Page images
PDF
EPUB
[ocr errors]

truction que les éleves militaires; qu'ils feroient ašujeta Lis porter le même uniforme, & qu'il n'y auroit enfin entr'eux aucune différence: n'entendant cependant pas S. M. qu'à raifon de cette conformité dans leur entretien & dans leur éducation, les fupérieurs & principaux defdits colleges puiffent hauffer le prix de leurs penfionnats actuels, & à plus forte raison excéder le prix fixé pour les éleves: youlant au contraire S. M. qu'au moyển de l'augmentation de revenu que vont recevoir lefdits colleges, ils continuent de recevoir, aux prix accoutumés, des penfionnaires de tous états, & qu'ils s'attachent à remplir par-là la condition portée dans l'article précédent, fans l'obfervation de laquelle le plan de S. M. fe trouve roit imparfaitement fuivi.

XV. Afin que S. M. puiffe juger du fuccès des mefures prifes ci-deffus, & du zele avec lequel les colleges auront concouru à les remplir, les fupérieurs & principaux defdits colleges feront tenus d'envoyer tous les trois mois áu fecrétaire d'état de la guerre, en même tems que l'état de ftuation des éléves militaires, un état du nombre des autres penfionnaires; il fera établi ci-après dans le préfent réglement, des moyens d'exciter l'émulation parmi ceux de ces penfionnaires qui pourront prétendre, par leur naiffance, à entrer dans les cadets-gentilshommes des troupes de S. M.

[ocr errors]

TITRE II. Admiffion & envoi des élevés dans les nouvelles écoles militaires.

ART. I. Le nombre des éleves que S. M. entretien dra à l'avenir dans les nouvelles écoles militaires, feră de 600, au lieu de celui de 500, qui étoit réglé par l'édé de fondation.

II. La durée de l'éducation des éleves ne pourra ji mais être de moins de 6 ans pour ceux qui entreront dans les colleges aux âges de 8 & 9 ans; ces éleves ne feront envoyés aux concours annuels pour fubir les examens ci-après ordonnés, que lorfque les 6 années de leur éducation feront complettes.

Les éleves qui entreront à l'âge de 10 ou 11 ans, & même ceux qui fe trouvant dans la claffe des orphelins pourront, fuivant l'article XV de l'édite creation de l'école militaire, y être admis jufqu'à l'age de 13, n: feront point affujettis à completter les 6 ans fixés ci-deffus pour la durée de l'éducation, fi des progrès marqués, foir par rapport à leur age, ou aux connoiffances antérieures qu'ils pourroient avoir acquifes, les mettent dans le cas

d'en être difpenfés; ce dont les fupérieurs & principaux des colleges rendront compte au fecrétaire d'état ayang le département de la guerre.

III. Conformément au même article XV de l'édit de création de l'école militaire, aucun enfant ne pourra être admis, en qualité d'élevé, qu'il ne fçache lire & écrire, afin de pouvoir être appliqué tout de fuite à l'étude des langues : les enfans fubiront à cet égard un examen le jour de leur arrivée aux colleges; & ceux d'entre eux qui feront reconnus n'être pas affez inftruits fur les deux points ci-deffus ordonnés, feront laiffés à leurs familles pour n'être admis qu'au remplacement de l'année fui

vante.

IV. Conformément à l'article XVII du même édit, il me fera propófé ni reçu aucun éleve qui foit cftropié ou contrefait.

V. S. M. confirme tous les réglemens qui ont été faits par le feu roi fon ayeul, relativement à l'admission des éleves, aux preuves de nobleffe exigées, à la forme & à l'ancienneté de ces preuves, aux différentes claffes établies pour déterminer l'ordre de préférence à accor der aux enfans propofés, & enfin toutes les difpofitions énoncées dans l'édit de création du mois de Janvier 1751, dans la déclaration du feu roi du 24 Août 1760, & dans les mémoires inftructifs qui ont été dreffés en conféquen. ce, fur ce que doivent obferver les parens pour propos fer leurs enfans à l'école militaire.

Veut S. M. que les familles continuent d'adreffer leurs preuves & papiers généalogiques, dans la forme accoutumée, au Sr. d'Hozier de Serigny, que S. M. confir me dans les fonctions de commiffaire pour les preuves de nobleffe des éleves des écoles militaires.

