Page images
PDF
EPUB

Saint-Albin à Rennes, dont nous avons rappor. sé, dans le tems , les ales de charité.

Entre plusieurs legs consignés dans le teffament d'un riche particulier mort en cette capitale, il y en a un de 24 mille livres ou de 12 cens liv. de rente, en faveur d'un des enfanstrouvés des plus anciens, au choix du premier prélident; avec cette clause que li le premier légataire meurt avant l'âge de majorité, ou fans s'être marié & sans avoir d'enfans, le legs paso sera à un autre enfant déligné par le même magiftrat. On prélume que cette conation eft l'effet du remords d'un pere qui n'a pu reconnoitre dans cet hôpital le fruit de son incontinence, & qui a voulu tranquilliser sa conscience en appellant au hafard un des compagnons de son enfant au partage de la fortune. On dit que les héritiers attaquent cette difpofition.

Le chevalier de Willemontée, officier au régiment de Languedoc, dragons, le promenant à cheval, en redingotte, dans les environs de Bray-sur-Seine , 5 braconniers, qui le prirent, sans doute , pour un garde qui tâchoit de les reconnoitre , lui cirerent plusieurs coups de fufil, & cafferent l'épaule à son cheyal, qui tomba. L'officier , bleffé lui même en plusieurs endroits de quelques grains de plomb , & ne pouvant opposer aucune résistance raisonnable às personnes, chercha à se soustraire à leurs attentats. Les chasseurs le poursuivirent , & lui tirerent plusieurs coups

à bålle, qui ne porterent que dans Tes vêtemens. On apprend que ses bleflures ne font pas mortelles qu'un de ses affassins est arrêté, & qu'on suit les autres à la trace.

L'archevêque de Toulouse avoit à Briel un fuperbe château, nouvellement construit , qui vient de s'écrouler de fond-en-comble. Le préLat ayoif donné à diner à plusieurs personnes,

[ocr errors]

& venoit de sortir avec ses convives, au moment où cet accident est arrivé.

On écrit d'Avesnes en Hainault, que l'abbaye de Lieslies, diocese de Cambray , se trouvant délivrée de la plus grande partie des pensions dont elle étoit surchargée sous le dernier regne, avoit résolu de réparer, à ses frais, les chemins qui, passant par le village de Liessies,

fervent de communication à Trelon & Sor-le-château , bourgs considérables par le commerce & l'industrie de leurs habitans. En conséquence, les religieux de cette abbaye emploient journellement , & dans tous les tems, plus de cent ouvriers, qui travaillent à rendre ces chaussées solides & durables ; elles étoient devenues impraticables , & le commerce de bois , des fers, des grains & autres denrées les plus nécessaires, à la vie étoit interrompu, dans cette partie du Hainault, pendant les trois quarts de l'année. C'est ainsi que des pensions, dont l'application eft:souvent inutile à l'état, ont servi à la subsistance à une cinquantaine de familles qui, * sans cette ressource, auroient manqué de pain,

pendant le rigoureux hiver qu'on vient d'éprou-ver.

On mande de Flavigny, dans le duche de Rhetel, que le Sr. Nicolas Petit', âgé de 82 ans, & Cathérine Lampson, son épouse ; agée de 84 ans, y ont renouvellé, depuis peu, la 60e. année de leur mariage. Après le dîner qui suivit cette cérémonie , ces deux vieillards ont ouvert le bal par' un menuet qu'ils ont dansé aux -acclamations des convives, de leurs enfans & petits-enfans qui étoient très-nombreux. Edit du roi, portant suppression des jurandes &

communautés de commerce arts & métiers. Louis', &c. Nous devons à tous nos sujets de leur af: Mai, ze. quinz. 1726:

C

procurer

[ocr errors]
[ocr errors]

Tusser la jouissance pleine & entiere de leurs droits ; nous devons surtout ceste procedion à cette claire d'hommes qui , n'ayant de propriété que leur travail & leur induftrie, ont d'autant plus de besoin & de droit d'employer dans toute leur étendue les seules resources qu'ils aient pour subsister.

Nous avons vu avec peine les atteintes multipliées qui ont éré donnéesà ce droit naturel & commun par des institucions, -anciennes, à la vérité, mais que ni le tems

ni l'opinion, Si les actes même émanés de l'autorité qui semble les avoit consacrées, n'ont pu légitimer.

Dans presque toutes les villes de notre royaume l'exercice des différens arts & métiers et concentré dans les mains d'un petit nombre de maitres réunis en communauté , qui peuvent seuls , à l'exclusion de cous les autres citoyens , fabriquer ou vendre les objets de commerce particulier , dont ils ont le privilege exclusif ; enforce que ceux de nos sujets qui, par goût ou par nécessité, fe defe tinent à l'exercice des arts & métiers , ne peuvent y "parvenir qu'en acquérant la maîtrise, à laquelle ils ne fonc

reçus qu'après des épreuves aulli longues & autíi nuifibles que fuperflues , & après avoir fatisfait à des droits over de tie fonds dont ils auroient eu besoin pour leur arreHier, ou 'néme pour fubfifter, se trouve conformée ea pure perte.

Ceux dont la fortune ne peut fuffire à ces pertes, sont réduits à n'avoir qu'une fubfiflatce précaise lous l'empi.. re des maitres, à languir dans l'indigence, ou à porter hors de leur patrie une industrie qu'ils auroient pu rexdre utile à Pétará

Toutes les classes de citoyens font privées du droit de choisir les ouvriers qu'ils voudroieut employer , & des

avantages que leur donneroit la concurrence pour le bas prix & la perfection du travail. On ne peut souvent exé. cuter l'ouvrage le plus fimple , fans recourir à plusieurs

ouvriers de conimunautés différentes , fans essuyer les lenteurs , les infidélités, les, exactions que nécessite ut ou favorisent les precensions de ces différentes communautés, & 'les caprices de leur régime ärb.traire & intéréfé.

