Oeuvres complètes de J. J. Rousseau: Correspondance

Front Cover
P. Dupont, 1824
0 Reviews
Reviews aren't verified, but Google checks for and removes fake content when it's identified
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 211 - C'EST à moi, monsieur, de vous remercier à tous égards. En vous offrant l'ébauche de mes tristes rêveries , je n'ai point cru vous faire un présent digne de vous , mais m'acquitter d'un devoir et vous rendre un hommage que nous vous devons tous comme à notre chef.
Page 280 - Il ya, je l'avoue, une sorte de profession de foi que les lois peuvent imposer; mais hors les principes de la morale et du droit naturel, elle doit être purement négative...
Page 27 - L'ambition ni la fumée ne touchent point un cœur comme le mien ; j'avais résolu de passer le reste de mes jours en philosophe, dans une retraite qui s'offrait à moi ; vous avez détruit tous ces beaux projets ; j'ai senti qu'il m'était impossible de vivre éloigné de vous , et, pour me procurer les moyens de m'en rapprocher, je tente un voyage et des projets que mon malheur ordinaire empêchera sans doute de réussir.
Page 276 - ... l'existence de Dieu. Si Dieu existe , il est parfait; s'il est parfait, il est sage, puissant, et juste; s'il est sage et puissant, tout est bien ; s'il est juste et puissant, mon âme est immortelle; si mon âme est immortelle , trente ans de vie ne sont rien pour moi , et sont peut-être nécessaires au maintien de l'univers.
Page 260 - ... dans mes intentions la franchise d'une âme droite, et dans mes discours le ton d'un ami de la vérité qui parle à un philosophe. D'ailleurs, plus votre second...
Page 129 - Depuis ce jour , j'ai renoncé aux lettres et à la fantaisie d'acquérir de la réputation ; et , désespérant d'y arriver comme vous à force de génie, j'ai dédaigné de tenter, comme les hommes vulgaires, d'y parvenir à force de manège ; mais je ne renoncerai jamais à mon admiration pour vos ouvrages.
Page 277 - ... l'état de doute est un eut trop violent pour mon âme; que, quand ma raison flotte, ma foi ne peut rester long-temps en suspens, et se détermine sans elle; qu'enfin mille sujets de préférence m'attirent du côté le plus consolant, et joignent le poids de l'espérance à l'équilibre de la raison.
Page 251 - ... et presque toujours mécontent. Au surplus, je n'ai jamais douté des bonnes résolutions de Diderot ; mais il ya loin de sa porte à la mienne , et bien des gens à gratter en chemin. Je suis perdu s'il s'arrange pour me venir voir; cent fois il en fera le projet, et je ne le verrai pas une.
Page 320 - Je pourrois vous citer là-dessus une espèce de petit «xemple dont vous ne vous doutez pas, quoiqu'il vous regarde ; c'est au sujet d'un billet que je reçus de vous il ya quelque temps , en réponse à un autre dont je vis que vous n'étiez pas contente, et où vous n'aviez pas, ce me semble, bien entendu ma pensée.
Page 282 - ... et, si le corps ou le cœur souffre , vous avez Tronchin pour médecin et pour ami: vous ne trouvez pourtant que mal sur la terre.

Bibliographic information