Page images
PDF
EPUB

1

HISTOIRE PARLEMENTAIRE

DE LA

RÉVOLUTION FRANÇAISE,

OU

JOURNAL DES ASSEMBLEES NATIONALES,

DEPUIS 1789 JUSQU'EN 1815.

[merged small][ocr errors]

DE LA

RÉVOLUTION

FRANÇAISE,

OU

JOURNAL DES ASSEMBLÉES NATIONALES,

DEPUIS 1789 JUSQU'EN 1813,

CONTENANT

La Narration des événemens; les Débats des Assemblées; les Discussions des

principales Sociétés populaires, et particulièrement de la Société des Jaco-
bios; les Procès-Verbaux de la Commune de Paris; les Scances du Tribunal
révolutionnaire; le Compte-Rendu des principaux procès politiques; le Détail
des budgets annuels; le Tableau du mouvement moral, extrait des journaux
de chaque époque, etc.;

oprécédée d'une Introduction sur l'histoire de France
jusqu'à la convocation des Etats-Généraux ;

PAR P.-J.-B. BUCAEZ ET P.-C. ROUX,

TOME VINGT-NEUVIÈME.

PARIS.

PAULIN, LIBRAIRE,
RUE DE SEINE-SAINT-GERMAIN, N° 3).

[ocr errors][merged small]
[ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][merged small][ocr errors]

25.10.1990

PARIS,

Imprimerie d'ADOLPHE EVERAT et Co,

Rue du Cadran, n. 16.

PRÉFACE.

en

· Si la révolution française est encore condamnée par un grand nombre de personnes honnêtes, il faut l'attribuer surtout au jugement porté par le clergé contre celle époque de notre histoire. Parce que, toutes choses, les décisions de la morale ont seules de l'autorité sur les masses , parce qu'il n'y a pas de morale sans religion, ni de religion véritable aujourd'hui en dehors du catholicisme, il s'ensuit que les opinions politiques des prêtres ont beaucoup plus d'influence que certaines gens ne voudraient le faire croire. Ce n'est pas à nier cette influence, mais à la rendre salutaire en changeant l'esprit de ceux qui l'exercent, ou, si cela est impossible , à la leur arracher en prouvant leur indignité, que consiste, selon nous, le devoir de tout homme qui désire, du fond de son cæur, le salut de la civilisation moderne. Se tromper soi-même et tromper les autres, dans les questions sociales, nous parait un mauvais calcul , même de la part de ceux qui ne poursuivent qu'un intérêt d'argent ou de vanité; car les succès du mensonge sont toujours de courte durée. Il nous semble au contraire que, pour des publicistes sérieux, l'état véritable des nations, à l'égard desquelles ils se sont donné la fonction de conseillers, est ce qu'il leur importe par-dessus tout de rechercher et de constater, et que l'exposition sincère des faits est une des bases du moindre de leurs avis. Certainement on ne saurait contester avec quelque apparence de raison le profond malaise qui tourmente depuis plus d'un demi-siècle les populations du midi de l'Europe, et la France en particulier. Voilà bientôt vingt-trois ans que l'attention publique, détournée un moment de ce grave sujet, y a été ramenée. Or ni ceux qui ont tour-à-tour occupé le pouvoir , ni ceux qui leur ont fait de l'opposition, n'ont résolu le problème qui obscurcit et immobilise notre nationalité. Serait-ce que la France est morte et qu'il n'y a en elle nul sentiment, nulle intelligence du bien ?

« PreviousContinue »