Paris révolutionnaire, Volume 2

Front Cover
Chez Guillaumin, 1834 - Paris (France)
0 Reviews
Reviews aren't verified, but Google checks for and removes fake content when it's identified
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 57 - N'était-ce pas en même temps une véritable jouissance pour des députés dont la plupart avaient passé leur vie à saluer le bailli de leurs villages , ou à courtiser l'intendant de leurs provinces; n'était-ce pas, dis-je , une douce jouissance pour eux que de fouler aux pieds un des premiers trônes du monde ? Des avocats pouvaient-ils résister au plaisir d'humilier les cours souveraines ? Ceux qui n'avaient rien n'étaient-ils pas charmés de distribuer les trésors de...
Page 36 - Vous ne réduisez donc pas , messieurs , les moyens de communication entre les hommes; l'instruction et les vérités nouvelles ressemblent à tous les genres de produit; elles sont dues au travail. Or, on sait que dans toute espèce de travail c'est la liberté de faire et la facilité du débit qui soutiennent , excitent et multiplient la production. Ainsi , gêner mal à propos la liberté de la presse , ce serait attaquer le fruit du génie jusque...
Page 212 - Aucun membre de l'une ou de l'autre chambre ne peut, pendant la durée de la session, être poursuivi ni arrêté en matière de répression, qu'avec l'autorisation de la chambre dont il fait partie, sauf le cas de flagrant délit.
Page 35 - L'imprimerie est, pour l'immensité de l'espace, ce qu'était la voix de l'orateur sur la place publique d'Athènes et de Rome; par elle, la pensée de l'homme de génie se porte à la fois dans tous les lieux, elle frappe, pour ainsi dire, l'oreille de l'espèce humaine entière. Partout le désir secret de la liberté, qui jamais ne s'éteint entièrement dans le cœur de l'homme, la recueille, cette pensée, avec amour, et l'embrasse quelquefois avec fureur; elle se mêle, elle se confond dans...
Page 35 - Les philosophes et les publicistes se sont trop hâtés de nous décourager en prononçant que la liberté ne pouvait appartenir qu'à de petits peuples; ils n'ont su lire l'avenir que dans le passé; et lorsqu'une nouvelle cause de perfectibilité jetée sur la terre leur présageait des changements prodigieux parmi les hommes, ce n'est jamais que dans ce qui a été qu'ils ont voulu regarder ce qui pouvait être, ce qui devait être.
Page 35 - L'imprimerie a changé le sort de l'Europe, elle changera la face du monde ; je la considère comme une nouvelle faculté ajoutée aux plus belles facultés de l'homme; par elle la liberté cesse d'être resserrée dans de petites agrégations républicaines, elle se répand sur les royaumes, sur les empires ; l'imprimerie est pour l'immensité de l'espace ce qu'était la voix de l'orateur sur la place publique d'Athènes et de Rome ; par elle la pensée de l'homme de génie se...
Page 36 - Élevons-nous à de plus hautes espérances, sachons que le territoire le plus vaste, que la plus nombreuse population, que tout se prête à la liberté. Pourquoi en effet un instrument qui saura mettre le genre humain en communauté...
Page 49 - ... drogues empoisonnées; mais gardez-vous de les proposer aux Américains : celui que vous chargeriez de les y colporter paierait de tout son sang cette imprudente tentative. Défendez-vous également de l'espoir ridicule de mettre en défaut leur prévoyance : ils ne vous écouteront point, pour s'épargner l'ennui de votre dégoûtante métaphysique ; ils ne vous écouteront pas , pour vous épargner la honteuse répétition des mensonges , des absurdités , des inepties sans npmbre, à la faveur...
Page 57 - ... une douce jouissance pour eux que de fouler aux pieds un des premiers trônes du monde? Des avocats pouvaient-ils résister au plaisir d'humilier les cours souveraines ? Ceux qui n'avaient rien n'étaient-ils pas charmés de distribuer les trésors de l'église aux vampires de l'État?
Page 57 - ... que le roi sera toujours le premier magistrat. Ainsi , quoiqu'il soit vrai au fond que tout vient de la terre , il ne faut pas moins qu'on la soumette, par le travail et la culture, comme on soumet le peuple par l'autorité et par les lois. La souveraineté est dans le .peuple comme un fruit est dans nos champs , d'une manière abstraite. Il faut que le fruit passe par l'arbre qui le produit , et que l'autorité publique passe par le sceptre qui l'exerce.

Bibliographic information