Page images
PDF
EPUB
[ocr errors]

par l'acadé

[ocr errors]

lettres, dans sa séance du 27 du mois dernier élut pour académicien honoraire , à la place vacante par la mort du duc de St. Aignan , M. Turgot, ministre d'état & contróleur - général des finances.

Le 29, l'archevêque d'Aix , élu mie françoise à la place du feu abbé de Voisenon, vint prendre séance à l'académie, & prononca son discours de remerciment, auquel l'évêque de Senlis répondit. M. Marmontel lut ensuite un discours en vers sur l'éloquence , & M. d'Alembert , secrétaire perpétuel de l'académie, termina la séance par la lecture de l'éloge de l'abbé de Dangeau.

Le 2 de ce mois, l'académie françoise a élu avec l'agrément du roi, M. Colardeau pour remplir la place vacante par la mort du duc de Sr. Aignan.

Il confte par le rapport de la commission nommée par la cour des aides , pour procéder à l'examen des papiers , constater la perte & en dresser procès-verbal, que celle en titres & dccumens est irréparable. Les registres & recueils déposés aux archives de la cour étoient de 8 especes : 1°, les registres des arrêts d'audience; 20. ceux des arrêts de rapport ; 3o. ceux des lettres-patentes, provisions & réceptions d'officiers ; 4°. ceux des appointemens passés entre les parties, & reçus au greffe ; 5o. ceux des délibérations de la cour ; 69. les recueils des édits, déclarations, & lettres-patentes, registrés en la cour; 7o. les baux des fermes avec les enregistremens; 8o. les recueils d'ordonnances & réglemens de la cour. Des papiers de ces deux dera nieres classes on n'en a retrouvé aucun depuis l'incendie, & de la sixieme qu'un seul recueil imprimé, depuis 1710 jusqu'en 1720. Des registres d'arrêts on n'a recouvré que quelques

parcelles, entre lesquelles il y a des vuides confi: dérables. Les iragmens de ceux d'audience vont depuis 1397 jusqu'en 1645, & les restes de ceux de rapport, depuis 1461 jusqu'en 1647 ; mais, outre les lacunes multipliées qu'on y rencontre, tous les registres d'arrêts qui précedent ou suivent ces époques, font perdus. Il en est de même des regiftres de lettres-patentes, provisions & réceptions d'officiers , qui manquent depuis l'établiffement de la cour jusqu'en 1558 Ensuite on en retrouve des fragmens jusqu'en Décembre 1678; mais depuis cette époque ils manquent jufquà celle de l'incendie. Les registres des appointemens passés entre les parties & reçus au greffe, manquent aussi, à l'exception de quelques morceaux depuis 1633. Enfin, une perte irréparable c'est celle des registres des délibérations de la cour : ils sont perdus depuis son origine jusqu'en 1514. On a fauvé ceux depuis le 14 Février 1514 jusqu'au 16. Mai 1588 ; mais depuis ce tems, l'on n'en a recouvré que quelques feuiltes éparses & fans liaison : elles sont des dernieres années, depuis 1762 jusqu'en 1775. Il y avoit d'ailleurs dans les greffes différens effets, tels que dentelles, tabac , argenterie , &c. , provenant de saisies faites, ou qui avoient été déposés. Un diamant, qui se trouvoit du nombre, a été perdu. L'argenterie travaillée, autant qu'on a pu la retrouver & reconnoitre, a été rendue aux officiers dépositaires , ainsi que l'argent monnoyé qui a été prouvé appartenir à leurs départemens. Quant au reste de cet argent & à l'argenterie informe & méconnoiffable, les officiers du bailliage du palais (lieu fixé entre le parlement & la cour des aides, pour servir de dépôt commun) le feront fondre ensemble , pour en former un bon de masse , qui, joint aux especes valables & non désignées , qui auroient été trouvées , fera ensuite distribué à tous les réclamans au pro-rata de leurs demandes.

On apprend de Moulins-la-Marche , dans le Perche, que, le 10 du même mois, vers une l. après-midi , l'air ayant été fort agité dans la matinée, le vent étant sud-ouest, un éclair des plus vifs fui suivi d'un coup de tonnerre affreux. Le clocher d'une petite paroisse, nommée SaintMartin, à une demi-lieue de la Trappe, fut découvert par la foudre, qui cependant ne caufa aucun dommage à la charpente. Le tonnerre, après avoir tracé lur les cloches une ligne circulaire telle que l'auroit pu faire un burin, perça la voûte de l'église , tomba fur le maître-autel, porta le tabernacle au milieu du chæur , fazas que les vases facrés eu!lent été endommagés. Delà il paísa dans la facristie, où il coupa la bannierę en deux, ébrania les murs, dont il détacha quelques pierres , alla ensuite frapper le portail, se fit un pall'age sous les piliers, rentra dans l'églife , & après en avoir renversé les bancs, Cora tit par le dessus d'une croisée, & se disipa dans l'air. La perte est estimée 5000 liv.

Le feu prit, le 28 du mois dernier, à 11 h. du soir , au village de St. Sauflieu, à 4 lieues d'Amiens, & consuma 4 maisons avec les étables, granges & autres bâtimens en dépendans. Il n'a fait d'aussi grands progrès qu'à cause de l'absence des hommes & des garçons du village, sortis alors avec leurs chevaux & leurs voitures pour leur commerce ordinaire.

