Page images
PDF
EPUB

de rout le corps des électeurs de ce royaume; mais après quelque discussion , fa proposition fut rejettée à la pluralité de 168 voix contre 92.

La chambre en comité s'occupa de l'examen des mémoires pour obtenir l'exportation de cer. taines denrées, & décida qu'il seroit permis d'exporter une quantité limitée de biscuit & de pain à Terre-Neuve, à la Nouvelle-Ecoffe, à la baye des Chaleurs, & à la côte du Labrador, pour l'avantage de la pêche britannique dans ces parages. Cette chambre en comité sur le fubfide, résolut d'accorder 92,421 liv. st. 14 f. II d. & demi pour suppléer à la non-valeur de la somme accordée par le parlement à l'occasion de la monnoie d'or, & 13000 liv. pour

l'entrecien des forts & établissemens de la nation sur la côte d'Afrique.

Le lord North remit à la même chambre un message de la part du roi, par lequel S. M. prie la chambre de la mertre en état de subvenir aux dépenses extraordinaires qui surviendront au sujet des opérations militaires , pendant l'année 1776. L'examen de ce message fut remis au jour où l'on reprendroit l'affaire du subfide. Le

les communes firent la 2e. lecture des bills de la loterie, des billets d'échiquier, des bills pour accorder 5 f. par quintal sur la graine de lin importée en Irlande , pour punir les faux monoyeurs, pour changer la peine de bannissement en celle d'un travail pénible, &c.

Le 6, le colonel Barré proposa à cette chambre, de supplier le roi, par une humble adresse, d'y faire remettre une copie des dernieres dépêches, & surtout de celles qui ont été reçues depuis le rer. Mars, de la part du général Howe & du vice-amiral Shuldam, afin que la chambre prit les informations les plus détaillées & les plus authentiques sur l'état actuel de la guer

[ocr errors]
[ocr errors]

?

re en Amérique , avant que d'accorder un noun veau subside pour la continuer. Le parti de l’op. position appuya la nécessité de cette adreffe , attendu la retraite de l'armée de Boston. Le lord North déclara que cette retraite s'est faite pas choix & non par nécesfité, & que ce seroit fas re au roi un mauvais compliment, immédiatement à la suite de son message. Après de longs & vifs débats, la proposition du colonel Barré fut rejettée , à la pluralité de 171 voix contre 54.

Alors la chambre en comité sur le subside résolut d'accorder un million de liv. Iterl. au roi pour mettre S. M, en état de subvenir aux dépenses survenues, ou qui surviendront pour le service militaire en 1776 , & pour frapper des especes en or ; 13, 973 liv. sterl. pour la dépense de l'artillerie du landgrave de Hefse-Caffel à la solde de la Grande-Bretagne, pendant l'année 1776, en conformité du traité de subside; 16, 483 liv. pour l'entretien du régiment du prince de Waldeck, composé de 500 hommes d'infanterie, & pris à la folde britannique, avec le fubfide conformément au traité, depuis le 22 Avril jusqu'au 24 Décembre 1776.

Le 7, le comte de Suffolk remit à la cham bre-haute, par ordre du roi, copie d'une con vention nouvellement conclue entre S. M. & le prince de Heffe-Caflel touchant l'artillerie du régiment de Hanau, prise à la folde de la Grande-Bretagne. Le lord Norh remit aux commu. nes une copie de la même convention.

Le 8, un comité de la chambre des communes résolut d'accorder 3383 liv. fterl. pour l'artillerie de Hanau depuis le fer. Mars jusqu'au 24 Décembre 1776, & 4245 liv. ster. pour l'artillerie heffoise pendant le même espace de tems La même chambre examina ensuite les octrois

[ocr errors]

netordés par l'amirauté pour porter à Boston des provisions en contravention à l'acte qui dé fend tout commerce avec les colonies. On y fit lecture de papiers & confrontations de témoins qui prouvoient l'exécution de ces octrois

par

les ordres des ministres mêmes.

Enfin, le parti de l'opposition proposa d'arrêter qu'il appert que les commiílaires de l'amirauté ont accordé plusieurs octrois à des bâtimens destinés pour Boston & autres ports de l'Amérique depuis l'acte qui les a défendus; mais après une longue délibération, l'affaire fut sursise, à la pluralité de tos voix contre 31.

Le 10, le duc de Manchester propofa dans la chambre des pairs un projet d'accommodement entre les colonies de l'Amérique & la mere-patrie. Le lord-maire proposa en même tems dans celles des communes de mettre ces colonies sur le même pied que l'Irlande quant à la législation , & à la levée des impôts.

