Mémoires secrets sur les règnes de Louis XIV et de Louis XV;

Front Cover
chez Buisson, libraire, 1791 - France
0 Reviews
Reviews aren't verified, but Google checks for and removes fake content when it's identified
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 147 - Ce que je vous recommande le plus «fortement, est de n'oublier jamais les obli«gations que vous avez à Dieu. Souvenez«vous que vous lui devez tout ce que vous «êtes. Tâchez de conserver la paix avec vos «voisins. J'ai trop aimé la guerre; ne m'i«mitez pas en cela , non plus que dans les »tro*p grandes dépenses que j'ai faites.
Page 29 - Mansfeldt , ambassadeur de Léopold à Madrid , n'eût empoisonné, par le moyen de la comtesse de Soissons, la reine d'Espagne Marie d'Orléans, fille de Monsieur, et femme de Charles II. La mort du prince électoral de Bavière, désigné roi d'Espagne par le premier testament de Charles , fut attribuée aux mêmes moyens. D'ailleurs un mémoire du prince Eugène, adressé au général Merci, et trouvé dans sa cassette, prise après sa défaite en Franche-Comté...
Page 150 - Ah! reprit le roi, pour des restitutions à faire, je n'en dois à personne comme particulier; mais pour celles que je dois au royaume, j'espère en la miséricorde de Dieu.
Page 151 - Brun, se présenta avec un élixir qu'il annoncoit comme un remède sûr contre la gangrène, qui faisoit beaucoup de progrès à la jambe du Roi. Les médecins, n'espérant plus rien de son état, lui laissèrent prendre quelques gouttes de cet élixir , qui parut le ranimer ; mais il retomba bientôt. On lui en présenta une seconde prise, en lui disant que c'étoit pour le rappeler à la vie.
Page 25 - Hombert , célèbre chimiste, dont il avoit pris des leçons, jusqu'à ce que la calomnie fût démontrée et détruite. Le Roi, prévenu par les ennemis de son neveu, fut près d'accepter sa proposition; mais il en fut détourné par Maréchal, qui eut le courage de représenter qu'un tel éclat ne serviroit qu'à tourner en certitude, dans l'imagination du peuple, des soupçons qui se détruiroient d'euxmêmes; au lieu que la justification du duc d'Orléans laisseroit toujours à sa réputation...
Page 244 - Il était venu de sa province pour tâcher d'obtenir une compagnie, n'étant encore que lieutenant de dragons; et bientôt il inspira à la princesse la passion la plus forte. Elle n'y garda aucune mesure, et la rendit publique. Riom fut logé magnifiquement au Luxembourg, entouré de toutes les profusions du luxe ; on allait lui faire la cour avant de se présenter chez la princesse, et l'on en...
Page 217 - Les amis du premier, sentant que la seule égalité de rôle le dégradoit, lui conseillèrent de remettre la séance à l'après-midi, pour régler le reste. Ce conseil fut un coup de parti : le Régent leva la séance, et se rendit chez lui, où il eut le temps de reprendre ses esprits. Il fit venir le procureur général d'Aguesseau, et le premier avocat général Joly de Fleury.
Page 202 - On peut regretter une certaine dignité qui faisoit alors respecter les hommes en place : il ya aujourd'hui moins de décence dans nos mœurs. Je sais que de tout temps on a exalté les vertus antiques : ces discours , répétés d'âge en âge, prouvent que les hommes sont, au fond, toujours les mêmes. Cependant il ya des siècles où le vice se montre plus ou moins à découvert; et jamais on ne s'est moins caché que pendant et depuis la dernière régence.
Page 84 - Brancas pourroit dire , en demander le rappel , et faire agréer au roi un mariage dont il n'étoit encore instruit que par les nouvelles publiques. L'agrément d'une pareille alliance n'étoit pas facile à obtenir. La princesse de Parme , lorsqu'elle fut destinée au roi d'Espagne , étoit déjà promise au duc de la Mirandole , qui tenoit à honneur lagrandesse et la place de grand écuyer.
Page 181 - Quelque ministre des finances « qui vienne en place, je déclare d'avance que je suis « son serviteur, son ami, et même un peu son parent.

Bibliographic information