Le tirage de la loterie de l'école royale-militaire s'elt fait le s de ce mois. Les numéros sortis de la roue de fortune, font 42, 86 , 15., 21, 67. Le prochain tirage le fera le 6 Avril.

GRANDE-BRETAG N E. LONDRES ( le 25 Mars.) Le roi fit publies, le 22 dui mois dernier, une amnistie en faveur des déserteurs des troupes de terre, par laquelle s. M. accorde la grace à tous ceux qui se rendront avant le 10 Avril prochain fuit à leurs régimens, soit aux différens corps employés au service du roi', ou enfin aux nouvelles levées de trourpes faites dans la Grande-Bretagne ou en Irlande , sans qu'ils puissent être réclamés par les corps auxquels ils étoient attachés avant leur désertion. La même grace est accordée atıx déserteurs déjà arrêtés, dans les prisons ; mais il eft spécifié dans cette ordonnance, que les soldats qui déserteront après qu'elle aura été publiée , feront exclus du pardon, & que l'on sévira contr'eux selon toute la rigueur des loix.

Le gouvernement vient de défendre toute espece de commerce entre les habitans de nos illes & de nos colonies de l'Aniérique, fous peine , contre ceux qui contreviendront à cette prohibition, d'être déclarés traltres & rebelles, & d'écre traités comme tels.

Une ordonnance du roi proroge au 30 Avril prochain les gratifications accordées à ceux qui s'enrôleront pour le service de la marine. Une autre ordonnance renouvelle pour 3 mois la prohibition d'exporter hors du royaume, ou de conduire d'une côre à l'autre de la foudre tirer , du falpécre , & toute espece d'armes ou de munitions. Cette défense étoit expirée le 23 du mois dernier.

Le nombre des troupes auxiliaires que la cour prend du landgrave de Hesse-Caffel, à la Solde de la Grande-Bres tagne , eft de 12 'mille hommes. Le roi s'engage à

payer pour ce corps le double du subside ordinaire, c'eft-à-dire , 450cco écus de banque par an, l'écu compté à 53 sols d'Hollande , ou à se sols 4 den., argent d'Angleterre. Ces troupes seront traitées à tous égards comme les troupes britanniques , & feront employées en Europe partout où S. M. le jugera nécessaire ; mais l'Amérique septentrionale est la seule contrée des autres parties du monde où l'on pourra les envoyer, Ce corps , avec l'état-major , forme en tout 12394 hormes, & doit être rendu au lieu de l'embarquement certains jours du présent mois de Février. Le traité contient 15 articles , & doit durer aatalit que S. M. le desirera. Par le traité de subside conclu avec lc duc régnant de Brunswick-Wolfenburcel. ce prince s'engage fournir à s. M. Brit. un corps de 3964 hommes d'infanterie, & 336 hommes de cavalerie légere fans monture. Le subside annuel commencera du jour de la signa fue du traité ( le 9 Jappier 1776 ), & fera finple de

64500 écus d'Aftemragne , tant que ces troupes jouiront de la folde ; mais dès que la solde ceffera , le fublide sera doublé , & porté à 129000 écus, & it sera continue pendant 2 ans après le retour de ces troupes dans les états de Brunswick, Ce traité contient aussi 15 art. Le corps que le prince héréditaire de Helse-Caffet fournira au roi, sera de 668 hommes d'infanterie , dont le fubfide annuel sera de 25.90 écus de barque. Ce traité concient 11 articles. Ces différens corps auxiliaires formeront en tot 17362 hommes effectifs, sans y comprendre la brigade écoiloise , dont la celsion par les Hollandois n'est pas encore certaine.

On sçait que les princes d'Allemagne , en faisant leurs traités de subside , onc eu grand soin de fipufer que la désertion ne seroit pas à leur charge , article qui peut devenir de la plus grande conséquence pour l'Angleterre parce qu'il y a fort à craindre que les soldars allemands envoyés en Amérique n'y foiert rencés de déserter pl.is que partout ailleurs, arrendu que leur langue est trèsfamiliere dans la Pensylvanie, dans la No:ivelle-Yorck & dans la Nouvelle-Jersey, peuplées par leurs compatriuces, dont les gazemes sont écrites en allemand, & qui célebrent le service divin dans la même langue, fans compter que les offres brillantes du congrès américain peuvent ajouter beaucoup à ces premiers appas.

Le 28 du mois dernier, le duc de Richmond fit obsero ver, dans la chambre des lords ; que, comme le traité conclu avec le fandgrave de Herre-Castel porte que les anciens, traités fui ferviront de base, il seroit essentiel qu'on priát le roi de faire remeto:e à la chambre ces anciens traités. Cette proposition fur approuvée. ; Le 29, les pairs déciderent, d'après l'avis des juges, que cette chambre eft légalement autorisée à procéder ai jugement d'Elisabeth, foi-disant duche ise de Kingston. Le lord-North mit en délibération dans la chambre des communes les traités de Helse & de Brunswick , & propofa de les remettre à l'examın de la chambre lorsqu'elle mertroit sur le tapis l'affaire du subsite. Il y eut à ce fujer des débats fort longs & fort animés, principale mene touchant celui de Heffe-Carel. Le double subhde & les autres condicions révolcerent te parti de l'opposition, quoiqu'il y air des raisons d'écat pour ces gra. tifications extraordinaires. Enfin, après ces débats qui dit: rere ne jufqu'à deux heures après minuit, la proposition du ministre fut approuvée à la pluralité de 242 yaix con: we 88.

« PreviousContinue »