Le 13, des commiilaires du roi se rendirent au parlement, & approuverent au nom de S. M. 59 bills publics ou particuliers. La chambre des pairs ordonna qu'on lui remít divers papiers de la trésorerie, de l'amirauté & de la douane, au fujet des octrois accordés pour des exportations faites aux colonies de l'Amérique, contre l'esprit du bill qui les défend.

On a reçu l'avis certain que le général Worfter & le brigadier Arnold (qui n'est point prifonnier, comme on le croyoit ) ont abandonné le fiege de Quebec le 27 Février dernier , & fe font retirés à Mont-Réal. Ils n'avoient pris ce parti que parce queles colonies n'avoient pu leur faire par• venir a lez promptement les secours qu'ils en attendoient. Mais à l'arrivée de 5 mille hommes de renfort, ils ont repris la route de Quebec , dont ils ont ordie de preffer le fiege.

[ocr errors]
[ocr errors]

Le vaiffeau le Williams a apporté un grand pombre de lettres dont plusieurs confirment les détails que Mr. Wearley, commandant de cebatiment, avoit envoyés relativement à 9 vaitseaux de ligne espagnols, 5 frégates & 14 mille homs mes de troupes qui, en paroitsant devant le Cap François , ont inipiré quelque crainte ; mais il y a toute apparence. que ce mouvement de la part des Espagnols n'a d'autre but que de relever leurs garnisons ; ce qui se pratique régulierement tous les trois ans.

On voit dans les papiers publics un fragment d'une lettre que le codeur Peykens a écrite à un de ses amis , relativement aux circonstances actueiles ; il s'exprime ainsi : Avois-je tort de vous: dire que la guerre d'Amérique finiroit par n'étre plus une guerre de commerce ? Les propositions de nos colonies étoient , Sans doute , de bonne foi; mais les réponses de la cour étoient ministérielles; les étrangers envoyés en Amérique m'ont toujours effrayé pour notre constitution, & ceux qui ont voté pour cet envoi sont les ennemis niortels de notre patrie; il ne manquoit pour rendre ce malheur moins terrible

que

d'avoir demandé des troupes à quelque puiffance plus confidérable de l'Allemagne , qui eût pu prendre nos pofessions dans ce pays en gage de l'exécution de son traité ; car enfin, fi ces troupes périssent en Amérique , qui les remplacera ? Qui paiera les individus qui manqueront ? Sera-ce nous, doublement affoiblis par'. ténormité des taxes & par la deftrucion de notre commerce? L'éclat de notre domination maritime qui en a imposé à toute l'Europe jusqu'à-présent n'a qu'à diminuer un instant, & vous verrez l'Europe entiere occupée à le détruire. Nous avons des points qui nous tenons dans tout l'univers ; ces points font volés, & ne fort respeđés que par traditior;

[ocr errors]

Mahon , Gibraltar D. Sont des monumens de notre puissance qui affligent les nations auprès defquelles ces places sont situées, & 'la Sécurité die miniftere à cet égard me paroit bien hasardée.

Au reste, les princes qui nous ont envoyé des troupes, ont-ils bien fait attention à l'orage qui fe forme dans le nord ? Si cet orage fondoit sur eux, quelle seroit leur défense? En un mot, cs plan me paroit auffi mal combiné, que dangereux dans les conséquences pour toutes les puisfances qui y sont intervenues; mais le malheur de ma patrie est ce qui me touche le plus, & ceci ne peut finir que de deux manieres : ou nos Allemands lueront nos freres ; alors plus de commerce; ou ils seront exterminés; alors plus de commerce encore ; & il ne restera à la nation que le désespoir d'avoir connivé à sa propre deftru&tion , &c.

[ocr errors]

MORTS.

17 No

Simon Bonnaccorfi, cardinal prêtre de la Ste. église romaine , de la création de Clément XIII en 1763, mourut à Rome , le 27 Avril. Il étoit né à Macerata , le vembre 1708.

Jeanne-Anne Poncet de la Riviere , comcefse de Carcado, dame de l'ordre de la croix étoilée épouse de Louis-Gabriel le Sénéfchal , comte de Carcado , maréchal de camp , eft morte à Paris , le 22 Avril , âgée de 45 ans.

Charles de Beraud de Courville , chevalier , ancien capitaine de grenadiers , doyen des chevaliers de l'ordre royal & militaire de St. Louis, mourue , le 4 Avril der. nier, à Mont-Midy, dans fa&ge, année.

Claude-Louis le Bouthillier de Chavigni , marquis de Pons, brigadier des armées du roi, eft mort à Paris, le 4 Mai , dans la boe, année.

N. Gauné de Cazau chevalier de l'ordre - royal & militaire de St. Louis, lieutenant-tolonel de dragons, & ancien gouverneur des pages de la petite écurie du roi, eft mort, le 6 Mai , dans son château du Fort

pros d'Auxerre , à l'âge de 49 ans,

2

« PreviousContinue »