Les français sous la révolution

Front Cover
Auteur, 1843 - France - 316 pages
0 Reviews
Reviews aren't verified, but Google checks for and removes fake content when it's identified
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 95 - Nous jurons de rester à jamais fidèles à la Nation, à la Loi et au Roi; de maintenir de tout notre pouvoir la constitution décrétée par l'Assemblée nationale , et acceptée par le Roi; de...
Page 48 - Descendant de la voiture pour l'exécution, on lui a dit qu'il fallait ôter stfn habit, il fit quelques difficultés, en disant qu'on pouvait l'exécuter comme il était. Sur la représentation que la chose était impossible, il a lui-même aidé à ôter son habit. Il fit ensuite la même difficulté lorsqu'il s'est agi de lui lier les mains, qu'il donna lui-même lorsque la personne qui l'accompagnait lui eut dit que c'était un dernier sacrifice.
Page 95 - Roi ; de maintenir de tout notre pouvoir la constitution décrétée par l'Assemblée Nationale et acceptée par le Roi ; de protéger, conformément aux lois, la sûreté des personnes et des propriétés, la libre circulation des grains et subsistances dans l'intérieur du royaume, et la perception des contributions publiques, sous quelques formes qu'elles existent ; de demeurer unis à tous les Français par les liens indissolubles de la fraternité ». 34.
Page 105 - ENFANT. De Barra , de Viala , le sort nous fait envie ; Ils sont morts, mais ils ont vaincu: Le lâche accablé d'ans n'a point connu la vie; Qui meurt pour le peuple a vécu.
Page 103 - Étiez-vous pauvre; comment donc! invincible empereur, il faut surveiller de plus près cet homme. Il n'ya personne d'entreprenant comme celui qui n'a rien.
Page 133 - Et, se retournant vers nous, récipiendaires, elle ajouta : Et vous, profanes, disposez-vous à la grâce de Dieu; levez la main droite, e,t répondez : Jurezvous , promettez-vous de répandre jusqu'à la dernière goutte de votre sang pour soutenir et défendre, soit l'arme à la main, soit par tous les genres de mort possibles , la cause et la gloire de l'Être-Suprême?
Page 103 - Il fallait montrer de la joie de la mort de son ami, de son parent, si l'on ne voulait s'exposer à périr soi-même. Sous Néron, plusieurs dont il avait fait mourir les proches allaient en rendre grâces aux dieux ; ils illuminaient. Du moins il fallait avoir un air de' contentement, un air ouvert et calme.
Page 203 - Médicis, que l'on qualifiait autrefois de reines de France, et dont les noms à jamais odieux ne s'effaceront pas des fastes de l'histoire, Marie-Antoinette, veuve de Louis Capet, a été, depuis son séjour en France, le fléau et la sangsue des Français...
Page 75 - Le bien est tout ce qui tend à conserver l'homme ou à le perfectionner, le mal est tout ce qui tend à le détruire ou à le détériorer.
Page 202 - Convention nationale, du 10 mars 1793, l'an deuxième de la République, sans aucun recours au tribunal de cassation ; en vertu du pouvoir à lui donné par l'article 2 d'un autre décret de la Convention, du 5 avril suivant, portant que l'accusateur public dudit tribunal est autorisé à faire arrêter, poursuivre et juger sur la dénonciation des autorités constituées, ou des citoyens. Expose que, suivant un décret de la Convention, du 1...

Bibliographic information