Annales d'Espagne et de Portugal: contenant tout ce qui s'est passé de plus important dans ces deux royaumes & dans les autres parties de l'Europe de même que dans les Indes orientales & occidentales depuis l'établissement de ces deux monarchies jusqu'à présent : avec la description de tout ce qu'il y a de plus remarquable en Espagne & en Portugal, leur etat present, leurs interets, la forme du gouvernement, l'étendue de leur commerce, &c, Volume 1

Front Cover
Chez François L'Honoré & fils, 1741 - Portugal
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 233 - Il était né avec un génie admirable pour les affaires, habile, appliqué à son emploi, d'un travail inconcevable, et fécond à inventer de nouvelles manières de tirer de l'argent du peuple , et par conséquent impitoyable , inflexible et dur jusqu'à la cruauté, sans parents, sans amis, sans égards : personne n'avait de pouvoir sur son esprit; insensible même aux plaisirs, et incapable d'être touché par les remords de sa conscience, il avait...
Page 242 - France l'assista puissamment : cette couronne se faisoit un mérite de protéger la plus ancienne branche de la dernière race de ses rois ; et d'ailleurs cette guerre étrangère causoit une diversion utile , et occupoit une partie des forces de l'Espagne.
Page 238 - I/Archevêque de Lisbonne voulut fauver un de fes amis : il demanda fa grace à la Reine, & la follicita avec toute la confiance d'un homme qui croyoit qu'il n'y avoit rien .qu'on pût refu(èr à fes fervices.
Page 230 - RéroLUTious moins comme des fujets naturels que comme des peuples fournis par les armes & par le droit de la guerre ; & ce Royaume devenoit infenfiblement Province d'Efpagne , comme il avoit été autrefois , fans qu'il parût que les Portugais fuflent en état de /onger de fe fouftraire à la domination Caftillane.
Page 164 - La rencontre se fit assez proche de la ville de Xaragua, et l'on se donna mutuellement des marques de confiance et d'amitié. Après les premiers complimens, Ovando fut conduit parmi des acclamations continuelles au palais de la reine , où il trouva dans une salle très spacieuse un festin qui l'attendait.
Page 237 - Lisbonne , à dix heures du matin , toutes les troupes qui étoient en quartier dans les villages voisins , sous prétexte d'une revue générale qu'il devoit faire dans la grande cour du Palais. Il donna , de sa propre main , et en secret , plusieurs billets cachetés à ceux de sa Cour dont il étoit le plus assuré , avec un ordre précis, à chacun, de n'ouvrir son billet qu'à midi, et pour lors d'exécuter ponctuellement ce qu'il portoit. Ensuite , ayant fait appeller, dans son cabinet...
Page 351 - ... mois , ou plutôt fi faire fe peut , à compter du jour de la fignature. En foi de quoi nous foujjignés miniftres - pleni' potentiaires avons fignés la préfente convention , &• y avons appofé les cachets de nos armes.
Page 231 - Ce éloignée des affaires , & rendant peu à peu le Peuple fi pauvre , qu'il n'eût pas la force de tenter aucun changement. Outre cela...
Page 230 - Petit-fils traitèrent les Portugais moins comme des Sujets naturels, que comme des Peuples fournis par les armes & par le droit de la guerre ; & ce Royaume devenoit...
Page 213 - Noblefle des Provinces-Unies s'étoit rendue en cette Ville pour faire cortège au nouveau Souverain , & pour rendre fa réception plus brillante & plus pompeufe. On avoit élevé dans la Place un théâtre richement paré, fur lequel il monta pour y faire les fermens ordinaires. Les jours fuivans furent employés en feftins & en réjouiflances, qui furent continuées jufqu'au 18 de Mars, qui fe trouva juftement l'anniverfaire de la naiffance du Duc d'Alençon.

Bibliographic information