Dictionnaire universel des sciences morale, économique, politique et diplomatique; ou Bibliotheque de l'homme-d'état et du citoyen;

Front Cover
Chez les libraires associés, 1779 - France - 687 pages
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 133 - ... c'est ainsi qu'un heureux climat fait servir à la félicité de l'homme les passions qui font ailleurs son tourment. Je doute qu'aucune agitation violente, aucune maladie de vapeurs pût tenir contre un pareil séjour prolongé, et je suis surpris que des bains de l'air salutaire et bienfaisant des montagnes ne soient pas un des grands remèdes de la médecine et de la morale. Qui non palazzi, non teatro o loggia ; Ma'n lor vece un...
Page 110 - ... la Crédulité avec de longues oreilles, tendant les mains à la Calomnie qui allait à sa rencontre; la Crédulité était accompagnée de l'Ignorance et du...
Page 147 - Efpagnols l'avoient parcourue en 1512, mais fans s'y établir. On ne fait lequel admirer le plus , ou du motif qui les engagea dans cette découverte ou de celui qui la leur fit abandonner. Tous les Indiens des Antilles croyoient , fur la foi d'une ancienne tradition, que la nature cachoit dans...
Page 184 - Elle paroiflbit fûre de vaincre, fi elle fût arrivée au terme de fa deftination. Mais la préfomption de fon amiral , & le courroux des élémens, la firent périr dans la route. Ainfi le Canada, tout-à-la-fois délivré de fes inquiétudes, & du côté de la terre & du côté de la mer , eut la gloire de s'être maintenu fans fecours & fans perte, contre la force & la politique des Anglois.
Page 565 - Il n'ya point, dit-il, d'erreurs dans la nature. Tous les vices qu'on impute au naturel font l'effet des mauvaifes formes qu'il a reçues.
Page 68 - Cet établiffement j tant de fois bouleverfé, refpiroit à peine. A peine il jouiflbit d'un commencement de tranquillité, qu'on efpéra favorablement de fa fortune. Quelques Flibuftiers qui revenoient chargés des dépouilles de la mer du Sud, s'y fixèrent; &, ce qui étoit. plus important, fe déterminèrent à confier leurs tréfors à la culture. Ils paroiflbient la devoir pouffer avec vigueur , lorfque Ducafle leur propofa en 1688 le pillage de Surinam.
Page 184 - Angloi$, qui ne fe déficient pas d'une femblable perfidie, continuerent malheurenfement à puifer dans cette fource empeftée. Il en périt fubitement un fi grand nombre , qu'on fut obligé de renoncer à la fuite des opérations militaires. Un danger plus grand encore menaça la colonie Françoife. Une flotte nombreufe, deftinée contre Québec , & qui portoit cinq ou fix •mille hommes de débarquement, entra l'année fuivante dans le fleuve Saint-Laurent. Elle paFoiflbit fùre de vaincre , fi...
Page 157 - On n'a jamais pu façonner aucun d'eux aux délices de notre aifance ; tandis qu'on a vu des Européens renoncer à toutes les commodités de l'homme civil, pour aller prendre dans les forêts l'arc & la maffue de l'homme fauvage.
Page 198 - Sa chaloupe étant arrivée la première , & s'étant enfoncée dans le moment qu'il mettoit pied à terre, il grimpe fur les rochers tout feul. Il efpéroit y trouver cent des fiens , qu'on y avoit envoyés depuis quelques heures. Il n'y en avoit que dix. Avec ce petit nombre, il ne laiiTe pas de gagner le haut des rochers.
Page 159 - L'air & la terre, dont l'humidité contribue fi fort à la végétation, leur donnent peu de chaleur pour la génération. La même fève qui couvre les campagnes de forêts & les arbres de feuilles, y fait croître chez les hommes, comme chez les femmes, de longues chevelures , ijjSés, épaifles, fortes & tenaces.

Bibliographic information