Page images
PDF
EPUB
[ocr errors]
[ocr errors]

rendu, par son arrêt du 4, porter atteinte à la discipline intérieure du corps ; qu'elle avoit seulement desiré qu'il s'assemblât de nouveau au sujet du Sr. Linguet; qu'il l'entendit sur ses défenses , & remît ensuite le résultat du yæu qui, roit porté sur son compte, à MM. les gens du roi.

Le même jour 6, la cause de la comteffe de Béthune ayant été appellée , elle supplia la cour de lại accorder encore huitaine, puisque l'arrêt du 4 lui donnoit lieu d'espérer que son défenseur lui seroit rendu; mais après un long délibéré, ce délái lui fut réfusë. Son procureur voulant plaider on lui dit qu'il ne pouvoit le faire dans une cause: d'appel, & la cour ordonna que la comitefle plaiderait le lendemain elle-même; ou à sa place, un avocat autre que le Sr. Linguet.

Le 7, la comtesse de Béthune se rendit à la grandchambre, accompagnée de beaucoup de da

parentes,

,,amies, & d'une foule de fpectateurs. Elle y lur avec beaucoup de netteté le plaidoyer de la cause., qui fut renvoyée au 13, Ce jour-là, cette dame a fini de plaider , & s'en est tirée avec un applaudissement général..

Dans l'assemblée des avocats qui s'est tenue le: 16', depuis 3 heures après-midi jusqu'à 9, le Sr. Linguei , qui devoit y comparoitre, a parlé avec beaucoup de présence d'esprit & de modestie :: cependant, le scrutin ne lui a pas été plus favoçable que dans les précédentes assemblées, & it y a eu 184 voix, pour qu'il soit rayé du tableau, contre 37 qui étoient en la faveur.

Le mémoire à consulter & consultation contre le Sr. Brocher de St. Prest, dont on a

a parlé, å tellement allarmé l'abbé Terray , qu'il a pris des arrangemens pour délintéresser les héritiers du feu Sri Potier, afin d'empêcher qu'ils ne pour suivissent certe affaire , & que ce mémoire ne le répandît davantage dans le public.

mes de ses

[ocr errors]
[ocr errors]

Il paroit un nouveau mémoire intitulé : noire pour M. le maréchal de Richelieu, contre le Sr. Vedel de Montel, major &c. Le maréchal prétend qu'il en résulce, que, fous quelque point de vue que l'on envisage le Sr. de Vedel, dans quelles positions que l'on le prenne, on trouve toujours dans les démarches les cara&teres de la complicité ; que n'ayant pu être dupe de la conduite de la dame de St. Vincent, il a éré nécesfairement son complice. On attend avec impatience la réponse du Sr. de Vedel à ce mémoire, qui ne peut rester sans replique de la part de cet officier, cruellement inculpé dans cette étrange affaire.

Le maréchal de Richelieu a rendu publiques aussi ses observations sur les requêtes présentées par la dame de St. Vincent, tant au châtelet qu'au parlement; elles tendent au même objet que les mémoires précédens. Ce seigneur a aussi fait imprimer les interrogatoires fubis par le Sr. de Ve. del Montel, par - devant le lieutenant - criminel au châtelet de Paris : ils forment plus de 50 pag. in 4°. Il a pareillement fait imprimer celui fubi par Rubi devant le même magistrat , qui con. tiennent 15 pages, Le M. de Richelieu prétend que les aveux de ce marchand frippier éclairciffent les réponses amphibologiques & les réticences du major.

La dame de St. Vincent fut déclarée, te 7, non secevable dans fa requête à la Tournelle , pour annuller les procédures faites au châtelet contr'elle, & ses co-accusés &c., & il fut ordonné qu'elles feroient fuivies jusqu'à parfait jugement, sauf l'appel en la cour.

Sur la plainte en subornution de témoins de la part de la dame de St. Vincent contre le maréchat de Richelieu , le parlement a cru devoir connoitre d'une inculpation de cette nature, qui atta: qué un pair de France: en conséquence la Tours nelle a rendu un arrêt qui porte que surtout il en sera référé aur chambres assemblées, en consequence, reçoit le procureur-général opposant à l'éréa cution de l'arrêt du 22 Février dernier , faisant droit sur son opposition, déclare ledit arrés & tous ce qui s'en est suivi nul & de nul effer. Les chambres se sont affemblées en conséquence dudit arrệt, le 1o & ont arrêté la convocation des pairs, pour prendre séance au parlement.

Le 17 , les princes & pairs se sont rendus , le matin, à la grand chambre , & le résultat de l'ass femblée, qui a duré jusqu'à deux heures passées, a été d'ordonner l'apport de toutes les procédures faites au châtelet, la translation de tous les accus fés, de la dame de St. Vincent, du Sr. de Vedel &c. &c. à la conciergerie, & l'assemblée a été renvoyée au 24 de ce mois.

