Page images
PDF
EPUB

Les chevaliers de l'ordre de St. Michel fe font affemblés, le 8 du mois dernier, au couvent des cordeliers de cette ville, & ont tenu un chapitre, auquel le comte de Pons-Saint-Maurice, thevalier des ordres de S. M., a préfidé. Après le difcours d'ufage, qui a été prononcé par le Sr. Collet, chevalier & fecrétaire dudit ordre, Le comte de Pons a reçu chevalier, au nom du roi, le Sr. Durand, entrepreneur des fortifications de la ville de Douay, & capitaine des éclufes de la même ville, & du fort de Scarpe.

[ocr errors]

Le 18 du mois dernier, vers les 2 heures un buitieme de l'après-midi, un particulier, nommé Pierre Linguet, dit Letang, maçon, tomba du parapet du Petit-Pont dans la riviere; deux pêcheurs le retirerent une demi-heure après. Il fut tranfporté au corps-de-garde du petit-châtelet, où les fecours établis par la police pour les morts apparentes & fubites notamment le lavement de fumée de tabac avec la bolte fumigatoire du Sr. Gardane, docteurrégent de la faculté, lui furent adminiftrés par la garde de Paris. Trois heures de foins noninterrompus le rappellerent à la vie au point qu'il fut en état de répondre aux queftions qui lui furent faites par le commiflaire Gillet, appellé dans cette circonftance. On apprend de Modene, que le gouvernement de ce duché a fait traduire l'ouvrage du Sr. Gardane qui a pour titre: Avis au peuple fur les afphyxies, & qu'on y conftruit des boîtes fumigatoires à l'inflar de celle de ce médecin, pour être dépofées dans les différens hôpitaux du pays. Le prince accorde une gratification de 100 liv. à celui qui en fera l'épreuve avec fuccès.

On mande d'Alençon qu'à l'inftant du tremblement de terre vivement reffenti près de cette ville, le 30 Décembre de l'année derniere, l'eau

d'un puits profond de 45 à 50 pieds, & qui étoit très-bonne, devint tout-à-coup noirâtre & infecte; il fe forme à préfent à la furface une croûte limoneuse & épaiffe, & les feaux avec lefquels on y puife, deviennent noirs à la feconde ou troifieme fois que l'on s'en fert.

La nuit du 19 au 20 du mois dernier, le moulin feigneurial de la paroiffe de Foucaucour en Picardie, a deux lieues de Péronne, fut incendié. Il étoit à peine achevé, & l'on croit que des gens mal-intentionnés ont mis le feu à ce moulin, eftimé 7000 liv.

Nous avons annoncé ( Ire. quinz. de Mai pag. 32) la déclaration du roi qui a ordonné la représentation à la cour des aides des titres & pieces qui y ont été enregistrés, concernant la noblefle, & les privileges des communautés féculieres & régulieres. La compagnie du bureau de correfpondance générale offre de fe charger gratuitement de procurer l'enregistrement des titres qui lui feront envoyés dans les délais fixés par cette déclaration. On pourra les adref fer au Sr. Comynet, l'un des intéreffés & directeur de ce bureau, rue des Deux Portes St. Sauveur, à Paris.

Le Sr. Chevalier, peintre-doreur, ancien directeur de l'académie de St. Luc, a inventé une machine à broyer les couleurs qui prévient les inconvéniens attachés à la maniere employée jufqu'ici, & qui a été approuvée par des commillaires de l'académie: cette machine n'expofe F'ouvrier à aucun danger, fait le délaiement des couleurs avec plus d'exactitude en peu de jours, fans lailer de mauvaise odeur. Cet artifte, qu'un exercice de 38 ans a mis à portée d'approfondir fon art, vient d'établir une manufacture de couleurs toutes préparées, qu'il vend 10 f. la livre excepté le bleu & le verd; il demeure rue Bail leul. C 4

Il vient de s'établir en cette capitale, fous la -direction du Sr. Garnier, un bureau de deftination des chofes perdues & recouvrées, pour lefquelles il fera payé un dixieme de la valeur de l'effet jufqu'à la fomme de 100 liv. & audeffus de cette fomme, un vingtieme, en y comprenant cependant le premier cent au denier 10. Ce bureau, qui peut devenir très-utile & qui eft annoncé avec la permiffion du magiftrat de police, eft fitué rue des Gravilliers, chez le Sr. Garnier.

