Journal historique et littéraire, Volume 2

Front Cover
F. Cavelier, 1792
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 65 - ... à une déclaration de guerre; 4° que, dès ce moment, il faut ordonner à M. de Noailles de revenir en France sans prendre congé, et cesser toute correspondance avec la cour de Vienne. « Après toutes les réflexions...
Page 613 - C'est par ces raisons que je requiers et exhorte tous les habitants du royaume, de la manière la plus forte et la plus instante, de ne pas s'opposer à la marche et aux opérations des troupes que je commande, mais de leur accorder plutôt partout une libre entrée et toute bonne volonté, aide et assistance que les circonstances pourront exiger. Donné au quartier général de Coblentz, le 25 juillet 1792. Signé: ClIARLKS-GiJILLAUME FERDINAND, dltcde Brunswick-Lvnebourg. ASSEMBLÉE NATIONALE LÉGISLATIVE....
Page 70 - ... et par conséquent aucun ne doit lui commander; la religion ne suffit pas pour imposer à tant de souverains, et Dieu a justement permis que le père commun des fidèles entretînt, par...
Page 453 - Français, disait la proclamation, n'auront pas appris sans douleur qu'une multitude égarée par quelques factieux est venue à main armée dans l'habitation du roi, a traîné du canon jusque dans la salle des Gardes, a enfoncé les portes de son appartement à coups de hache, et...
Page 316 - Charité , puis chirurgien major consultant des armées dans les guerres d'Allemagne, de retour à Paris, livré à la grande pratique de la chirurgie , par-tout il a opéré...
Page 612 - ... une vengeance exemplaire et à jamais mémorable, en livrant la ville de Paris à une exécution militaire et à une subversion totale, et les révoltés coupables d'attentats aux supplices qu'ils auront mérités.
Page 64 - Que le traité de 1756 est rompu par le fait de la maison d'Autriche ; , . « 2°. Que le concert entre les puissances, provoqué par l'empereur Léopold au mois de juillet 1791, confirmé par le roi de Hongrie et de Bohême d'après la note du prince de Kaunitz du 18 mars 1792 , qui est l'ultimatum des négociations , étant dirigé contre la France , est un acte d'hostilité formelle ;
Page 207 - Je saisis cette occasion pour vous exprimer combien je suis touché de toutes les marques publiques d'affection que vous m'avez données. Je vous remercie de ce qu'à l'époque du concert que quelques Puissances ont formé contre la France , vous ne vous êtes point lié avec elles. Je vois par là que vous avez mieux apprécié mes véritables intérêts et mieux jugé la position de la France. Des rapports nouveaux doivent s'établir entre nos deux pays.
Page 282 - ... ressentiments qu'elle doit éprouver à l'espoir, plus conforme à ses sentiments généreux et pacifiques, de voir "réparer tous ces griefs par l'assemblée d'une nouvelle Diète plus fidèle aux mandats de ses commettants et aux lois cardinales et immuables de l'État que n'a été celle d'à présent, qui, les ayant toutes violées de la manière la plus évidente, a marqué du sceau de sa propre illégalité toutes celles de ses opérations qu'elle a exécutées au mépris de ces lois. Mais...
Page 152 - A qui devrons-nous le plus ? C'est à notre maître, Qui, se croyant un abus, Ne voudra plus l'être. Ah qu'il faut aimer le bien Pour de roi n'être plus rien ! J'enverrais tout paître...

Bibliographic information