Page images
PDF
EPUB
[merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][graphic][merged small][subsumed][subsumed][subsumed][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small]

3-4-18 15088

DOCUMENTS CONCERNANT LES PAUVRES DE ROUEN

1 avril 1631.

Assemblée générale de la ville et communauté
de Rouen.

Début de la séance troublé par des questions de pré

séance.

Le sieur président (1) a remonstré que la court, désirant par sa prudence prévenir les maulx qui peuvent arriver de la nécessité des pauvres, avoit jugé à propos d'ordonner ceste assemblée, afin d'adviser les moyens pour y subvenir (2)

Qu'il exhortoit un chacun de s'y porter avec affection, qu'ils en avoient un notable exemple en Monseigneur de Longueville, qui, de sa pure libéralité, avoit offert dix mil escus pour contribuer à faire renfermer tels pauvres et subvenir à leur nourriture....

que la

Et par M. Pouchet premier eschevin pour luy et messieurs ses confrères a esté dict...... ville y avoit toujours contribué son possible..... et particulièrement pour envoyer toutes les semaines des bourgeois à Quillebeuf afin de visiter tous les vaisseaux qui y passeroient et avoir l'oeil qu'ils ne transportassent aucuns grains hors de la province...

(1) Charles Maignard, président au Parlement.

(2) Le nombre des pauvres de Saint-Maclou, Saint-Vivien et Saint-Vincent est augmenté presque de deux tiers de ce qu'il était en l'année 1622. (Reg. secr. du Parl., 7 avril 1631).

Il a esté arresté qu'on ouvrira des ateliers publics pour y employer les pauvres valides, et que pour les pauvres invalides il leur sera pourveu par la subvention et la taxe qui se feront par les parroisses sur chaque particulier. Et, cependant, qu'on advisera de trouver un fonds suffisant pour enfermer et nourrir lesd. pauvres. Et, d'autant qu'il y a grand nombre de pauvres étrangers et vagabonds, il a esté aussy résolu qu'il leur seroit faict commandement de sortir de la ville, sur les peines au cas appartenans. Et leur donnant neantmoins premièrement quelque pièce d'argent pour se retirer.

Arch. mun., reg. A 24.

9 août 1631.

Au bureau devant tous messieurs les conseillers
eschevins.

Pour ce que la court de parlement, par son arrest donné, les chambres assemblées, dabté du vme jour de ce mois, touchant la subvention et nourriture desd. pauvres mendians et nécessiteux de ceste ville de Rouen, auroit ordonné que cotisation seroit faicte par les parroisses pour lad. subvention, et enjoinct aux eschevins de ceste ville d'ouvrir les atteliers publics et y entretenir jusques à mil pauvres pour les y faire travailler. Sur quoi auroient esté à la court les sieurs Pavyot et Languedor, deux de nos confrères, aprez avoir esté mendez par icelle. Ausquels elle auroit enjoinct de faire ouverture desd. atteliers dès demain matin, et sur ce que lesd. sieurs auroient remonstré à lad. court que la ville ne pouvoit employer lesd. pauvres que premièrement elle n'eust les roolles. contenans les noms et surnoms de ceulx qui auroient esté

« PreviousContinue »