Louis XIV, son gouvernement et ses relations diplomatiques avec l'Europe, Volume 2

Front Cover
Bélin-Leprieur, 1844 - France
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 183 - Essayez de remettre vos finances ; veillez aux Indes et à vos flottes ; pensez au commerce, vivez dans une grande union avec la France ; rien n'étant si bon pour nos deux puissances que cette union à laquelle rien ne pourra résister 1.
Page 184 - N'oubliez jamais que vous êtes Français, et ce qui peut vous arriver. Quand vous aurez assuré la succession d'Espagne par des enfants, visitez vos royaumes, allez à Naples et en Sicile ; passez à Milan, et venez en Flandre • : ce sera une occasion de nous revoir; en attendant visitez la Catalogne, PAragon, et autres lieux. Voyez ce qu'il y aura à faire pour Ceuta.
Page 184 - N'oubliez pas Bedmar, qui a du mérite, et qui • est capable de vous servir. « Ayez une entière créance au duc d'Harcourt; « il est habile homme, et honnête homme, et ne «vous donnera des conseils que par rapport à « vous. « Tenez tous les Français dans l'ordre. « Traitez bien vos domestiques, mais ne leur « donnez pas trop de familiarité , et encore moins
Page 183 - Il n'y en a guère de plus innocents que la chasse et le goût de quelque maison de campagne, pourvu que vous n'y fassiez pas trop de dépense.
Page 185 - Écoutez, consultez votre conseil, mais décidez. Dieu, qui vous a fait roi, vous donnera les lumières qui vous sont nécessaires , tant que vous aurez de bonnes intentions.
Page 487 - Mignon, vous allez être un grand roi, mais tout votre bonheur dépendra d'être soumis à Dieu et du soin que vous aurez de soulager vos peuples. Il faut pour cela que vous évitiez autant que vous le pourrez de faire la guerre; c'est la ruine des peuples. Ne suivez pas le mauvais exemple que je vous ai donné sur cela ; j'ai souvent entrepris la guerre trop légèrement, et je l'ai soutenue par vanité. Ne m'imite/ pas, mais soyez un prince pacifique, et que votre principale application soit de...
Page 155 - L'ambassadeur se jeta à deux genoux et lui baisa la main à la manière d'Espagne; il lui fit ensuite un assez long compliment en espagnol, et après qu'il eut fini le roi lui dit : « Il n'entend pas encore l'espagnol ; c'est à moi à répondre pour lui.
Page 183 - Si vous êtes contraint de faire la guerre, mettez-vous à la tête de vos armées. « Songez à rétablir vos troupes partout, et commencez par celles de Flandre. « Ne quittez jamais vos affaires pour votre plaisir ; mais faitesvous une sorte de règle qui vous donne des temps de liberté et de divertissement.
Page 269 - ... jardins une infinité de gens venus de Paris et qui n'embarrassoient point pour la vue. Les rois et la reine étoient dans des fauteuils à la porte du salon ; les fusées commencèrent à neuf heures,, et tout le feu fut le plus beau du monde, et on laissa brûler ensuite tout l'arc de triomphe. A neuf heures et demie on se mit à table , et durant le souper on chanta les vers qui avoient été faits pour madame la duchesse de Bourgogne et qu'on avoit déjà chantés dès le premier jour qu'on...
Page 488 - Je suis fâché de ne vous avoir pas mieux récompensés que j'ai fait ; les derniers temps ne l'ont pas permis. Je vous quitte avec regret. Servez le Dauphin avec la même affection que vous m'avez servi ; c'est un enfant de cinq ans, qui peut essuyer bien des traverses, car je me souviens d'en avoir beaucoup essuyé pendant mon jeune âge.

Bibliographic information