VI. S. M, renouvelle particulierement les difpofitions de l'article VII de la fufdite déclaration, par lequel il étoit ordonné qu'il ne feroit reçu dans l'école militaire aucun enfant dont les parens pourroient fe paffer de ce fecours pour leurs familles; & afin qu'aucune contravention à cet égard ne nuife aux vœux refpectables du fondateur, qui a eu pour objet le foulagement de la nobleffe pauvre, elle ordonne que les certificats qui, conformément aux articles VII & VIII de la déclaration cideffus mentionnée, doivent être conftatés par les Srs. intendans des généralités & par deux des gentilshommes les plus voisins du domicile des parens des enfans propofés, foient de plus atteftés par les gouverneurs des provinces où ledit domicile fera fitué, fi lefdits gouver

[ocr errors]

neurs y résident, ou à leur défaut, par les commandans defdites provinces, ainfi que par l'évêque diocéfain: invite S. M. les uns & les autres à répondre à cette marque de fa confiance, en regardant comme un devoir d'empêcher les furprifes qui pourroient lui être faites.

VII. Le remplacement des éleves qui, ayant terminé leur éducation, fortiront des colleges pour être envoyés aux concours, & de-là placés dans les troupes de S. M., ne fe fera qu'une fois par an, du 1er. au 15 Septembre; époque à laquelle les anciens éleves partiront pour fe rendre au concours.

VIII. Le fecrétaire d'état ayant le département de la guerre préviendra dans le muis de Juillet, les familles dont les enfans auront été agréés par S. M., afin que lefdites familles aient le tems de fe difpofer à les envoyer aux colleges dans lefquels ils devront être reçus; & il enverra en même tems aux fupérieurs & principaux des colleges, l'état des éleves qui devront leur être donnés en remplacement.

IX. Les familles fe chargeront de faire conduire à leurs frais, leurs enfans aux colleges qui leur auront été indiqués ; & la lettre qui aura été écrite par le fecrétaire d'état ayant le département de la guerre, fera le titre de cès enfans pour y être admis. Elles prendront leurs mefures de maniere que leurs enfans y foient rendus le 15 de Septembre au plus tard.

[ocr errors]

X. Les familles feront obligées de pourvoir à la prémiere fourniture néceffaire pour l'équipement & l'établiffement de leurs enfans dans les colleges; mais cette fourniture ne fera proprement qu'une avance qu'elles feront à leurs enfans, les colleges devant, à leur tour, ainfi qu'il fera dit ci-après, équiper à leurs frais complettement, les éleves lorfqu'ils fortiront pour être envoyés au concours & de la placés dans les troupes de

S. M.

[ocr errors]

XI. Cette premiere fourniture à faire par les familles, confiftera en un furtout de drap bleu; un habit de drap bleu, paremens rouges & boutons blancs; deux veftes bleues; deux culottes noires; douze chemises; douze mouchoirs; fix cravates ou mouchoirs de cou; fix paires de bas; fix bonnets de nuit; deux peignoirs; deux chapeaux; deux paires de fouliers; deux peignes; un ruban de queue; un fac à poudre.

XII. Au moyen de cette premiere fourniture, les familles n'auront plus à leur charge aucuns frais pour. leurs enfans, à l'exception de leurs ports de lettres;

leftits enfans devant être entretenus de toy points par les colleges pendant la durée de leur éducation, & équ pés par lefdits colleges à leur fortie, de la même quantité d'effets qui auront été reçus en entrant, & enfuite conduits, aux dépens du roi, dans les régimens où il feront placés cadets-gentilshommes.

TITRE III. De l'éducation des Eleves.

ART. I. S. M. voulant que l'éducation foit uniforme dans les diverfes écoles militaires, elle enjoint aux inftituteurs de fe conformer exactement au plan d'éducation qu'elle a fait adreffer aux principaux des colleges, deftinés à recevoir les éleves jeunes gentilshommes.