[ocr errors]

N. B. Quelque précaution que l'on prenne pour ne pas tomber dans des erreurs, il en est d'inévitables. Telles font celles qui, d'après tous les papiers publics étrangers, ont été répétées dans la rere. quinz. de Mai, p. 42, & dans la 2me. du même mois, p. 43; elles concernent le parlement de Grenoble. Il eft faux que les avocats & les procureurs de cette cour de juftice ne s'y foient point préfentés, ils s'y trouvoient à l'ordinaire; mais comme on ne s'occupoit que des procédures dirigées contre M. de Moydieu, on ne faifoit appeller l'audience qu'à midi pour la renvoyer un moment après. Le barreau, même qu'une grande partie des magiftrats, ne prenoit aucune part à toutes ces affaires.

de

La nouvelle concernant les députés de ce parlement n'eft pas plus exacte, puifqu'il ne peut y avoir de députation fans la permiffion du roi. Un préfident à mortier & un confeiller, principaux auteurs des difficultés pour la réception de M. de Moydieu, fe rendirent à la fuite de la cour, fuivant l'ordre qu'ils en avoient reçu le 3 Avril. Le roi, après les avoir entendus, leur dit qu'il étoit très-mécontent de leur conduite, & S. M. leur ordonna d'en changer, de retourner à leurs fonctions ians paffer par Paris. Les deux officiers étoient du nombre des

&

1

huit qui formerent oppofition à la réception de M. de Moydieu, le 6 Décembre dernier, & qui la réitérerent le 11 Février fuivant.

GRANDE-BRETAGNE.

LONDRES (le 31 Mai. ) Le roi a fait une nombreuse promotion de barons du royaume de la Grande-Bretagne: ce titre éleve à la pairie les perfonnes qui en font revêtues.

S. M. a rendu une ordonnance qui prolonge pour 3 mois la défenfe d'exporter des armes & des munitions de l'Angleterre, de l'Ecoffe & de l'Irlande, à compter du 23 de ce mois. La même ordonnance défend à tout navire ou bâtiment de faire voile pour l'Amérique, fans y être autorifé par une permiffion de l'amiraute

La jeune prince fe dont la reine eft accouchée dernierement, a été baptifée le 19 de ce mois, à St. James, par l'archevêque de Cantorbéry, & nommée Marie. Elle a eu pour parrain le prince Fréderic de Heffe-Caffel, représenté par le comte d'Herefort, chambellan de la maifon du roi, & pour marraines, la ducheffe de SaxeGotha, représentée par la ducheffe d'Argyle, & la princeffe Fréderique de Mecklenbourg-Strelitz, représentée par la comteffe d'Effingham.

Dans la féance du 1o de ce mois, il y eut à la chambre des pairs de grands débats dont voici l'extrait.

Le duc de Manchefter fit, ce jour, fa motion, ainfi qu'il en avoit été convenu avec le lord-chancelier, à l'ouver ture de la féance. A la vue, dit-il, de notre fituation en 'Amérique, & à la nouvelle de l'évacuation de Bolton par les troupes du roi, j'ai cru, comme membre du corps lég flatif, ne devoir négliger aucune information ni aucu nes lumières pour connoitre les détails d'une affaire auf importante.

[ocr errors]

Ce lord d'après différentes lettres particulieres, te digna de la démance pour la relation qu'en avoit dem

né la gazette de la cour, & dans laquelle on affuroit que Je général avoit tranfporté avec lui les armes, le canon, &c.; affertion qui lui paroiffoit improbable.

Si cette évacuation a été volontaire, dit-il, elle n'a pu qu'être le fruit de quelque compromis ou convention entre le général Howe & le général américain, tel qu'on la trouve dans quelques lettres qui font mention d'une négociation entamée par quelques habitans de la ville, & dont le but étoit, d'un côté de ne pas brûler Bofton, & de l'autre, de ne pas s'oppofer à l'embarquement des troupes du roi. Cette évacuation, ajouta-til, ne peut être regardée comme une mefure prife du propre choix du général Howe, puifque Bofion étoit certainement une place d'armes & un pofte très-important pour contenir les provinces du nord, & que d'ailleurs, cette ville étoit le foyer d'une puiffance établie par le gouvernement pour détruire & renverfer les premiers efforts des Américains contre les loix & le parlement de la Grande-Bretagne.

La retraite de l'armée à Halifax étoit pour ce lord une preuve évidente de la mauvaife fituation où le général Howe avoit du fe trouver, puifque cette derniere place n'étant point en état de défenfe, feroit un foible afyle pour une armée qu'elle ne peut protéger dans fes fortifications de bois. La date de l'embarquement fait le 17 Mars lui démontroit encore qu'il n'avoit pu être auffi volontaire qu'on le prétendoit, parce qu'on n'auroit pas choifi une faifon qui pouvoit faire courir à la flotte le rifque de périr ou d'être jettée dans les Indes occidentales.

Les Américains, maitres de Eofton, lui paroiffoient li bres de faire marcher leur armée de quelque côté qu'ils le jugeroient à propos, de prévenir l'arrivée des troupes à Halifax ou de fe rendre en Canada, & d'y hater La réduction de Quebec, que la mort de Mongommery n'a point encore mis hors de toute crainte, fuivant quelques lettres reçues de Montréal. Ce lord s'étendit enfuite fur les inconvéniens qui réfulteront pour le commandement de l'armée, de la ftipulation qui a été faite que les troupes de Heffe agiroient en corps & non féparément, & il obferva fur ce point, qu'on avoit déjà éprouvé des difficultés à Portsmouth lorfque le général heffois avoit refufé de s'embarquer avant que toutes fes forces fuffent raffemblées. Enfin, il termina fon difcours par la propofition de préfenter à S. M. une adreffe refpectueuse pour l'engager à ordonner qu'on fit devant la chambre

« PreviousContinue »