Page images
PDF
EPUB

SUR

LA PHYSIQUE,

SUR L'HISTOIRE NATURELLE
ET SUR LES ARTS,

AVEC DES PLANCHES EN TAILLE-DOUCE,
DÉDIÉES

A ME. LE COMTE D'ARTOIS;

'Par M. l'Abbé RoZIER, Chevalier de l'Eglife de Lyon, de l'Académie Royale
des Sciences, Beaux-Arts & Belles-Lettres de Lyon, de Villefranche, de Dijon,
de Marfeille, de Nifmes, de Fleffingue, de la Société Impériale de Phyfique
& de Botanique de Florence, de Zurich, de Madrid, Correfpondani de la
Société des Arts de Londres, de la Société Philofophique de Philadelphie, &c. .
ancien Directeur de l'Ecole Royale de Médecine-Véterinaire de Lyon.

[blocks in formation]


A PARIS,

Au Bureau du Journal de Phyfique, rue & Hôtel Serpente.

M. D C C. LX X X V.

AVEC PRIVILÉGE DU ROL

[merged small][ocr errors][merged small]

OBSERVATIONS

ET

MÉMOIRES

SUR

LA PHYSIQUE,

NATURELLE;

SUR

L'HISTOIRE

ET SUR LES ARTS ET MÉTIERS.

EXPÉRIENCES

Sur la pefanteur des Corps à différentes diftances du centre de la terres, faites aux Mines de Montrelay en Bretagne.

Par M. le Chevalier DE DOLOMIEU, Officier des Carabiniers.

PRÉPARATION S.

J'AI
AI fait fufpendre un fleau de balance très-jufte & très-mobile au-
deffus d'une foffe ou puits perpendiculaire, qui fert à l'extraction du
Tome VI, Part. 11. JUILLET 1775.

charbon, & qui a 95 toifes de profondeur. Je fis recouvrir la moitié du puits par des planchages pour la facilité de mon opération. Un des bouts de mon fleau étoit exactement au-deffus du centre de la foffe.

J'ai préparé une corde bien filée & d'un petit volume, afin que la plus grande denfité de l'air lui fît moins perdre de fa pefanteur abfolue, mais cependant affez forte pour fupporter un poids confidérable: je la fis goudronner pour qu'elle ne pût point s'imprégner d'humidité, & qu'elle confervât toujours fon même poids.

Les poids de fonte dont je me fuis fervi, furent rendus parfaitement égaux par des tares que j'ajoutai à ceux qui me parurent plus foibles.

J'ai fait recuire le fil de fer que je voulois employer pour qu'il fût: moins caffant & plus nerveux, &c.

EXPÉRIENCES

Faites fur le Puits dit d'Hérouville, profond de 95 toifes, le 10 Mai après midi.

Premiere expérience avec une corde pefant 21 livres, attachée à un des bouts du fleau. Un poids de 106 livres 6 onces, fufpendu au bas de la corde fur une profondeur de 95 toifes, fut mis en équilibre par un poids de 127 livres 4. onces attaché immédiatement à l'autre bout du fleau. Excès de pefanteur du poids fupérieur fur l'inférieur de deux

onces.

Dans cette expérience la corde s'allongea exceffivement, & je fus obligé de la retirer & raccourcir plufieurs fois pour tenir le poids fufpendu.

Seconde expérience. Fai fubftitué à la corde un fil de fer pefant 12 livres, qui étant chargé dans le bas de la foffe, d'un poids de 106 livres. fut tenu en équilibre par 117 livres 10 onces, le poids fupérieur eat un excès de pefanteur de 10 onces fur l'inférieur. Je voulus fufpendre des poids plus confidérables à mon fil de fer qui, furchargé: de 200 livres, caffa, & mit fin à mes opérations.

Je ne dois pas oublier de dire que ma corde, après ma premiere expérience, fut retirée du puits & pefée, & que je ne lui trouvait point d'augmentation de pefanteur.

Le 11 Mai au matin fur le même Puits..

Premiere expérience. Le fil de fer pefant 11 livres 6 onces, tint fülz

pendu un poids de 106 livres 6 onces; le poids inférieur l'a emporté de 6 onces fur le fupérieur.

Seconde Expérience. Fil de fer pefant 11 livres 6 onces, & tenant fufpendu 156 livres 10 onces, a été contrebalancé par 167 livres 14 onces; le poids fupérieur a eu l'excès de deux onces fur l'infé

rieur.

Ces Expériences ont été faites avec toute l'exactitude que pouvoit permettre la grande profondeur: à chaque expérience j'ai laiffé les poids en équilibre pendant plus d'un quart-d'heure, & l'addition d'une once fur un des côtés de la balance, la faifoit toujours trébucher. Le barometre, defcendu au bas de la foffe, monta de 8 lignes un quart, & fe tint à la même hauteur respective pendant les trois jours que durerent mes opérations.

EXPÉRIENCES

Faites fur le Puits de la Pegnerie, profond de 57 toifes, le 12 Mai au

matin,

Premiere Expérience. Une corde pefant 13 livres, foutenant un poids de 50 livres, fut mife en équilibre par 62 livres 5 onces; excès de pefanteur du poids fupérieur fur l'inférieur de 11 onces.

Seconde Expérience. Corde pefant 13 livres, foutenant un poids de 100 livres, fut mise en équilibre par 112 livres 3 onces; excès de pefanteur du poids fupérieur fur l'inférieur de 13 onces.

Troifieme Expérience. Corde pefant 13 livres, foutenant un poids de 150 livres, fut mise en équilibre par un poids de 162 livres 1 once; excès de pefanteur du poids fupérieur fur l'inférieur de 14 onces.

Quatrieme Expérience. Fil de fer pefant 6 livres 14 onces, foutenant un poids de 50 livres, fut mis en équilibre par 56 livres 15 onces, excès d'une once du poids inférieur fur le supérieur.

Cinquieme Expérience. Fil de fer pefant 6 livres 14 onces, foutenant un poids de 100 livres, fut mis en équilibre par 106 livres 16 onces; excès de deux onces du poids inférieur fur le fupérieur.

Sixieme Expérience. Fil de fer pefant 6 livres 14 onces, foutenant un poids de 150 livres, fut mis en équilibre par 156 livres 16 onces; excès de deux onces du poids inférieur fur le fupérieur.

Ces Expériences faites fur une moindre profondeur, ont été beaucoup plus faciles, & faites avec l'attention la plus minutieufe; les différens poids furent tenus en équilibre pendant long-temps pour s'af furer des réfultats obtenus.

« PreviousContinue »