Histoire philosophique et politique des établissemens et du commerce des Européens dans les deux Indes, Volume 10

Front Cover
Chez J.-L. Pellet, 1782 - America
0 Reviews
Reviews aren't verified, but Google checks for and removes fake content when it's identified
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 24 - ... de bêtes. On force celles-ci à quitter un mauvais pâturage pour passer dans un plus gras; mais ce serait une tyrannie d'employer la même violence avec une société d'hommes. S'ils disent : Nous sommes bien ici ; s'ils disent , même d'accord : Nous y sommes mal, mais nous...
Page 25 - Il me semble que l'on a confondu les idées de père avec celles de roi. Peuples, ne permettez pas à vos prétendus maîtres de faire même le bien contre votre volonté générale...
Page 90 - Point d'autres apôtres que le législateur et les magistrats. Point d'autres livres sacrés que ceux qu'ils auront reconnus pour tels. Rien de droit divin que le bien de la République.
Page 184 - Il ne peut, ni donner à fes enfans une éducation civile ians les perdre de vue, ni les mettre dans une route de fortune qui les diftingue & les avance. Il ne jouit point des facrifices qu'il fait pour eux, lorfqu'ils font élevés loin de fes yeux.
Page 32 - Le maître , fier de ses triomphes , se croit tout permis , ne connoît plus de loi que sa volonté; et ses soldats, qu'il a conduits tant de fois à la victoire , prêts à le servir envers et contre tous , deviennent, par leur attachement, la terreur de leurs concitoyens. Les peuples, de leur côté, n'osent refuser leurs bras à des chaînes qui leur sont présentées par celui qui joint à l'autorité de son rang, celle qu'il tient de l'admiration et de la reconnoissance.
Page 295 - J'ai parlé fans déguifement & fans crainte, & je n'ai pas à me reprocher d'avoir trahi la grande caufe que j'ofe plaider. J'ai dit aux fouverains quels étoient leurs devoirs & vos droits.
Page 95 - Le genre-humain eft ce qu'on veut qu'il foit; c'eft la manière dont on le gouverne , qui le décide au bien ou au mal. Un état ne doit avoir qu'un objet •, & cet objet eft la félicité publique. Chaque état a fa manière • Tome X.
Page 184 - Honorer & protéger les arts de luxe, fans fonger aux campagnes, fource de l'induftrie qui les a créés & les foutient, c'eft oublier l'ordre des rapports de la nature & de la fociété. Favorifer les arts & négliger l'agriculture, c'eft ôter les pierres des fondemens d'une pyramide , pour en élever le fommet. Les arts méchaniques attirent...
Page 183 - Elle n'eft que d'un fecours precaire & fouvent ruineux, quand après avoir mené une vie molle & licencieufe dans les villes, elle va prêter une foible défenfe à la patrie fur les flottes & dans les armées, revient à la cour mendier, pour récompenfe de fes lâchetés, des places & des honneurs outrageans & onéreux pour les peuples.
Page 2 - ... par des prodiges ou par des forfaits •, où les nations enfin ne peuvent avoir des idées fixes fur les droits de l'homme , fur ce qui eft bien , fur ce qui eft mal , parce qu'elles ne cherchent la bafe de leurs privileges & de leurs devoirs que dans des livres infpirés dont l'interprétation leur eft refufée.

Bibliographic information