Histoire d'un village franc-comtois: Menotey, depuis l'époque gauloise jusqu'à la révolution

Front Cover
J. Declume, 1883 - Menotey (France) - 292 pages
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 251 - L'Assemblée nationale décrète , 1° que tous les biens ecclésiastiques sont à la disposition de la nation , à la charge de pourvoir , d'une manière convenable , aux frais du culte, à l'entretien de ses ministres et au soulagement des pauvres , sous la surveillance et d'après les instructions des provinces ; 2°...
Page 272 - La loi ne reconnaît aucun ministre du culte ; nul ne peut paraître en public avec les habits, ornements ou costumes affectés à des cérémonies religieuses.
Page 254 - ... de maintenir de tout leur pouvoir la constitution du royaume, d'être fidèles à la nation, à la loi et au Roi...
Page 269 - Enfin, libres de préjugés, et dignes de représenter la Nation française, vous saurez fonder sur les débris des superstitions détrônées la seule religion universelle qui apporte la paix et non...
Page 272 - Aucun signe particulier à un culte ne peut être placé dans un lieu public, ni extérieurement de quelque manière que ce soit. Aucune inscription ne peut désigner le lieu qui lui est affecté. Aucune proclamation ni convocation publique ne peut être faite pour y inviter les citoyens.
Page 14 - Ainsi la féodalité ne fut qu'une immense confédération où chacun avait tour à tour des droits et des devoirs. Ce ne fut pas un idéal; et l'Eglise, qui avait pris l'humanité dans l'esclavage et la poussait vers la liberté, l'Eglise ne considéra jamais la féodalité que comme une transition, comme une halte où l'humanité, épuisée par tant de secousses, se reposait un instant : ainsi un voyageur arrive fatigué au milieu do sa course ; s'il rencontre un arbre au feuillag<!
Page 269 - ... dont les magistrats sont les pontifes, et qui ne fait brûler l'encens de la grande famille que devant l'autel de la Patrie, mère et divinité commune.
Page 268 - République au joug de la théocratie qui pèse encore sur eux. Vous avez réformé les instituteurs et le mode de leur nomination, et le mode d'enseignement, et le choix des études ; ne perdez pas un...
Page 269 - ... condamnés pour la première fois à une amende égale au quart de leurs contributions. En cas de récidive, l'amende sera double, et les infracteurs seront regardés comme ennemis de l'égalité et privés pendant dix ans de l'exercice des droits de citoyen. Dans ce dernier cas, le jugement sera affiché.
Page 273 - Mais, après la terreur, une loi du 11 prairial an 3 ( 30 mai 1795 ) déclare que «les citoyens des communes et sections » de communes de la république auront provisoirement le libre » usage des édifices non aliénés, destinés originairement aux » exercices d'un ou de plusieurs cultes, et dont elles étaient » en possession au premier jour de l'an...

Bibliographic information