Der Jakobiner-Klub: T. Der Jakobiner-Klub von der Trennung der Feuillans von den Jakobinern im Juli 1791 bis zur Schliessung desselben im November 1794 und die späteren Versuche zu seiner Wiederherstellung

Front Cover
Verlag der Deckerschen Geheimen Ober-Hofbuchdruckerei, 1853 - France
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Selected pages

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 746 - Le Conseil exécutif provisoire, les ministres, les généraux, les corps constitués, sont placés sous la surveillance du Comité de salut public, qui en rendra compte tous les huit jours à la Convention.
Page 512 - Citoyens, j'accepte avec une reconnaissance extrême le nom que la Commune de Paris vient de me donner; elle ne pouvait en choisir un plus conforme à mes sentiments et à mes opinions.
Page 144 - S'achemina jadis vers la voûte sacrée Où la gloire donne un tombeau ; Ni quand Voltaire mort et sa cendre bannie Rentrèrent aux murs de Paris, Vainqueurs du fanatisme et de la calomnie Prosternés devant ses écrits. Un seul jour peut atteindre à tant de renommée. Et ce beau jour luira bientôt : C'est quand tu conduiras Jourdan à notre armée ' . Et La Fayette à l'échafaud.
Page 971 - Feuillants de l'Assemblée, de la capitale et des provinces , mais sans fonder un véritable parti , car on n'y distingue ni doctrine, ni plan commun, ni système de moyens, ni ressources calculées. Le penchant qui a toujours entraîné une partie de ces constitutionnels aux démarches les moins périlleuses, lui a prescrit guerre offensive aux aristocrates sans force, et guerre défensive aux Jacobins puissants. « Une foule considérable a arboré ce pavillon par politique, afin d'échapper aux...
Page 144 - Râpée honore Asseoir sur un char radieux Ces héros que jadis sur les bancs des galères Assit un arrêt outrageant, Et qui n'ont égorgé que très peu de nos frères Et volé que très peu d'argent...
Page 399 - J'ai une idée à laquelle tout me paraît devoir se subordonner, dit une des fortes têtes de l'émigration1 : c'est que les Jacobins ont parfaitement constitué la nation ; ils y ont mis un art merveilleux et sur lequel l'histoire aura à reposer son attention. Eh bien! il faudra organiser l'ordre de la même manière qu'ils ont organisé l'anarchie ; il faudra prendre la vipère et la serrer sur la plaie.
Page 218 - Il devint ministre ; je ne me mêlai point de l'administration : mais s'agissait-il d'une circulaire , d'une instruction , d'un écrit public et important , nous en conférions suivant la confiance dont nous avions l'usage ; et pénétrée de ses idées , nourrie des miennes , je prenais la plume que j'avais plus que lui le temps de conduire. Ayant tous deux les mêmes principes et un même esprit , nous finissions par nous accorder sur le mode , et mon mari n'avait rien à perdre en passant par...
Page 169 - Je me croirois peu digne de l'estime des bons citoyens, si j'avois joué le rôle qu'on m'a prêté dans cet article. Ce qu'il ya de vrai dans ce récit, c'est qu'après un discours de M. Brissot, sur l'invitation pathétique...
Page 969 - ... minences légales, sur les propriétés. Le seul régime « qu'ils ambitionnent est la démocratie de la canaille « délibérante... Les plus vils agents, les perturbateurs de « profession, les brigands, les fanatiques, les scélérats de « tout ordre, les indigents hardis et armés qui...
Page 218 - ... dans le courant des choses sans intrigue ni vaine curiosité : Roland y avait l'agrément de m'en entretenir ensuite, dans le particulier, avec cette confiance qui a toujours régné entre nous, et qui ya mis en communauté nos connaissances et nos opinions ; il arrivait aussi que les amis qui n'avaient qu'un avis à communiquer, un mot à dire , toujours certains de me trouver, s'adressaient à moi pour me charger de le lui rendre au premier instant.

Bibliographic information