Page images
PDF
EPUB

Royal-Picardie,
Royal-Navarre
Royal-Normandie ,
La Reine,
Dauphin,
Bourgogne .
Berry,

vicomte de Narbonne.
comte de Montbel.
marquis de Coré.
marquis de Toufain de Viray.
marquis de Toulongeon.
marquis de Beaumont-d'Anry.
comte de Mesmes.
marquis de Moutier.
chevalier de Jaucourt.

!

Artois,
Orléans ,

[ocr errors][merged small]

D'RAGON S.
Régimens.

Noms des mestres-de

camp en second.
Colonel-Général , chevalier de Ran.
Meftre-de-Camp,

de Choisy. .
Royal,

comte de Duras. Du Roi ,

marquis de Fleury. La Reine,

de la Briffe, Dauphin ,

comte de Montréal. Monsieur,

chevalier de Cofré. Artois,

marquis de Sainra-Hermine. Orléans,

baron de Montbuissier, Lorraine,

marquis de la Salle. Cuftine,

comte de Vidampierre. La Rochefoucault, marquis de Brisay, Jarnac,

comte de Penhoet. Lanans,

marquis d'Apchon. Belsunce,

marquis de Fumel. Languedoc,

marquis d'Arnouville. Schonberg,

de Poleretzky. Chartres,

marquis de la Tour-du-Pin-MOR

cauban, Condé,

marquis de Lescure. Bourbon ,

comte de Cayla. Conty,

marquis de soudeilles, La Marche,

marquis d'Estourmel. Penthievre ,

chevalier de Reynaud. Noailles,

de Sarlabous,

Régimens allemands.

Comte de Chamilor, colonel - commandant du régimene

de Nassau , infantrie. De Pagenstecher, colonel en second didis -giment. Juin. 2e. quinz. 1776.

с

Baron de Flanschlaoden, colonel-commandant du régi

ment de. Boullon. Baron d'Andlau , meftre-de-camp du régimen de cave

lerie de Royal Allemand. Le prince Charles - Constantin de Hefte - Rheinfelds,

lieutenant-colonel dudit régiment, Chevalier de Jernigham , colonel en second du régi.

ment de Dillon, Marquis de Berghes , colonel en second du régimen

d'Anhalt, On plaide actuellement à la cour des aides une très-grande affaire qui intérelle beaucoup les fermes générales. C'eit à l'occasion de la fameuse faisie faite dans les caves des Célestins de 80 pic. ces d'eau-de-vie. M. Mouflu, à qui ces caves appartiennent , attaque les fermiers-généraux, & prétend qu'ils se sont écartés de la loi , & om violé le droit des gens en faisant cette foisie. Si la ferme générale perdoit cette affaire, il lui en coûteroit, dit-on, plus de six cens mille liv.

L'abbé Baudeau vient d'être alligné au châtelet , pour avoir inséré dans le journal des Ephé. inérides un mémoire dont on le dit aureur, & qui représente les fermiers de la caille de Poiliy, lupprimée par un édit de Février dernier, comme uíuraircs, concussionnaires , &c. & ces derniers concluent à ce qu'il soit condamné à le récracier, à les reconnoitce pour gens d'honneur & de probité , & en outre, à te's dommages & intérêts qu'il plaira à la cour d'arbitrer.

On a repris au parlement l'affaire du maréchal de Richelieu & de la daine de St. Vincent: elle se fuit avec assez d'activité pour qu'on croie qu'eile sera jugée définitivement avant les vacances.

Le conseil du marquis de Brunoy vient de prendre des lettres de rescision contre les dons & penfions que ce dernier a souscrits avec une inconcevable prodigalité. Le défordre qui regne dans les affaires domestiquesest tel qu'on evalce ses déttes

à plus de 9 millions, & que depuis qu'il a eu la malbeureuse facilité de se ruiner, il en a dépensé plus de 20.

Il paroit deux nouveaux arrêts du grand confeil.

Le premier, du 12 Mai dernier, déclare nul, & comme non avenu ,

un arrêt rendu par le parlement de Toulouse, le 17 Février dernier, & ordonne que, sans s'y arrêter , l'arrêt du conseil du 9 Janvier précédent , fera exécuté selon fa forme & teneur. Cet arrét, de 24 pages in-4°, entre dans le plus grand détail sur tout ce qui peut constater les droits du grand-conseil, & rappelle les ordonnances de nos rois qui peuvent justifier ses prétentions.