Il paroit un mémoire imprimé & adressé au roi par les protestans de Guyenne, le 3 du mois dernier; ils supplient S. M. de leur accorđer la liberté de conscience, & emploient tous les mo yens que l'humanité leur suggere pour toucher notre auguste monarque, afin d'obtenir cette grace; ils apportent

des certificats des lieux où ils habitent, par lesquels la noblesse du pays rend justice à leurs vertus patriotiques; ils ont adressé ce mémoire à tous les princes, pour réclamer leur proteâion auprès de S. M.

Jamais affaire n'a plus fait gémir de presses que celle du comte de Guines, contre le Sr. Tort & Tes Ĉc-iccusés : il paroit un second mémoire du Șr. Roger, ci-devant son secrétaire , qui répond à ce que lui a repliqué cet ambassadeur, prétend prou. ver que la plainte eft vexatoire, calomnieuse; développe fa conduite, celle qu'il a dû tenir, dont il infere devoir prétendre des dommages & inte.

[ocr errors]
[ocr errors]

rêts, d'autant que les poursuites qui ont eu lieu contre lui, décret de prise-de-corps &c. &c. D'ont été faites qu'aux risques, périls & fortunes. du comte de Guines. :. Il y a longtems qu'on cherche des expédiens pour garantir les ruches des dangers auxquels elLes font exposées. Un gentilhomme du Poitou vient d'en trouver un qui mérite d'être connu & d'être imité. Il a fait faire dans un des murs, de son château quantité de loges destinées à suppléer les ruches, & à fervir de retraite aux abeilles ; une petite ouverture pratiquée en dehors , sert d'entrée & de sortie à ces précieux insectes; une pierre de taille placée en dedans., s'ouvre à volonté, lorsqu'on veut voir ce qui se passe ins térieurement, ou que le tems de faire la récolte eft arrivés.

On mande de Calais qu'on a tué dans les era virons de cette ville un aigle royal qui avoit 6. pieds dienvergure. si Il y a eu dernierement à la plaine des Sablons une course de chevaux à laquelle coure la cour & la ville ont affifté : il y avoir des paris très: considérables que le cheval du comte de Lauzun. a fait gagner. Quoique ce triomphe ait coûté la vie à cette malheureuse bête, cela n'a pas rebus té quelques autres seigneurs qui se disposent à faire courir de nouveau.. Comme ce spectacle a paru amuser la reine, le corps municipal a faili cette occasion

2.pour

faire construire un pavillon: toulant , d'où S. M. pourra jouir de cet amuse ment avec fa

& y être à l'abri des intempéries..

La ville romaine qui a été découverte en Cham: pagne par le Sr. Grignon, a 60 mille toiles quarrées de surface. Dans le plan que son fils en a levé, on distingue la distribution des rues, qui sont toutes tirées au cordeau , les édifices publics,

[ocr errors]

les maisons, les caves, les manufactures, Test bains, les puitsi, les citernes, les latrines, les folles & les fours à potier.

- La partie des antiques les plus remarquables consiste en bled: noirci: sans avoir perdu la fora me; une bague d'or singuliere par le nom du propriétaire qui eft gravé sur le champ de la pierre du charon ; quelques monnoies,, une cuiller , & plusieurs baguesd'argent. Les bronzes sont précieux, nombreux, & en partie originaux. Les plus intéreffans font beaucoup de monnoies & de médailles gauloises & romaines de différens modules, qui prouvent que cette ville fut fondée par les Gaulois, prise & rebâtie par les Romains fous, Auguste, rasée & brûlée par, les Goths sous Constance; quatorze petites Itatues de différen tes: divinités i, des bagues, des anneaux, des phalluss des amulettes, des caffolertes, des aiguilles de différens genres , des clefs & d'autres parties de fermetures; deux vases .. une plume à: écrire & fon encrier; des poids, des balances des romaines; des pieds romains, des cuillers, des fibules, des outils d'artistes & des inftrum mens de chirurgie, enfin , une infinité d'objets à l'usage da culte des dieux & de la vie civile. Parmi les antiques en fee; on remarque principalement un masque ; des chefs de coure elpece; des instrumens du labourage , & ceux qui sero voient aux facrifices; les outils de presque tous les arts; des terremens de voitures & de conduia tes d'eau, des mors; des boffertes, des pertures &; des fermetures. de pones ja en un inot, tout ce qui s'exécure en ter pour les usages de la vie. Il y a aussi des parcies de ftarues en terre blanche du pays; quantié de vales, aufli variés par la qualité de la terre, par la grandeur & leurs formes agréables, que par les ornemens riches, & bien exécutés qui caractérisent les usages aux

« PreviousContinue »