Page images
PDF
EPUB

PAGES DE L'HISTOIRE DU SECOND EMPIRE, d'après les Papiers de M. Thouvenel, ancien ministre des Affaires étrangères (1854-1866), par L. Thouvenel.

« Une fois de plus, nous dit M. Albert Vandal, dans son intéressante préface, l'auteur a extrait des papiers de son père de quoi satisfaire notre curiosité au sujet d'une époque qui se dégage peu à peu de la légende pour entrer dans l'histoire. Cette époque, celle de la guerre de Crimée,

été décisive sur la politique de Napoléon III. Après l'apogée, la crise a commencé sourdement, et la décadence fut rapide. Ambassadeur à Constantinople, puis ministre des Affaires étrangères, M. Thouvenel était merveilleusement placé pour connaître les événements dans tous leurs détails et jusqu'en leurs causes les plus secrètes. Ce livre abonde en curieuses révélations et en renseignements inédits.

LES VISIONS SINCERES, par Jacques Normand.

Nos lecteurs connaissent quelques-uns de ces charmants poèmes tour à tour attendris et spirituels, et presque toujours les deux ensemble. La muse de M. Jacques Normand est parfois une aimable fille de Paris, toujours « trottant » par les rues, comme l'a dit l'auteur lui-même, musant aux devantures, curieuse, malicieuse, puis brusquement rêveuse. D'autres fois, c'est une belle dame », vivant dans les salons ou dans es théâtres, et, là, raillant gaiement les corvées mondaines et les gens du monde, dont elle observe, sans en avoir l'air, tous les moindres ridicules, pour souffler le soir à son auteur de Solis vers ironiques et fins qui, sans effort, vienment s'ordonner en strophes sur la page blanche. Dès les premières pages, on aime ce joli recueil si alerte et si parisien.

nous dit M. P. que l'auteur de

LES PROPHETES, par Adolphe Brisson. « Il était facile à prévoir, Baudin, préfacier de ce livre, Portraits intimes », de « Pointes sèches >> et de a la Comédie littéraire » ne laisserait pas en dehors de son observation le monde de la politique. Les Prophètes, ce sont les chefs de parti, les hommes dont la parole plus ou moins retentissante annonce l'avènement des temps nouweaux... » Et tour à tour MM. Jules Guesde, Jean Jaurès, Clemenceau, Waldeck-Rousseau, Vandervelde et Anseele, Anatole France, Frédéric Passy, Ed. Drumont, Paul Déroulède, Brieux, le Père Olivier, tous ceux enfin qui à la tribune, au théâtre, du haut de la chaire ont parlé au peuple, défilent en cette galerie de portraits. Les modèles appartiennent à tous les partis. M. A. Brisson n'a pas voulu faire œuvre de polémiste. Il a interrogé tous ces hommes sans haine et sans complaisance, avec le seul désir de les montrer tels qu'ils sont, du moins tels qu ils lui sont apparus.

CORRESPONDANCE INEDITE DE LA FAYETTE,

Lettres de prison, lettres d'exil (1793-1801), précédée d'une étude psychologique, par Jules Thomas. Louis Romeuf, le dévoué aide de camp de La Fayette, avait été chargé par lui, en 1798, de réunir, pour les publier, ces lettres de prison et d'exil. Mais Louis Romeuf mort en 1812 à la bataille de la Moscowa n'eut pas le temps d'accomplir le vœu de La Fayette, et cette intéressante correspondance était restée inédite. Elle éclaire cependant d'un jour nouveau l'âme et la conscience de La Fayette et elle a fourni à M. Jules Thomas la belle étude psychologique dont il fait précéder cette correspondance. Quelques-unes des lettres qui suivent avaient bien été publiées dans les Mémoires de 1837-1838, mais avec des suppressions, des adjonctions, des transpositions il faut remercier M. Jules Thomas de nous en restituer aujourd'hui le texte authentique.

L'ART DE DIRE, par Jean Blaize.

[ocr errors]

Voici, non pas un traité de diction, mais un recueil de conseils pratiques qui enseigneront vite et bien l'art de dire, « dans la lecture et la récitation, dans la causerie et le discours >>. L'auteur étudie successivement la voix, le mot, - le débit, l'expression, le geste, l'art oratoire, et termine par quelques mots sur la mémoire et la timidité. Son livre est très simple et d'un ton toujours familier on se figure trop que la diction est un art professionnel et que les acteurs, les orateurs, les professeurs seuls doivent apprendre à dire. Rien n'est plus important que de bien dire, ne serait-ce que pour prendre un peu d'autorité dans une conversation la diction rend dans la vie courante d'inappréciables services. Le livre de M. Jean Blaize sera lu par tous avec intérêt et avec fruit.

LETTRES INÉDITES

DE SAINTE-BEUVE A COLLOMBET, publiées par Camille Latreille et M. Roustan. Le plus grand nombre de ces lettres a été découvert dans une maison de campagne, nommée Pavillon Saint-Nicolas, à Saint-Rambertl'Ile-Barbe, près Lyon. Elles furent écrites par l'illustre critique à un modeste érudit lyonnais, F.-Z. Collombet, dont MM. Camille Latreille et Marius Roustan ont retracé la carrière laborieuse dans un ouvrage intitulé Le Romantisme à Lyon: F.-Z. Collombet. On trouvera dans cette correspondance, qui a duré de 1834 à 1853, de très curieuses confidences, particulièrement sur la crise religieuse de Sainte-Beuve. « Nous n'avons pas l'ambition, déclarent les auteurs, de révéler un Sainte-Beuve nouveau. Mais le futur biographe du grand critique trouvera peut-être ici quelques faits et quelques idées, puisés à la source même. » C'est là une sérieuse contribution à l'étude de Sainte-Beuve.

[graphic]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
« PreviousContinue »