Page images
PDF
EPUB

miniec, dont le comte Krasinskiest évêque actuel. C'est ainsi que , sous le regne d'Auguste III, son pere , devenu veuf, paffa à l'évêché de Cujávie où il se donna pour fuffragant le dernier de fes freres, tandis que le cadet occupoit le siege de Kaminiec, de sorte que le futur évêque se trouve fils & neveu d'évêques. On dit que

le comte Mlodziejowski, grand-chancelier du royaume , & évêque de Pofen, veut également se donner un coadjuteur dans la personne du comte Okencki, évêque de Chelm.

On apprend que de nouvelles troupes russes font entrées en Lithuanie ; qu'en Podolie, les Autrichiens convertissent en forteresse la ville de Snyatyn, & qu'en Valachie, ils entourent d'un fóflé chacun des endroirs qu'ils se font appropriés; que les glaces de la Viftule s'étoient tellement entaffées près de Zakroczyns, & avoient bouché le cours de ce fleuve , au point que tous les environs en écoient inondés; qu'à Cracovie , le fond d'un gros batteau s'étant détaché pendant le trajet depuis ladite ville jusqu'à Casimir, il ne s'étoit sauvé que 4 personnes de 60 dont ce bateau étoit chargé.

La glace qui couvroit la Vistule depuis 3 mois s'est enfin rompue, le 21 du mois dernier, & n'a causé que peu de dommages ; il n'en est pas de même à Thorn, d'où l'on apprend que tous les environs sont inondés. Les lettres de Grunau, à/2 milles de Conitz, portent qu'on y a refsenti un tremblement de terre, & que ce phénomene qui s'est fait sentir en d'autres endroits, a fondu , aux environs de Zempelberg, une montagne sur laquelle est pratiqué le grand chemin.

DANTZIG (le 3 Mars ). Nous venons d'éprou. ver une inondation dont on n'a point d'exemple dans ce pays. Après dix jours de dégel, la glace dont la Vistule étoit couverte , fur poussée

par fon courant, dans la nuit du 23 au 14 du mbis dernier, avec tant d'impétuosué, qu'elle emporta grand nombre de mailons ; & pour comble de Falheur, la glace s'étant arrêcée près du château, à l'embouchure de ce fleuve , & ayant ainsi fermé Piffue aux eaux, toutes les terres & les mailons des environs en furent submergées : elles gagnetent les magasins de la ville , dont elles ont gâce presque toutes les marchandises; enfin, les batimens, les ponts , les écluses , &c., en ont souf, fert considérablement: on évalue ce dommage à plus de cent mille écus.

ALLEMAGNE.

HAMBOURG (le 9 Mars.) Le St. Mathias, résident du roi d'Angleterre, a déclaré au sénat de cette ville , a que le roi fon maitre fe flattoit que les négocians de Hambourg n'enverroient, directement, ni indirectement, à fes sujets des colonies de l'Amérique feptentrionale, aucune efpece de secours; que s'il arrivoit qu'ils en ufafsent différemment, ils ne pourroient attribueč qu'à leur imprudence les pertes qu'ils éprouveroient à cette occasion : en conséquence, le sénat a fait convoquer le corps des négocians , & lui à notifié cet:e déclaration.

Le 26 du mois dernier, so navires mirent à la 'yoile our aller à la pêche de la baleine au détroit de Davis, & à celle du chien-marin , le long des côtes du Groënland.

On apprend qu'une puissance voisine a fait arrêter & emprisonner , dans une forteresse , un de les secrétaires intimes du cabinet. ! Des letrres des frontieres de Turquie portent que ce n'eft qu'avec la plus grande répugnance que les Tartares de Crimée se prêtent aux inten. tions des Russes; que la plus grande partie des Ayril, 1775, ire. quinz.

B

1

habitans de cette presqu'isle a toujours le même attachement pour le kan que la Porte y avoit nom-, mé pendant la guerre, & qu'elle proteste encore contre l'article du traité de paix qui la concerne. On assure que la ville de Kilbourn eft encore occupée par les Tartares , & que les Russes ont fait avancer deux régimens pour reprendre cette borteresse, 'Malgré ces nouvelles, qui peuvent être fondées, à quelques égards, il n'en est pas moins certain

que le traité de paix entre les deux empires s'exécute pleinement; la Porte y met une bonne foi qui n'est peut-être que l'effet de l'épui, sement & de la crainte. Le ministere ottoman sent que, quelque rigoureuses que soient les loix que la Russie lui a imposées, elle auroit pu exiger davantage. Les Turcs ont touché au moment d'être chassés de l'Europe; ils doivent se trouver heureux d'y conserver encore un empire con dérae ble , affoibli à la vérité, mais non pas démembré, comme il auroit pu l'être.

