Mémoires sur les prisons: Riouffe, H. Mémoires d'un détenu. Paris de l'Épinard, J. L'humanité méconnue. L'incarcération et les terreurs paniques de Beaumarchais. Tableau historique de la maison Lazare. Éclaircissemens historiques et pièces officielles

Front Cover
Saint-Albin Berville, François Barrière
Baudouin frères, 1823 - France
0 Reviews
Reviews aren't verified, but Google checks for and removes fake content when it's identified
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Contents


Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 55 - Nous étions tous attentifs autour d'elle, dans une espèce d'admiration et de stupeur; sa conversation était sérieuse sans être froide; elle s'exprimait avec une pureté, un nombre et une prosodie qui faisaient de son langage une espèce de musique dont l'oreille n'était jamais rassasiée ; elle ne parlait jamais des députés qui venaient de périr qu'avec respect, mais sans pitié efféminée, et leur...
Page 278 - Qu'un heureux époux, à son tour, Vienne rendre à ma douce amie Des jours de paix , des nuits d'amour ; Je ne regrette plus la vie. Je revolerai près de toi Des lieux où la vertu sommeille ; Je ferai marcher devant moi Un songe heureux qui te réveille. Ah ! puisse encor la volupté Ramener ù ma douce amie L'amour au sein de la beauté Je ne regrette plus la vie.
Page 57 - D'ailleurs elle n'y prétendait pas : elle avait choisi cet habit comme symbole de la pureté de son âme. Après sa condamnation, elle repassa dans le guichet avec une vitesse qui tenait de la joie. Elle indiqua par un signe démonstratif qu'elle était condamnée à mort.
Page 69 - Et que blessé pour moi d'un pareil voisinage , En mort de qualité je lui tins ce langage. L'apologue eut son effet , on redevint amis , et Clootz , qui se mourait de peur qu'un d'eux ne crût en Dieu, prit la parole et leur prêcha le matérialisme jusqu'au dernier soupir.
Page 51 - Ducos inaltérable jusqu'au dernier moment , les grâces de son esprit et de sa figure, rendaient plus odieuse la rage de leurs ennemis. Ducos s'était sacrifié pour son frère et s'était rendu en prison pour partager son sort. Souvent ils s'embrassaient et puisaient dans ces embrassements des forces nouvelles.
Page 63 - Si on demande d'où nous sommes si bien instruits , qu'on sache que c'était par le moyen du bourreau qui , pendant une année entière, n'a cessé un seul jour d'être appelé dans cette horrible demeure , et qui racontait aux geôliers ces abominables et admirables circonstances. Si je m'abandonnais à la tâche douloureuse de nommer individuellement tous les êtres intéressans sacrifiés dans cette boucherie, à parler de leur courage et de leurs vertus, j'entasserais des volumes.
Page 53 - Toute cette nuit affreuse retentit de leurs chants , et, s'ils les interrompaient , c'était pour s'entretenir de leur patrie et quelquefois aussi pour une saillie de Ducos. C'est la première fois qu'on a massacré en masse tant d'hommes extraordinaires. Jeunesse, beauté, génie, vertus, talents , tout ce qu'il ya d'intéressant parmi les hommes , fut englouti d'un seul coup.
Page 66 - C'est à pareil jour que j'ai fait instituer le tribunal révolutionnaire; mais j'en demande pardon à Dieu et aux hommes : ce n'était...
Page 118 - JE mets ici cette religion, qui, après tout, en vaut bien une autre , et ne paraîtra un jeu tout-à-fait puéril qu'aux esprits tout-à-fait superficiels. Ceux qui voudront l'adopter en sont les maîtres. GLOIRE A IBRASCHA, DIEU DES SEPT LUMIÈRES.
Page 80 - B. * étant imprimés avec un protocole commun à tous . il n'y avait que quelques lignes à remplir, et c'est dans ce peu de lignes que se commettaient les méprises les plus absurdes, et toujours impunément. La ci-devant duchesse de Biron, entre autres, monta avec un acte d'accusation rédigé pour son homme d'affaires. Oui , c'est l'heureux génie de la France qui les poussa à se démasquer par la loi du 22 prairial. N'avaient-ils pas ôté la parole aux vingt-deux députés et à Danton ? La...

Bibliographic information