Histoire du Berry: depuis les temps les plus anciens jusqu'en 1789

Front Cover
Éditions F.E.R.N., 1847 - Berry (France)
0 Reviews
Reviews aren't verified, but Google checks for and removes fake content when it's identified
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 517 - ... la réforme des abus, l'établissement d'un ordre fixe et durable dans toutes les parties de l'administration, la prospérité générale du Royaume, et le bien de tous et de chacun des sujets de Sa Majesté.
Page 151 - Le co« quin seroit pendu , mais cependant le prince de Condé « mort. Je vous prie, monsieur, que je ne fasse pas « pendre des coquins pour l'amour de moy. » En ce même tems encor, M. Scorcel , jadis conseiller du parlement de Paris, et des plus renommez en son etat pour sa justice et sa doctrine, fut tué d'une pistolade à la teste, à Valbourgeon en Sologne , comme il se pourmenoit avec mademoiselle Bagneux...
Page 110 - Majesté déclare que ce qui en est ainsi advenu a esté par son exprès commandement et non pour cause aucune de religion, ne contrevenir à ses...
Page 206 - L'archevêque de Bourges lui a demandé quel il » étoit; le roi lui a répondu : Je suis le roi. — Que » demandez-vous? — Je demande, dit le roi , à être » reçu au giron de l'église catholique, apostolique et » romaine. — - Le voulez-vous sincèrement?
Page 174 - J'eusse fort desiré maintenir le repos entre les voisins, ce qui ne se peut plus esperer, ny mesmes de conserver les villes que par la force et l'appuy de l'un des deux partis, à scavoir de celuy du Roy ou de celuy des princes catholiques et villes unies. C'est chose assez notoire qu'il est impossible de demeurer entre les deux sans entrer en l'un ou en l'autre de Ces deux partys.
Page 175 - Si je vous trouve disposés en mesme volonté et affection que moy, je demoureray parmy vous pour vous assister et servir de ma vie et de tout ce qui...
Page 64 - Si je le veux, monsieur? respon« dit-il. Ouy, monsieur, vous jurant que je ne me « suis mis icy pour la religion, que pour un mes« contentement que j'euz après la guerre , m'en « voyant si mal récompensé; et MM. le Prince et « admiral m'ayant les premiers recherché, je les ay « servis fort fidellement, comme je fairay le roy, « ainsi que j'ay faict le roy son père; vous priant ',< de le suplier qu'il me face aussi du bien, n'estant
Page 234 - Dieu , y disait-on , sera servy en ladite ville à la fantaisie du prince d'icelle, nonobstant le concile de Trente, auquel, quant à présent , sera dérogé. — La foy et les cérémonies de la primitive Église seront bannies comme surannées, ne servant qu'à tenir le peuple en humeur et obéissance, vices contraires à la réformation du temps qui court — Tous juifs, musulmans, anabaptistes , martinistes...
Page 208 - Quant à moi , je n'ai jamais été ni en volonté ni désireux de traiter avec le roi de Navarre demeurant hérétique; mais quand il sera catholique , je dis qu'au cas que ces gens nous voulussent précipiter au péril imminent, comme il semble qu'ils y tendent, il peut se trouver de la sûreté avec le roi de Navarre...
Page 89 - Montluc en cruauté, et t que, suivant l'expression de Brantôme , on craignoit plus que la tempête qui passe par de grands champs de blé, > venait d'abandonner la cause protestante. Il fut d'avis , ainsi que le duc de Nemours , qu'il fallait lever le siège ; et , malgré les instances de M. de La Châtre, ce parti fut adopté. Tous s'éloignèrent donc le...

Bibliographic information