Révolution de 1830 et situation présente (nov. 1833): expliquées et éclairées par les révolutions de 1789, 1792, 1799 et 1804 et par la restauration. I - [II], Volume 2

Front Cover
Deville-Cavellin, 1855 - France
0 Reviews
Reviews aren't verified, but Google checks for and removes fake content when it's identified
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Selected pages

Contents

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 131 - ... pourrions en retirer ne sauraient compenser, quelque grands qu'ils fussent d'ailleurs . Les exemples de Louis XIV et de Napoléon suffiraient pour me préserver de la funeste tentation d'ériger des trônes pour mes fils et pour me faire préférer le bonheur d'avoir maintenu la paix à tout l'éclat des victoires, que, dans la guerre, la valeur française ne manquerait pas d'assurer de nouveau à nos glorieux drapeaux.
Page 15 - II n'échappera ni à la perspicacité de Votre Majesté ni à sa haute sagesse , que, pour atteindre ce but salutaire , il est bien désirable que les affaires de Paris soient envisagées sous leur véritable aspect, et que l'Europe, rendant justice aux motifs qui m'ont dirigé, entoure mon gouvernement de la confiance qu'il a droit d'inspirer. Que Votre Majesté veuille bien ne pas perdre...
Page 15 - J'ai donc accepté cette tâche noble et pénible, et j'ai écarté toutes les considérations personnelles qui se réunissaient pour me faire désirer d'en être dispensé, parce que j'ai senti que la moindre hésitation de ma part pourrait compromettre l'avenir de la France et le repos de tous nos voisins.
Page 134 - ... décembre, une manifestation solennelle, une preuve éclatante de la ferme détermination où elles sont de ne chercher dans les arrangements relatifs à la Belgique , comme dans toutes les circonstances qui pourront se présenter encore , aucune augmentation de territoire, aucune influence exclusive, aucun avantage isolé , et de donner à ce pays lui-même , ainsi qu'à tous les États qui l'environnent , les meilleures garanties de repos et de sécurité.
Page 172 - Veut-on réduire la France à ses anciennes limites? c'est l'avilir On se trompe si on croit que les malheurs de la guerre puissent faire désirer à la nation une telle paix. Il n'est pas un cœur français qui n'en sentît l'opprobre au bout de six mois, et qui ne la reprochât au gouvernement assez lâche pour la signer. L'Italie est intacte, le vice-roi a une belle armée.
Page 44 - cette terre à un asservissement perpétuel, si, dans cette dernière lutte, la liberté de la Pologne doit succomber « sous les ruines de ses villes et les cadavres de ses défenseurs, notre ennemi ne régnera que sur des déserts, et « tout bon Polonais emportera en mourant cette consolation...
Page 27 - Nous soutiendrons le principe de non-intervention en tout lieu par la voie des négociations ; mais l'intérêt ou la dignité de la France pourraient seuls nous faire prendre les armes. Nous ne concédons à aucun peuple le droit de nous forcer à combattre pour sa cause, et le sang des Français n'appartient qu'à la France.
Page 14 - J'étais bien loin, pourtant, de prévoir les prodigieux événements qui viennent de se passer, et je croyais même qu'à défaut de cette allure franche et loyale dans l'esprit de la Charte et de nos institutions, qu'il était impossible d'obtenir, il aurait suffi d'un peu de prudence et de modération, pour que ce gouvernement pût aller longtemps comme il allait.
Page 14 - Néanmoins , l'attachement aux lois, i'amour de l'ordre ont fait de tels progrès en France , que la résistance à ce ministère ne serait certainement pas sortie des voies parlementaires , si, dans son délire, ce ministère lui-même n'eût donné le fatal signal par la plus audacieuse violation de la charte, et par l'abolition de toutes les garanties de nos libertés nationales , pour lesquelles il n'est guère de Français qui ne soit prêt à verser son sang.
Page 15 - J'ai reçu des mains du général Athalin la lettre dont « il a été porteur. Des événements à jamais déplorables « ont placé votre majesté dans une cruelle alternative. « Elle a pris une détermination qui lui a paru la seule « propre à sauver la France des plus grandes calamités, « et je ne me prononcerai pas sur les considérations qui « ont guidé votre majesté, mais je forme des vœux pour « que la Providence divine veuille bénir ses intentions et « les efforts qu'elle va...

Bibliographic information