II. Pour affurer l'uniformité des méthodes d'inftruction, & mettre par cette uniformité, les éleves des différens colleges, dans le cas de concourir enfemble lors des examens auxquels ils feront affujettis avant d'entrer dans les cadets-gentilshommes, S. M. a fait choix de différentes perfonnes pour compofer, à l'usage de fdits colleges, des livres élémentaires de langues, d'hiftoire, de géographie, de mathématique, de morale & de logique, dans la forme qui lui a paru la plus propre à fimpliner l'enfeignement, & à faciliter les examens; & fon intention eft que, lorfqu'elle aura approuvé lefdits ouvrages, ils fervent à diriger l'inftruction des éleves, fans que les fupérieurs & principaux des colleges puif

Teht

y face, ni fouffrir qu'il y foit fait aucuns changemens, fi ce n'eft de l'ordre de S. M.

Ordonne S. M. aux fupérieurs & principaux defdits colleges d'adreffer tous les ans au fecrétaire d'etat ayant le departement de la guerre, & à ce titre la furintendance defdites ecoles, les obfervations que leur expérien ce & leurs lumieres les auront mis dans le cas de faire fur lefd.ts ouvrages élémentaires, & elle alligne par le préfent réglement, un fonds, annuel de 6 mille livres, à prendre fur les revenus de l'école militaire, pour être employé à récompenfer les perfonnes qu elle chargera de perfectionner les ouvrages relatifs à l'infiruction des éleves, & aux frais d'impreffion defdits ouvrages; fon intention étant d'en faire la premiere fourniture aux colleges, lefquels feront enfuite chargés de pourvoir au remplacement de leur confommation,

III. L'intention de S. M. eft que lorfque ces objets auront été remplis, l'excédent ou la totalité de ce fonds annuel de 6 mille livres foit employé à former fucceffyement dans chaque college, une bibliotheque à l'ufage

1

acs éleves, ainsi qu'un cabinet de physique &e de méca, nique, faffifant pour les principales expériences & démonftrations, defquelles on pourra faire un objet de récréation & de récompenfe pour les éleves qui annon-ceront le plus d'intelligence, & auront le plus avancé -dans les autres parties de leur éducation, dont on devra s'occuper par préférence: ces bibliotheques & cabiétant achetés des fonds de la fondation de l'école m.litaire, n'appartiendront point aux colleges.

-nets,

IV. Pour que l'achat & le remplacement des différens ouvrages élémentaires qui feront compofés par ordre de S. M., foient moins à charge aux colleges, & qu'aucune vue d'économie fur cet objet ne nuile à la facilité de l'inftruction des élèves, qui devront avoir chacun un exemplaire defdits ouvrages, il fera pris des mefores pour qu'ils foient imprimés au plus bas prix pofible, il en fera arrêté un tarif qui fera envoyé à chaque college.

V. S. M. s'en remet aux différens ordres religieux d'i congrégations ecclefiaftiques, dont dépendent les colleges, du choix des fupérieurs & principaux defdits colleges, ainfi que de celui des profeffeurs & des maires; fe ré fervant, S. M., de les obliger à les changer, fi, d'as près les comptes qui lui en feront rendus, il paroit que l'éducation des éléves foir en fouffrance, par la faute defdits fupérieurs, principaux, ou ma tres.

VI. Il fera donné chaque année, àti nom de S. M., 4 médailles d'or, de la valeur de 150 livres chacune, lef quelles feront remifes par l'infpe&eur-général des écoles militaires, à 4 des profeffeurs ou maitres du college, dont les éleves auront eu le plus de fuccès au concours; lefdites médailles porteront d'un côté le bufte du roi, & de Futre l'infcription fuivante, Prix de bon instituteur : & S. M. fenrant combien la perfection de l'éducation dans les nouveaux colleges, dépendra du bon choix des profeffeurs & des maitres, & voulant attirer, dans cas emplois importans, des inftituteurs éclaires & qui mete tent leur gloire au fuccès des élevas, elle fe réferva d'accorder des encouragemens & des récompenfes uti les & honorables, aux fupérieurs, principaux, maitres & régens dont les élevés fe feront diftingués au conk cours annuel; & feront lefd:tes récompenfes & encou› ragemens accordés par 5. M., fur le compte qui lui en fera rendu par les infpecteurs & examinateurs didit cons

cours,

[ocr errors]
« PreviousContinue »