Musée des familles: lectures du soir, Volume 34

Front Cover
Bureaux du Musée des Familles, 1867
0 Reviews
Reviews aren't verified, but Google checks for and removes fake content when it's identified
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 58 - ... plaisant en sérieux et sans chercher à l'être, toujours salé , fort amusant, méchant aussi et dangereux, qui ne se refusait rien, qui méprisait la guerre qu'il avait quittée il y avait longtemps, et la cour où il n'allait presque...
Page 320 - Le vers le mieux rempli, la plus noble pensée Ne peut plaire à l'esprit, quand l'oreille est blessée.
Page 158 - Vierge à la chaise, rapportée d'Italie par mou maître, (il tomber le voile de mes yeux ; Raphaël m'était révélé ; je fondis en larmes. Cette impression a beaucoup agi sur ma vocation et rempli ma vie ; Ingres est aujourd'hui ce que le petit Ingres était à douze ans. » Quelques années se passent. Le...
Page 57 - Il fit dire pourtant à la compagnie avec beaucoup de civilité qu'il demandoit cela comme une grace , qu'il n'entendoit point aussi que cette réception tirât à conséquence, ni qu'elle fût faite d'autre sorte que les précédentes. Et en effet, la compagnie ayant agréablement reçu cette proposition , l'élection fut faite huit jours après par billets qui se trouvèrent tous favorables, et il fut ordonné...
Page 198 - ... que les enfants lui avaient sans doute cueilli, et qui traînait, au bout de ses doigts distraits, dans l'herbe humide. Sa taille élevée et souple se devinait dans la nonchalance de sa pose; ses cheveux abondants, soyeux, d'un blond sévère, ondoyaient au souffle...
Page 58 - C'était un petit homme court et gros, singulier au dernier point, d'une figure comique et de propos à l'avenant et souvent fort indiscrets, mêlé pourtant avec la meilleure compagnie de la cour, qu'il divertissait en se divertissant le premier ; avec cela dangereux et malin, et un fort médiocre prêtre.
Page 220 - On dit qu'en les voyant couchés sur la poussière, D'un respect douloureux frappé par tant d'exploits, L'ennemi, l'œil fixé sur leur face guerrière, Les regarda sans peur pour la première fois.
Page 191 - Allez, persécuteurs! lancez vos anathèmes! Je suis religieux beaucoup plus que vous-mêmes. Dieu, que vous invoquez, mieux que vous je le sers : Ce petit tas de boue est pour vous l'univers ; Pour moi sur tous les points l'œuvre divine éclate; Vous la rétrécissez, et, moi, je la dilate; Comme on mettait des rois au char triomphateur, Je mets des univers aux pieds du Créateur.
Page 57 - Coislin, son petit-fils, ne croyant pas pouvoir mieux cultiver l'inclination et les lumières que ce jeune seigneur4 témoigne pour toutes les belles connoissances. Il fit dire pourtant à la Compagnie avec beaucoup de civilité, qu'il demandoit cela comme une grâce ; qu'il n'entendoit point aussi que cette réception tirât à conséquence, ni qu'elle fût faite d'autre sorte que les précédentes. Et en effet la Compagnie ayant agréablement...
Page 196 - Lorsque sur ton beau front riait l'adolescence, Lorsqu'elle rougissait sur tes lèvres de feu, Lorsque ta joue en fleur célébrait ta croissance, Quand la vie et l'amour ne te semblaient qu'un jeu ; Lorsqu'on voyait encor grandir ta svelte taille, Et la Muse germer dans tes regards d'azur ; Quand tes deux beaux bras nus pressaient la blonde écaille Dans la blonde forêt de tes cheveux d'or pur ; Quand des rires d'enfant vibraient dans ta poitrine Et soulevaient ton sein sans agiter ton cœur, Tu...

Bibliographic information