symétrie qui règne dans leur figure , on voit...
Page 15 - Mais les peuples ifolés , errants , gardés par les déferts qui les féparent , par les courfes qui les dérobent aux irruptions , par la pauvreté qui les garantit de faire ou de foufFrir des injuftices ; ces peuples fauvages n'ont pas befoin d'être multipliés.
Page 1 - Efpagnols l'avoient parcourue en 1512, mais fans s'y établir. On ne fait lequel admirer le plus, ou du motif qui les engagea dans cette découverte, ou de celui qui la leur fit abandonner. Tous les Indiens des Antilles croyoient , fur la foi d'une ancienne tradition , que la nature cachoit dans...
Page 80 - ... eft le plus cruellement acharné, grace à l'implacable avidité des peuples les plus policés de l'Europe. Long d'environ trois à quatre pieds , épais dans une proportion qui lui donne entre cinquante & foixante livres de pefanteur , qu'il doit fur-tout à la grofleur de fes mufcles ; il a la tête comme im rat , & il la porte bauTée .avec le dos arqué comme une fouris.
Page 262 - C'est ce qui mérite une discussion. « Trois vérités dans l'histoire de la nature doivent passer désormais pour démontrées. La première est que les marées viennent de l'Océan, et qu'elles entrent plus ou moins avant dans les autres mers , à proportion que ces divers canaux communiquent avec le grand réservoir par des ouvertures plus ou moins considérables : d'où il...

Bibliographic information