Mémoirs de M. de * * * *: pour servir a l'histoire des négociations depuis le traité de Riswick jusqua'à la paix d'Utrecht ...

Front Cover
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 331 - L'Allemagne , les Pays-Bas , le Piémont, avoient été le théâtre de leurs désastres. Les ennemis du Roi , accoutumés...
Page 332 - Mais ce defir ardent fondé fur une néceffité évidente , augmentoit l'aliénation des ennemis , & fourniffoit à leur haine , autant de raifons nouvelles de frapper & d'accabler la France , en continuant une guerre qu'elle ne pouvoit plus foutenir. C'étoit la fource de tant de prétentions , qualifiées de préliminaires...
Page 332 - ... qu'ils avoient faites à chaque conférence, du désaveu fait de leur part, dans les dernières, des mêmes points dont ils étoient convenus dans les précédentes. Le cours d'un règne heureux n'avoit été traversé, pendant une longue suite d'années, d'aucun revers de fortune. Le Roi ressentit d'autant plus vivement les calamités, qu'il ne les avoit pas éprouvées depuis qu'il gouvernoit par lui-même un royaume florissant. C'étoit un terrible sujet d'humiliation, pour un monarque accoutumé...
Page 68 - Etats-généraux, le signèrent tous deux avec les ministres de ce prince et ceux de la république de Hollande, munis des pouvoirs de leurs maîtres. Le traité régloit le partage à faire, en cas de mort du roi d'Espagne, des Etats dépendant de sa couronne : précaution jugée nécessaire pour maintenir le repos de l'Europe.
Page 11 - La perte de Barcelone lui fut plus sensible qu'aucune autre, parce que cette ville, capitale de la Catalogne, et située dans le continent de l'Espagne, lui étoit plus connue que les villes de Flandre, dont il ignoroit l'importance, au point de croire que Mons appartenoit au roi d'Angleterre , et de le plaindre lorsque le Roi fit la conquête de cette province.
Page 41 - ... l'établissement de l'intelligence parfaite que le roi d'Angleterre souhaitoit de former et d'entretenir avec Sa Majesté, persuadé que cette union, nécessaire au bien de l'Europe, l'étoit par conséquent au maintien de la paix. L'événement le plus capable de la troubler étoit la mort du roi d'Espagne : il y avoit lieu de le prévoir comme prochain, les maladies de ce prince étant fréquentes, et sa foiblesse telle, que chaque rechute paroissoit mortelle. Le roi Guillaume, prince habile...
Page 333 - C'étoit un terrible fujet d'humiliation pour un Monarque accoutumé à vaincre ; loué fur fes victoires , fes triomphes, fa modération lorfqu'il donnoit la paix , & qu'il en prefcrivoit les loix , de fe voir alors obligé à la demander à fes ennemis ; leur offrir inutilement pour l'obtenir , la...
Page 346 - Le souvenir des maux qu'on ne ressent plus s'efface aisément; plus les temps s'éloignent, plus les événemens passés deviennent inconnus : mais la postérité se croit en droit de condamner les sacrifices dont elle ignore quelle a été la fatale nécessité. Celui...
Page 337 - Roi éprouva pour lors que l'état d'un Monarque maître abfolu d'un grand Royaume , n'eft pas toujours l'état le plus heureux & le plus à fouhaiter. Il fentit que s'il étoit au-deffus .des autres hommes , il étoit auffi expofé à de plus grands revers ; que plus on eft élevé , plus l'infortune eft fenfible , & que c'eft pour un Prince un fujet de douleur auffi...
Page 28 - ... ils en auroient conclu encore plus hardiment que les principaux de la cour d'Espagne avoient été gagnés par l'or de la France : ils auroient cité comme une preuve sans réplique la proposition faite à Sa Majesté par son ambassadeur ; mais ils auroient ignoré et vraisemblablement ils n'eussent pas dit que le Roi ne jugea pas à propos de faire des dépenses que le crédit absolu de la Reine rendroit inutiles , cette...

Bibliographic information