Les dernieres lettres de Pologne portent que la démarcation des frontieres de la république & des états prussieos eft absolument interrompue, & que les commiffaires des deux puissances se font féparés. Par celles de Danemarck, la cour paroit avoir renoncé à l'exécution du canal projette dans les duchés de Holstein & de Sleswic, pour servir de communication entre la mer Baliique & celle du Nord.

BERLIN ( le 22 Mars. ) Le roi a disposé de la place de maréchal de la cour du prince de Prulle, vacante par la mort du colonel de Forcade, en faveur du colonel d'Arosledt.

Le roi à donné des ordres pour la construction d'une machine hydraulique de nouvelle invention,au moyen de laquelle on pourra forer à la fois plusieurs pieces de canon de fer, dont S. M. fax

[ocr errors]

venir une grande quantité de Suede. Ces canons sont destinés , dit-on, pour la marine , dont le roi a jetté les premiers fondemens, & qu'il a résolu de mettre sur un pied respectable. On afsure que S. M. , qui' a déjà fait construire plusieurs frégates à Stettin , a envoyé des commissionnaires en Angleterre, pour y acheter plusieurs vaisseaux de guerre qui seront le commencement & le fond de cette marine.

Il passe aussi pour certain que l'augmentation de 40 hommes par compagnie, qui n'a eu lieu jusqu'ici que dans quelques régimens, va s'étèn dre à tous les régimens de campagne.

On apprend que le prince Grégoire Orlow, grand-maitre de l'artillerie rufle, & directeur du génie, qui étoit arrivé le 21 du mois dernier, à Konigsberg, en étoit parti , le 25, pour aller rejoindre en Italie le comte Alexis , fon frere. Le général Bauer, qui accompagne ce prince , avoit été chargé par l'impératrice de Russie de faire quel

changemens aux pieces d'eau des jardins de Czarsko-Zelo, Lorsque S. M. I. s'y rendit, elle fut si satisfaite de l'exécution , qu'elle lui envoya une tabatiere d'or , enrichie de diamans, pour la valeur de 4 mille roubles, & elle y ajouta ce billet. Un jardinier de Czafsko. Zelo a trouvé cette tabaliere en péchant un des étangs de ce cháreau, j'ai jugé qu'elle ne pouvoit appartenir qu'au géné. ral Bauer, à qui je la renvoie. Cette maniere de donner , a le mérite de la nouveauté, & celui de rendre le don plus précieux encore.

MANHEIM (le 19 Mars.) L'archiduc Maximilien, qui étoit arrivé ici le 1o de ce mois, sous le nom de comte de Burgaw, en est reparti le 13, pour retourner à Vienne : on ri'a rien neo gligé en cette cour pour lui en rendre le séjour agréable, Ce prince venoit de Nancy, & en der

nier lieu de Strasbourg. A son arrivée dans la premiere de ces villes, le 4, il fut reçu à l'hôtel du gouvernement, par le comte de Stainville , commandant en chef , & par le Sr. de la Galaiziere, intendant de la province. Le s, il reçut la principale noblesse, le rendic à l'église des cordeliers, lieu de la sépulture des princes de la maison de Lorraine; l'après midi , il vit, sous les armes, le I égiment du roi , commandé par le comte da Châtelet, & celui de dragons de la Roche-Foucault, commandé par le duc de Liar.court; la place royale & la carriere furene illuminées le soir, ainsi qu'elles l'avoient été la veille. L'archiduc partit le 6;& arriva le même jour à Strasbourg où il descendit à l'auberge du torbeau. Il reçut, à 1on arrivée, la visite du prince Louis de Rohan, coadjuteur de cet évêché, du Sr. d'Invilliers, maréchal.de.camp , qui commande en l'absence du Inarquis de Vogué, & du Sr. de Blair , conseiller (l'état , intendant d'Alsace. Le 7, il se rendit à la place d'armes , accompagné du Sr. d'Invilliers, & vit la parade , qui fut commandée par le Sr. de Lor, niaréchal-de-camp, lieutenant de roi de la place. Ensuite il alla diner à l'intendance, où le Sr. de Blair fit fervir une table de so couverts à laquelle aliisterent les principales personnes qui se trouvent actuellement dans cette ville. De ce nombre étoient deux princes de Saxe-Meinun-. gen, deux princes de Heffe- Darmstadt, deux princes de Heffe-Rothembourg, & le prince de

Hoh: n-Zollern. L'après-midi, le comte de Burgaw visita les fortifications, accompagné du Sr.

Larcher , maréchal-de-camp, qui en est le directeur. 11 alla ensuite à la comédie ; & le foir, il se rendit au palais épiscopal, dont tout l'intérieur & les dehors étoient illuminés, & où le coadjuteur , qui y avoit raffemblé les personnes les plus distinguées da la ville, fit servir crois tables de

?

« PreviousContinue »