Abolitionnistes de l'esclavage et réformateurs des colonies: 1820-1851 : analyse et documents

Front Cover
KARTHALA Editions, Jan 1, 2000 - Antislavery movements - 1196 pages
Ce livre aborde un demi-siècle d'engagements et de luttes contre l'esclavage en France et dans les colonies françaises. Il ouvre le dossier si mal connu du courant abolitionniste français dans sa période classique, de 1820 à 1848-1851. Prises de position et débats se multiplièrent dans le cadre parlementaire et dans la presse à l'occasion des campagnes d'information qu'animèrent des organismes tels que la Société de la Morale Chrétienne ou la Société Française pour l'Abolition de l'Esclavage. Diverses personnalités, royalistes, républicains, " utopistes " sociaux et autres philanthropes s'exprimèrent sur le sujet de manière parfois inattendue. Des ecclésiastiques, des magistrats rompirent le silence par leurs témoignages sur le système esclavagiste dans les colonies françaises que l'un d'eux put qualifier de " terre classique du crime et de la souffrance ". L'ouvrage souligne l'engagement, dans les colonies, des libres et des esclaves affranchis en faveur de l'émancipation ainsi que l'influence prépondérante des courants antiesclavagistes anglo-saxons sur les initiatives françaises. L'auteur mesure le poids des contraintes locales et des paradoxes du système colonial auxquels les abolitionnistes, à l' uvre en 1848-1851, eurent à faire face. L'étude historique réalisée ici est étayée de la reproduction de documents pour la plupart inédits, tels que les correspondances de Victor Schoelcher, de Cyrille Bissette ou de Guillaume de Felice, les témoignages des étroites relations qui se tissèrent alors entre les abolitionnistes français et leurs homologues britanniques ou le foisonnement des projets de réforme de l'économie et de la législation sociale des colonies.

From inside the book

Selected pages

Contents

Libres et affranchis des colonies
247
Lengagement de Cyrille Bissette
254
Percin Moussa Richard Perrinon et la rigoise dun commandeur
263
Hippolyte Carnot dans la Revue Indépendante
270
LAtelier des ouvriers
276
La voix des pétitions
283
Réactions
292
Les débuts de lindustrialisation
298
Le Rapport Thomas
337
Médiateurs
348
Les commissions coloniales
363
Victor Schoelcher et La Vérité en 1849
370
Les chansons politiques
381
Dans le siècle des émancipations
387
Orientations chronologiques
395
Préambule
403

Pour une nouvelle Compagnie des Indes occidentales
304
La traite négrière illégale en 18471848
314
Févriermars 1848
320
Les travaux de la Commission dabolition de lesclavage
327
Les décrets dabolition de lesclavage
331
Magistrats abolitionnistes
582
abolitionnistes
675
Documents consultés
1071
Copyright

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 667 - La liberté consiste à pouvoir faire tout ce qui ne nuit pas à autrui; ainsi l'exercice des droits naturels de chaque homme n'a de bornes que celles qui assurent aux autres membres de la société la jouissance de ces mêmes droits; ces bornes ne peuvent être déterminées que par la loi.
Page 99 - Lorsque, dans le silence de l'abjection, l'on n'entend plus retentir que la chaîne de l'esclave et la voix du délateur, lorsque tout tremble devant le tyran, et qu'il est aussi dangereux d'encourir sa faveur que de mériter sa disgrâce, l'historien paraît, chargé de la vengeance des peuples. C'est en vain que Néron prospère. Tacite est déjà né dans l'empire...
Page 431 - Grande-Bretagne et d'Irlande, considérant que les conventions du 30 Novembre 1831 et du 22 Mars 1833, ont atteint leur but en prévenant la traite des noirs sous les pavillons français et anglais; mais que ce trafic odieux subsiste encore, et que lesdites conventions sont insuffisantes pour en assurer la suppression complète; SM le roi des Français ayant témoigné le désir d'adopter, pour la suppression de la traite , des mesures plus efficaces que celles qui sont prévues par ces conventions;...
Page 30 - Dans le cas contraire, nous les prierons d'observer qu'en proportionnant le nombre des députés à la population de la France, nous n'avons pas pris en considération la quantité de nos chevaux ni de nos mulets...
Page 667 - L'égalité des droits est établie par la nature; la société, loin d'y porter atteinte, ne fait que la garantir contre l'abus de la force qui la rend illusoire. — Art. 4. La liberté est le pouvoir qui appartient à l'homme, d'exercer à son gré toutes...
Page 246 - En examinant la position des Antilles au milieu de l'Océan, groupées toutes entre l'Europe et l'Amérique, en regardant sur la carte où on les voit presque se toucher, on est pris de la pensée qu'elles pourraient bien un jour constituer ensemble un corps social à part dans le monde moderne, comme les îles Ioniennes en formèrent un autrefois dansle monde ancien.
Page 431 - Vert jusqu'au 16°, 30' de latitude méridionale, une force navale composée au moins de vingt-six croiseurs, tant à voiles qu'à vapeur ; et SM la reine du royaume-uni de la Grande-Bretagne et d'Irlande s'engage à établir, dans le plus court délai possible, sur la même partie de la côte occidentale de l'Afrique, une force...
Page 433 - SM la reine du royaume-uni de la Grande-Bretagne et d'Irlande s'engagent réciproquement à continuer d'interdire, tant à présent qu'à l'avenir, toute traite des noirs dans les colonies qu'elles possèdent ou pourront posséder par la suite, et à empêcher, autant que les lois de chaque pays le permettront, leurs sujets respectifs de prendre dans ce commerce une part directe ou indirecte.

Bibliographic information