Page images
PDF
EPUB

As-cu londé ton âme ? Er connois-tu la gloire ?
Si tu venx parvenir au temple de mémoire ,

Suis le sentier de la verca.

Aux mortels étonnés donne un exemple auguste ,
Jusqu'au dernier soupirlois bienfaisant & jufte:
Sers les infortunés & l'Etat & ton Roi :
Qu'embelli par l'honneur, le tableau de la vie
Excite nos transports, & donne à la patric

Des citoyens plus grands que toi.

[ocr errors]
[ocr errors][ocr errors]

Le Héros de meurt point: le temps détruit l'argile;
Il abandonne au temps sa dépouille fragile,

ra
Et vit dans les vertus qu'il attaché à son nom.
Sur l'autel de la gloire il reçoit notre hommage.
La terre à cet aurel, élevé pour le Sage,

A placé Socraic & Carun.

Tout fléchit sous les loix du Despore farouche ;
Tour tremble à son aspect; un seul mot de ra

bouche,
Eo cent clinars divers fait Aorter les drapeaux :
Qu'iinporre à la vertu la puillance fuprême?
l'ossenna , vil guerrier, (ft ceint du diademe;

Mais Mutius est un héros.

[ocr errors]

Quand la mort a frappé l'orgueilleuse victiine,
Son éternelle chûte entraîne dans l'abylme

[ocr errors]

· Les débris confondus de la vaine grandeur.

Un instant à détruit le colofle éphémere:
Il ne reste que l'homme; & l'avenir sévere

Juge cet homine sur son cæur.

Mon eil vous cherche en vain sur la scène du

monde; Votre poussiere, ô Rois! Jans une nuit profonde, Gît, au sein de l'oubli, sous de froids monuinens. Le loc a fillonné vos pompeux édifices; Vos plaisirs sont pallés; vos vertus ou vos vices

Echappent seuls aux coups du temps.

Tous les crimes affreux signalentia furie;
Tu déchires le sein oti cu reçus ia vie,
Monstre, que les enfers... C'en est fait , ta n'e's

plus;
D'alégresle & d'horreur à la fois agitée,
Rome libre a foulé ra cendre détestée,.

Et vengé Séocquc & Burrhus. Mais quel tableau divin séduit mon coeur seuGble! Titus ! Heori! Trajau ! l'humanité paisible Souriteocre vos bras & vous offre nos væus: Les peuples attendris embraslept vos itoagas; Ils demandent au ciel, après de loogs orages,

Les jours ou vous réypiez sur eux. Jours de gloire & de paix que la vertu nous donne !

Vous charmez les bumains & décorez le trône:
Le feu de vos rayons est bienfaisant & pur;
Il ranime les arts , il produit l'abondance,
Et dérobe à nos yeux les horreurs de Mézence

Et les ravages de Timur.
Enflammé des transports d'une valeur atroce,
Dans des ruisleaux de (ang le conquérant féroce
Plonge & baignc à loisir son homicide bras :
Croit il qu'en la fureur l'humaniré l'honore ?
Et peut-elle encenfer un guerrier qu'elle abhorre,

Et qui l'écrase sous les pas ? Octave étouffe enfin la vengeance & la hainc. La veriu qui le lui!, sous les traits de Mécène, Au temple de Janus a changé les destins. Letyran disparoit; il fait place au grand homme; Et l'objet odieux de la terreur de Rome,

Devient l'Idole des Romains. Mécène ? .... O doux respect où mon cæar s'a.

bandonne!.... Mais vous qui soutenez le poids de la couronne , Vous, que l'orgueil enchaîne aux plus nobles

emplois; Ofez fixer Mécène à lon heure derniere, *

* Mécène mourut épuisé par les travaux du Ministère. Pendant les trois dernières années de la vie , il ne dormoit presque point pour donner plus de temps aux affaires de l'Etat,

Vous charmez les bumains & décorez le rrône:
Le feu de vos rayons est bienfailant & pur;
Il ranime les arts, il produit l'abondance,
Et dérobe à nos yeux les horreurs de Mézence

Et les ravages de Timur.
Enflammé des transports d'une valeur atroce,
Dans des ruifleaux de lang le conquérant féroce
Plonge & baigoe å loifir son homicide bras :
Croit il qu'en la fureur l'humanité l'honore?
Et peut-elle encenser un guerrier qu'elle abhorre,

Et qui l'écrase sous les pas : Octave érouffe enfin la vengeance & la haine, La vertu qui le luit, sous les traits de Mécène, Au remple de lanus a changé les destins. Letyian disparole; il fait place au gtand homme ; Et l'objet odieux de la terreur de Rome,

Devient l'Idole des Romains. Mécène ? .... O doux respe&t où mon cæar s'a.

bandonne!.... Mais vous qui loutenez le poids de la couronne, Vous, que l'orgueil enchaîne aur plus nobles

cmplois; Ofez fixer Mécène à lon heure derniere , *

>

* Mécène mourut épuisé par les travaux du Ministère. Pendant les trois dernières années de la vie, il nc dormoit presque point pour donner plus de temps aus affaires de l'Etat

Tel que l'astre du jour, dans fa con le féconde,
L'oeil pénétrant du sage, en éclairant le monde,
Fait germer le bonheur, & veille autour de nous :
Auteurs licencieux qui louillez l'arı d'écrire,
Cer encens des humains, que la veriu relpire ,

Ne brûlera jaipais pour vous.

Est-ce à vous de prétendre à ce tribut insigne ?
L'elpoir d'un nom famcux , quand on n'en est pas

digne,
Inlalte , avec mépris, à la postérité.
La gloire des taleos est dans leur noble usage,
Et la seule vertu peut frapper son ouvrage

Au coin de l'immortalité.

5

[ocr errors]

Delcends, fille du ciel, & transforme mon dres
Imprime lui ces traits qui le font reconnoître ;
Donne-moi le couragecmbralé de tes feux
Qui pardonne à Cinna, perce le coeur d'Arie
Fais déchiter Caton, immole Virginie ,

Et place l'homme au rang des Dieur.
Par M. Pilkes, de Tarascon, en Foix,

Avocat au Parlement.

« PreviousContinue »