Mémoires de l'Abbé de Choisy: pour servir à l'histoire de Louis XIV, publiés avec pref́ace, notes et tables par M. de Lescure, Volume 2

Front Cover
Librairie des Bibliophiles, 1888 - France
0 Reviews
Reviews aren't verified, but Google checks for and removes fake content when it's identified
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 39 - L'abbé Roquette, depuis évêque d'Autun , avoit tous les caractères que l'auteur du Tartuffe a si parfaitement représentés sur le modèle d'un homme faux. Un soir que le prince de Conti s'étoit masqué , malgré l'abbé de Cosnac qui lui avoit représenté que sa santé ne lui permettoit pas de veiller, et qui , voyant que cette première raison 1 Ou a VU dans la première version des Mémoires que son vêritable nom était M™
Page 55 - ... ceux qui les regardaient. Jamais princesse ne fut si touchante, ni n'eut autant qu'elle l'air de vouloir bien que l'on fût charmé du plaisir de la voir. Toute sa personne était ornée de charme ; l'on s'intéressait à elle, et on l'aimait sans penser que l'on pût faire autrement.
Page 84 - Majesté; que ce fils avoit eu, des biens de ce prétendu père, la seule fortune d'acheter la charge de secrétaire des commandemens de la reine de France; que, puisque la fortune et le mérite du roi...
Page 47 - Quand il vous plaira, répondit M. de Paris. — Ce n'est pas là tout, lui répliqua M. de Valence, c'est que je vous supplie de me faire diacre. — Volontiers, lui dit M. de Paris. — Vous n'en serez pas quitte pour ces deux grâces, Monseigneur, interrompit M. de Valence, car, outre la prêtrise et le diaconat, je vous demande encore le sousdiaconat. — Au nom de Dieu, reprit brusquement M. de Paris, dépêchez-vous de m'assurer que vous êtes tonsuré, de peur que vous ne remontiez dans cette...
Page 29 - Mme de Maintenon, qui avoit eu soin de l'éducation de M. le duc du Maine, lui plaisoit fort ; son esprit doux et insinuant lui promettoit une conversation agréable et capable de le délasser des soins de la royauté; sa personne étoit encore aimable, ses yeux étoient vifs et perçans, et son âge la mettoit hors d'état d'avoir des enfans.
Page 97 - Suède, et cela n'avoil pas peu contribué à le faire ministre. Il est vrai que ces belles lettres, il étoit trois mois à les faire; et quand il fut en place, on s'aperçut bientôt ' que c'éto't un bon homme, d'un génie assez court.
Page 49 - C'étoit une belle occasion à l'évêque de Valence de nuire à M. de Vardes ; mais il ne crut pas que la matière fût encore assez préparée. Il parla cette fois de Vardes comme d'un homme trop sage pour s'élever à une telle pensée; il l'excusa même sur les soupçons dont le prince de Conti venoit de lui faire confidence, et demeura ferme à l'assurer qu'il n'avoit jamais rien connu dans M. de Vardes qui lui eût laissé la moindre idée qu'il eût jamais regardé que très-respectueusement...
Page 56 - Monsieur qu'il n'est permis de l'être quand on ne veut pas passer pour le maître ou la maitresse de la maison. Madame parla avec horreur et douleur de ce désordre, dont elle se plaignit d'abord à Mme de Saint-Chaumont, intime amie de l'évêque de Valence, qui, de son côté, ne pouvoit souffrir le chevalier de Lorraine.
Page 64 - ... gouvernement du Mazarin, qui étoit mort quelques années auparavant. La renonciation de la Reine sur la succession d'Espagne ne s'étendoit pas si nettement sur les Pays-Bas qu'il n'y eût une infinité de prétextes légitimes ou vraisemblables pour recommencer la guerre, qui fut précédée d'un manifeste qui parut, dans lequel le Roi mettoit en avant une infinité de raisons pour autoriser la rupture de la paix. Le Roi porta ses armes en Flandre , commandant lui-même son armée avec une...
Page 69 - ... comme celui qui entretenoit les petites divisions qui renaissoient souvent entre Monsieur et Madame. Les grands sont assujettis à être vus de plus près que ceux qui mènent une vie privée. Je ne sais si le roi fut averti de ce commencement de chagrin par Monsieur, qui prétextoit ses inquiétudes des manières de Madame avec le duc de Monmouth, ou si le roi en fut informé par Madame, qui prétextoit la sienne du crédit que le chevalier de Lorraine avoit sur l'esprit de Monsieur. Le roi...

Bibliographic information