Portefeville de mil huit cent treize: ou, tableau politique et militaire, renfermant, avec le récit des événemens de cette époque ...

Front Cover
Lib. Universelle de P. Mongie, 1825 - France
0 Reviews
Reviews aren't verified, but Google checks for and removes fake content when it's identified
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 477 - Elles se trouvent appelées à promulguer de nouveau à la face du monde, les vues gui les guident dans la présente guerre, les principes qui font la base de leur conduite, leurs vœux et leurs déterminations. Les puissances alliées ne font point la guerre à la France, mais à cette prépondérance hautement annoncée, à cette prépondérance que, pour le malheur de l'Europ'e et de la France, l'empereur Napoléon a trop long-temps exercée hors des limites de son empire.
Page 472 - Que les souverains coalisés étaient unanimement d'accord sur la puissance et la prépondérance que la France doit conserver dans son intégrité, et en se renfermant dans ses limites naturelles, qui sont le Rhin, les Alpes et les Pyrénées...
Page 250 - SMI n'a pu se livrer longtemps à de si belles espérances. Un an était à peine écoulé depuis l'époque qui semblait mettre le comble à la gloire militaire du souverain de la France, et rien ne paraissait plus manquer à sa prospérité, pour autant qu'elle dépendait de son attitude et de son influence au dehors , quand de nouvelles réunions au territoire français d'États jusqu'alors...
Page 490 - D'éclatantes victoires ont illustré les armes françaises dans cette campagne; des défections sans exemple ont rendu ces victoires inutiles; tout a tourné contre nous. La France même serait en danger sans l'énergie et l'union des Français. « Dans ces grandes circonstances, ma première pensée a été de vous appeler près de moi. Mon cœur a besoin de la présence et de l'affection de mes sujets.
Page 478 - France soit heureuse; que le commerce français renaisse ; que les arts , ces bienfaits de la paix , refleurissent , parce qu'un grand peuple ne saurait être tranquille qu'autant qu'il est heureux. Les puissances confirment à l'empire français une étendue de territoire que n'a jamais...
Page 479 - ... peuples des calamités sans nombre qui depuis vingt ans ont pesé sur l'Europe. « Les puissances alliées ne poseront pas les armes sans avoir atteint ce grand et bienfaisant résultat...
Page 256 - Il y reconnut les siens, et se persuada, dès ce moment, que ce serait de leur côté qu'il rencontrerait des dispositions sincères à concourir au rétablissement d'une paix solide et durable. La France, loin de manifester des intentions analogues , n'avait donné que des assurances générales , trop souvent démenties par des déclarations publiques qui ne fondaient aucunement l'espoir qu'elle porterait à la paix des sacrifices qui pourraient la ramener en Europe.
Page 473 - Que l'Angleterre était prête à faire les plus grands sacrifices pour la paix fondée sur ces bases, et à reconnaître la liberté du commerce et de la navigation, à...
Page 491 - Vous êtes les organes naturels de ce trône : c'est à vous de donner l'exemple d'une énergie qui recommande notre génération aux générations futures. Qu'elles ne disent pas de nous : « Ils ont sacrifié les premiers intérêts du pays ! Ils ont reconnu « les lois que l'Angleterre a cherché en vain , pendant quatre « siècles, à imposer à la France!
Page 275 - Bassano lui a fait l'honneur de lui adresser le 18 août dernier. Ce n'est pas après que la guerre a éclaté entre l'Autriche et la France , que le cabinet autrichien croit devoir relever les inculpations gratuites que renferme la note de M. le duc de Bassano. Forte de l'opinion générale , l'Autriche attend avec calme le jugement de l'Europe et celui de la postérité.

Bibliographic information