Dictionnaire universel des sciences morale, économique, politique et diplomatique; ou Bibliothèque de l'homme-d'état et du citoyen

Front Cover
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 74 - Parties Contractantes. Il y aura un oubli général de tout ce qui a pu être fait ou commis , avant ou depuis le commencement de la guerre qui vient de finir.
Page 198 - ... vérence à vous et à moi, si elle est votre femme. « Voyant donc, mon fils, que rien ne s'avance , « et que l'on me veut faire précipiter les choses, « et non les conduire par ordre, j'en ai parlé trois « fois à la reine , qui ne fait que se moquer de « moi, et au partir de là , dire à chacun le con...
Page 297 - ... le pouvoir d'aliéner ce qui lui appartient. Car ce " serait vouloir s'interdire tout contrat avec d'autres peuples, " ou prétendre les tromper. Avec une pareille loi, une nation " ne devrait jamais traiter de ses biens : si la nécessité l'y
Page 75 - Bade 1714; celui de la triple alliance de La Haye de 1717; celui de la quadruple alliance de Londres de 1718...
Page 36 - Sujets , acceptés , approuvés , ratifiés & confirmés^ par ces Préfentes fignées de notre main, acceptons , approuvons , ratifions & confirmons, & le tout promettons , en foi & parole de Roi, fous l'obligation & hypothèque de tous...
Page 36 - ¿V à venir, garder & obfêrver inviolablement , fans jamais aller ni venir au contraire , directement ou indirectement en quelque forte & manière que ce Ion ; en témoin de quoi nous avons fait mettre notre fcel à ces préfentes.
Page 297 - Une nation se doit conserver elle-même, elle doit conserver tous ses membres, elle ne peut les abandonner, et elle est obligée envers eux à les maintenir dans leur état de membres de la nation.
Page 395 - Le peuple , qui , malheureufement , a toujours été par-tout afiervi, dépouillé, tenu dans la mifere par l'ignorance, & dans l'ignorance par la mifere, n'avoit aucune part au bienfait de la légiflation. De ce renverfement de l'équilibre focial, qui tend, non à l'égalité des conditions & des fortunes , mais à la, plus grande répartition des biens, fe forma le gouvernement féodal, dont le caractere eft l'anarchie.
Page 396 - Le peuple eft toujours à la merci de les maîtres, qui ne le font obligés que les uns envers les autres. Mais comme on ne peut ni violer la paix publique , ni faire la guerre fans encourir les peines d'un tribunal' toujours ouvert , & appuyé de toutes les forces de l'empire, les peuples font moins fujets à ces irruptions fubites, à ces hoftilités imprévues, qui, troublant la propriété des fouverains , menaçoient Continuellement la vie & la fureté des fujets. Pourquoi l'Europe...
Page 165 - On ne trouve point dans les faftes de fa nation un feul capitaine plus habile que lui à faire la grande guerre avec peu de troupes, à ruiner les plus fortes armées fans les combattre, à donner le change à l'ennemi & à ne le jamais prendre , à gagner la confiance du foldat, & à étouffer fes murmures.

Bibliographic information