Ainh les effets de ces établitfemens font, à l'égard de l'état , une diminution inappréciable de commerce & de travaux industrieux; à l'égard d'une nombreuse partie de nos? fujets j'me pare de salaires 8c de moyens de fube altance; à l'égard des habiçans des villes en général,

[ocr errors]

T'afferviffement à des privileges exclufifs , dont l'effet eft absolument analogue à celui d'une monopole effectif : monopole dont ceux qui l'exercent contre le public, en travaillant iz vendant , sont eux-mêmes les victimes dans tous les momens où ils ont, à leur tour, besoin des marchandises ou du travail d'une autre communauté.

Ces abus se sont introduits par degrés : ils sone originairement l'ouvrage de l'intérêt des particuliers qui les ont établis contre le public; c'eft après un long intervalle de tems que l'autorité, tantôt surprise, cancôc féduice par une apparence d'utilité, leur a donné une forte de fanction.

La source du mal est dans la facilité même , accordée aux artisans d'un même métier , de s'assembler , & de se réunir en un corps.

Il paroit que , lorsque les villes commencerent à s'affranchir de la servitude féodale , & à fe former en communes , la facilité de claffer les citoyens , par le moyen' de leur profeffion, introduisit cet usage , inconnu jusqu'alors. Les différentes professions devinrent aussi comme aucant de communautés particulieres, dont la conmunauté générale écoit composée. Les confrairies religieuses, en referrant encore les liens qui unissent entr'elles les personnes d'une même profession , leur dunnerent des occaGons plus fréquentes de s'aisembler, & de s'occuper, dans ces assemblées, de l'incérêt commun des membres de la société particuliere , qu'elles poursuivirepc avec une a&ivité continue , au préjudice des in. 'cérêts de la société générale.

Les communautés une fois formées, rédigerent des ftatuts &, fous différens prétextes de bien public, les firone autoriser par la police.

La base de ces. Aarucs est d'abord d'exclure du droit d'exercer le métier quiconque n'en pas membre de la communauté : leur esprit général ett de restreindre, le plus qu'il eft possible , le nombre des maitres, de rendre l'acquiGtion de la maîtrise d'une difficulté presqu'insur

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

montable pour tout autre que pour les enfans des maitres actuels: C'est à ce but que sont dirigées la multiplicité des

frais & des formalités de réceprior, les difficultés du chef-d'oeuvre , toujours jugé arbitrairemene, surtout la

cherté & la longueur, inucilo de's apprencillages , & la servitude prolongée du compagnonage' ; intuitious qui ont encore l'objet de faire jouir les maitses gratuite ment; pendanc plusieurs années, du travail des aspirani, Les communautés s'occuperere, furrowe, d'ecacier de

3

leur territoire les marchandises & les ouvrages des forains : elles s'appuyerent sur le prétendu avantage de bannir du commerce des marchandises qu'elles supposoient être mal fabriquées. Ce motif les conduisit à demander pour elles-mêmes des réglemens d'un nouveau genre, tendant prescrire la qualité des matieres premieres, leur emploi & leurs fabrications. Ces réglemens, donc l'exécutio:i fut confiée aux officiers des communautés, donnerenrà ceux-ci une autorité qui devînt un moyen, non-seulement d'écarter encore plus farement les' forains , fous prétexte de contravention , mais encore d'afsujeccir les maitres même de la communauté à l'empire des chefs , & de les forcer , par la crainte d'être poursuivis pour des contraventions supposées, à ne ja. mais séparer leur intérêt de celui de l'association, &, par conséquent, à se rendre complices de toutes les maneuvres inspirées par l'esprit de monopole aux principaux membres de la communauté.

Parmi les difpofitions déraisonnables, & diversifiées à l'infini , de ces statuts , mais toujours di&tées par le plus grand intérêt des maitres de chaque communauté, il en eft qui en excluent tous autres que les fils de maitres, ou ceux qui épousent des veuves de maitres ; d'autres rejettent tous ceux qu'ils appellent étrangers , c'eft-àdire , ceux qui font nés dans une autre ville.

Dans un grand nombre de communautés , il suffit d'écre marié pour être exclus de l'apprentillage , & par conséquent de la maitrise.

L'esprit de monopole, qui a présidé à la confe&ion de ces Aatuts, a été pourré jusqu'à exclure les femmes des métiers les plus convenables à leur sexe , tels que la broderie , qu'elles ne peuvent exercer pour leur pro.. pre compte.

Nous ne suivrons pas plus loin l'énumération des dif. positions-bizarres, tyranniques, contraires à l'humanité & aux bonnes moeurs, dont font remplies ces especes do codes obscurs, rédigés par l'avidité, adoptés sans examen, dans des tems d'ignorance , & auxquels il n'a manqué, pour être l'objet de l'indignation publique , que d'être

Ces communautés parvinrene cependant à faire autoriser dans couces les villes principales leurs ftatuts & leurs privileges, quelquefois par des lettres de nos prédécesseurs , obtenues fous différens prétexces , ou moyennant finance & dont on leur a fait acheter la confirmation de regne eo regne , souvent par des arrêts de nos cours

connus.

[ocr errors]
« PreviousContinue »