La révolution et l'église: études critiques et documentaires

Front Cover
A. Colin, 1910 - Church and state - 307 pages
0 Reviews
Reviews aren't verified, but Google checks for and removes fake content when it's identified
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 4 - Celui qui ose entreprendre d'instituer un peuple doit se sentir en état de changer pour ainsi dire la nature humaine , de transformer chaque individu, qui par lui-même est un tout parfait et solitaire , en partie d'un plus grand tout dont cet individu reçoive en quelque sorte sa vie et son être...
Page vi - Comme il n'ya guère que les religions intolérantes qui aient un grand zèle pour s'établir ailleurs, parce qu'une religion qui peut tolérer les autres, ne songe guère à sa propagation, ce sera une très bonne loi civile, lorsque l'État est satisfait de la religion déjà établie, de ne point souffrir l'établissement 1 d'une autre.
Page 110 - On a supposé qu'en accueillant des offrandes civiques la convention avait proscrit le culte catholique. Non, la convention n'a point fait cette démarche téméraire. La convention ne la fera jamais. Son intention est de maintenir la liberté des cultes qu'elle a proclamée et de réprimer en même...
Page 187 - L'article III accordait douze édifices pour le culte à Paris. — Art. IV. Lorsque des citoyens de la même commune ou section de commune exerceront des cultes différents ou prétendus tels, et qu'ils réclameront concurremment l'usage du même local, il leur sera commun ; et les municipalités, sous la surveillance des corps administratifs, fixeront pour chaque culte les jours et heures les plus convenables, ainsi que les moyens de maintenir la décence et d'entretenir la paix et la concorde.
Page 171 - Je jure de veiller avec soin sur les fidèles du diocèse ou de la paroisse qui m'est confiée, d'être fidèle à la Nation, à la Loi et au Roi, et de maintenir de tout mon pouvoir la Constitution décrétée par l'Assemblée Nationale et acceptée par le Roi.
Page 141 - Considérant que les lois auxquelles il est nécessaire de se conformer dans l'exercice des cultes, ne statuent point sur ce qui n'est que du domaine de la pensée, sur les rapports de l'homme avec les objets de son culte, et qu'elles n'ont et ne peuvent avoir pour but qu'une surveillance renfermée dans des mesures de police et de sûreté...
Page viii - Les dogmes les plus vrais et les plus saints peuvent avoir de très mauvaises « conséquences lorsqu'on ne les lie pas avec les principes de la société...
Page 109 - ... que la principale cause de nos maux soit le fanatisme ? Le fanatisme ! Il expire, je pourrais même dire qu'il est mort. En dirigeant depuis quelques jours toute notre attention contre lui, ne la détourne-t-on pas de nos véritables dangers ? Vous craignez, dites-vous, les prêtres ! Les prêtres craignent bien davantage les progrès de la lumière.
Page 145 - Les citoyens des communes et sections de commune de la République, auront provisoirement le libre usage des édifices non aliénés, destinés originairement aux exercices d'un ou de plusieurs cultes, et dont ils étaient en possession au premier jour de l'an II de la République.
Page 129 - La convention , par les dispositions précédentes , n'entend déroger en aucune manière aux lois ni aux précautions de salut public contre les prêtres réfractaires ou turbulents , ou contre tous ceux qui tenteraient d'abuser du prétexte de la religion pour compromettre la cause de la liberté.

Bibliographic information