Le second, du 23. Mai , eft dirigé contre un arrêt rendu par le parlement de Metz le 16 Avril, par lequel cette cour a statué sur l'appel d'une Tentence présidiale en dernier ressort , &aordonné par forme de réglement, que les jugemens sur les demandes en renvoi , & ceux de retention, ne seront donnés qu'a l'ordinaire, sauf l'appel. Le grand conseil, en caffant & annullant cet arrêt ordonne que les jugemens sur les demandes en renvoi , & ceux de rétention continueront d'être donnés en dernier reffort par les préfidiaux , fauf aux parties à se pourvoir au conseil, pour leur être fait droit ; fait défenses aux parties de se pourvoir ailleurs, à peine de nullité de procédures, & de 15 cent liv. d'amende, &c.

D'un autre côté, on vend furtivement un outrage en deux volumes, qui tend à prouver par les arrêts du grand-conseil, que fa jurisprudence eft contraire aux maximes du royaume & aux libertés de l'église gallicane, puisqu'il a voulu autoriser des bulles rejetrées : d'où l'on conclut que le rétablissement de ce tribunal ne peut. ktre qu'un sujet de diffenfion avec les cours

[ocr errors]

ܕ

proteatrices des vrais principes des loix, & du maintien de l'autorité du roi.

M. le duc d'Orléans est attaqué de nouveau de la fievre tierce, depuis 3 semaines ; mais les médecins allurent qu'elle tire à la fin.

On assure que Mgr. le comte d'Artois a fait l'acquisition du vaste terrein de la marquise de Langeac, dont on a déjà parlé, & qui formoit autrefois la pépiniere. S. A. R. se propose d'y fais re construire de superbes bâtimens.

Le roi a accordé la pension ordinaire de ministre à M. Turgot ; son peu de fortune la lui rend nécessaire. M. de Lamoignon de Malesherbes , qui, à ce qu'on assure , ne l'a point acceptée, se propose de voyager en Italie, & doit partir incessamment.

M. Amelot donna , le 20 du mois dernier , fa premier audience au louvre. On remarqua qu'il portoit un habit de couleur, & une bourse aux cheveux, parce qu'on étoit accoutumé à voir M. de Malesherbes en habit de magistrat , qu'il n'avoit pu se résoudre à quitter pour se mettre en homme d'épée.

M. de Clugny prit possession, le 27, de l'hôtel du contrôle Versailles , où il coucha, Le 23 , il fut reçu à la chambre des comptes, & le 24, il donna sa premiere audience.

On parle beaucoup d'augmenter le conseil royal des finances, dont le comte de Maurepas eft nommé chef. Le contrôleur-général y prési-, deroit, & toutes les affaires y seroient discutées, & ne pourroient être portées devant le roi qu'après la décision du conseil. On nomme pour nouveaux membres de ce conseil MM. Joly de Fleury, de St. Priest, Dufour de Villeneuve, & Taboureau de Réaux, conseillers d'état.

Suivant des lettres de Lyon, M. de Fleffelles intendant de la province, s'y étoit rendu avec

de joie.

[ocr errors]

les ordres précis d'y faire exécuter l'édit por tant abolition des maitrises & corps des marchands; mais la veille du jour qu'on devoit procéder à cette opération, il arriva un courier extraordinaire à l'intendance, dépêché par M. Bertin, ministre & secrétaire d'état, pour annoncer la retraite de M. Turgot , & enjoindre de la part du roi, de suspendre l'exécution de cet édit. Toute la ville en a , dit-on , témoigné beaucoup

Il paroit néanmoins que l'édit concernant les jurandės“ n'éprouvera aucun changement ici puisque l'on continue de vendre les effets des communautés.

On ya, dit-on, réduire à 36 mille liv. la dépenfe de la fourniture du poisson pour les petits appartemens , laquelle se montoit ci-devant à Iso mille liv.

On travaille sur les yieux boulevards à la conftruction d'une salle de spectacles, où l'on prétend qu'une nouvelle troupe jouera des tragédies, des comédies & des opéra-comiques, sous la dénomination dé Troupe de Monsieur,

Par un accord fait avec la cour d'Espagne pour régler les limites des deux puissances dans l'isle de St. Domingue, elles font immuablement fixées entr'elies, & il en résulte un avantage considé rable pour la partie françoise, fans que les EfPagnols y perdent rien ; ces derniers ignoroient ou négligeoient l'art de faire valoir utilement un terrein immen e, qui va être cultivé, & dont nos colons tireront le plus grand parti. Cette convention assure au marquis de Noailles une ille qui avoit été concédée à la maison , & dont aujourd'hui il tirera plus de cent mille écus de rentes par cet arrangement : elle étoit entrée pour peu de chose dans la dotation, en le mariant par le

peu de cas que l'on faifoit alors de cette propriété.

C 3

« PreviousContinue »