Lafayette et la Révolution de 1830, Volume 1

Front Cover
G. Vervloet, 1832 - 380 pages
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 45 - ... au courage calme et constant d'une nation qui connaît ses droits et les défend ; enfin leurs combinaisons sectaires, aux véritables intérêts de la patrie, qui dans ce moment de danger doit réunir tous ceux pour qui son asservissement et sa ruine ne sont pas les objets d'une atroce jouissance et d'une infâme spéculation.
Page 43 - ... trompeurs ou frivoles , les conseils perfides ou contradictoires; où, après m'avoir pressé de m'avancer sans précautions, d'attaquer sans moyens, on commençait à me dire que la résistance allait devenir impossible , lorsque mon indignation a repoussé cette lâche assertion.
Page 86 - Il est impossible que vous, Général, le premier dans cet ordre d'hommes qui, pour se comparer et se placer, embrassent tous les siècles, vouliez qu'une telle révolution, tant de victoires et de sang, de douleurs et de prodiges, n'aient pour le monde et pour vous, d'autre résultat qu'un régime arbitraire. Le peuple français a trop connu ses droits pour les avoir oubliés sans retour, mais peutêtre est-il plus en état aujourd'hui que dans son effervescence de les recouvrer utilement ; et vous,...
Page 42 - C'est moi qui vous dénonce cette secte, moi qui , sans parler de ma vie passée, puis répondre à ceux qui feindraient de me suspecter : Approchez dans ce moment de crise où le caractère de chacun va être connu , et voyons qui de nous, plus inflexible dans ses principes , plus opiniâtre dans sa résistance , bravera mieux ces obstacles et ces dangers que des traîtres dissimulent à leur patrie, et que les vrais citoyens savent calculer et affronter pour elle...
Page 206 - Entre ceux qui méconnaissent une nation si calme, si fidèle, et nous qui, avec une conviction profonde, venons déposer dans votre sein les douleurs de tout un peuple jaloux de l'estime et de la confiance de son roi, que la haute sagesse de Votre Majesté prononce...
Page 71 - Amérique aussitôt que le voyage sera praticable ; mais si l'on veut absolument me retenir en otage, on adoucirait ma prison en me permettant de la choisir à Chavaniac sur ma parole et la responsabilité de la municipalité de mon village. Si vous voulez me servir, vous aurez la satisfaction d'avoir fait une bonne action en adoucissant le sort d'une personne injustement persécutée et qui , vous le savez, n'a pas plus de moyens que d'envie de nuire. Je consens à vous devoir ce service.
Page 316 - C'est avec plaisir que je vous confie ces drapeaux, et c'est avec une vive satisfaction que je les remets à celui qui était, il ya quarante ans, à la tète de vos pères dans cette même enceinte. Ces couleurs ont marqué parmi nous l'aurore de la liberté ; leur vue me rappelle avec délices mes premières armes. Symbole de la victoire contre les ennemis de l'État, que ces drapeaux soient à...
Page 40 - ... du peuple, car je respecte encore plus le peuple dont la constitution est la volonté suprême; ni la bienveillance que vous m'avez constamment témoignée , car je veux la conserver , comme je l'ai obtenue , par un inflexible amour de la liberté. » Vos circonstances sont difficiles. La France est menacée au-dehors et agitée au-dedans.
Page 108 - ... et lui substitue les institutions si longtemps promises ; que la Charte soit respectée , car la violer c'est la dissoudre , c'est dissoudre les garanties mutuelles de la nation et du trône, c'est nous rendre nous-mêmes à toute l'indépendance primitive de nos droits et de nos devoirs!
Page 72 - ... accorde à ma prison, et la crainte d'exposer les administrations responsables, lien non moins sacré pour moi. En vérité, Monsieur, c'est mettre beaucoup trop d'importance à ma personne , et beaucoup trop peu à une vexation , que de continuer à me retenir. Après tout ce que votre crédit a fait, après tout ce que vous osez depuis quelque temps avec courage contre une faction meurtrière, je ne puis croire que vous ne puissiez et ne vouliez obtenir du comité la révocation entière de...

Bibliographic information